Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Tique d’hiver de l’orignal - La collaboration des chasseurs est demandée

Québec, le 4 octobre 2012 – Le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs sollicite la collaboration des chasseurs afin de mieux documenter la présence de tiques d’hiver sur les orignaux. Au cours de la période de chasse, des données seront recueillies dans certaines stations d’enregistrement du gros gibier dans les régions suivantes : Bas-Saint-Laurent, Saguenay–Lac-Saint-Jean, Mauricie, Centre-du-Québec, Estrie, Abitibi-Témiscamingue, Gaspésie, Chaudière-Appalaches et Lanaudière.

La tique d’hiver est un parasite qui peut affecter les orignaux et qui est naturellement présent dans plusieurs régions du Québec. Ce parasite n’est pas nouveau chez l’orignal, mais il est possible qu’il soit de plus en plus fréquemment rencontré en raison des conditions climatiques qui favorisent davantage sa présence. La collecte de données permettra au Ministère de documenter la répartition géographique du parasite et d’évaluer le taux d’infestation des orignaux. Avec la collaboration des chasseurs, des spécialistes du Ministère effectueront un bref examen du pelage de certains orignaux aux stations d’enregistrement ciblées.

En cette période de l’année, on trouve les tiques d’hiver en forêt, prêtes à grimper sur des orignaux pour y demeurer jusqu’au printemps, moment où elles quittent l’animal pour aller pondre leurs œufs au sol et mourir. Bien que quelques cas de mortalité associés à la tique d’hiver aient été observés au Québec au cours des dernières années, l’état de santé de nos populations d’orignaux est excellent et ne soulève aucune inquiétude.

Contrairement à d’autres espèces de tiques, la tique d’hiver n’est pas reconnue comme étant un vecteur de maladies infectieuses pour l’humain et ne représente pas un risque pour la santé des chasseurs. De plus, la viande provenant d’orignaux porteurs de tiques d’hiver n’est pas altérée par la présence de ce parasite et peut être consommée sans danger.

On peut obtenir plus de renseignements sur la tique d’hiver, en se rendant à l’adresse suivante : www.mrn.gouv.qc.ca/faune/sante-maladies/tique-orignal.jsp.

Pour signaler un orignal malade ou au comportement inhabituel, les citoyens peuvent s’adresser à S.O.S. Braconnage au 1 800 463-2191.

– 30 –

SOURCE :

Éric Santerre
Relationniste de presse
Direction des communications
Tél. : 418 627-8609, poste 3003

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017