Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Stratégie québécoise sur les aires protégées : Québec annonce la reconnaissance des trois premières réserves naturelles en milieu privé

Gatineau, le 6 septembre 2002 - Le ministre d’État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, a annoncé aujourd’hui la reconnaissance officielle des trois premières réserves naturelles en milieu privé au Québec, totalisant près de 320 hectares. Il s'agit de la réserve naturelle de l’Île-Beauregard, située dans le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Repentigny, de la réserve naturelle des Marais-du-Nord, au nord du lac Saint-Charles, dans la région de la Capitale-Nationale, et de la réserve naturelle du Marais-Trépanier, située à Gatineau.

« Cette reconnaissance est l’occasion de rappeler toute l’importance du travail des organismes de conservation dans le développement d’un vaste réseau d’aires protégées au Québec. Je suis fier de partager avec les Québécoises et les Québécois ces gestes de solidarité qui nous permettront, dans l’esprit du développement durable, de préserver des milieux exceptionnels et de maintenir de précieux échantillons de notre diversité biologique, là où elle se trouve, au cœur même de la vie des gens », a déclaré le ministre Boisclair.

D’une superficie de 50 hectares, la réserve naturelle de l’Île-Beauregard est située dans le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Repentigny, dans la municipalité de Verchères. Cette aire protégée, acquise en 1992 par l’organisme Conservation de la Nature-Québec, vise la conservation d’une île près d’un grand centre urbain. Cette île abrite un des rares sites de l’arisème dragon, une plante menacée. Elle sert aussi à la reproduction de nombreuses espèces de canards et est utilisée par les hérons. Le rat musqué y a également élu domicile. Conservation de la Nature-Québec compte faire de ce territoire, reconnu par le ministre de l’Environnement comme réserve naturelle à perpétuité, un site pour la réalisation d’activités scientifiques et éducatives de même que des aménagements ayant pour but l’amélioration et la mise en valeur de la flore, de la faune et de leur habitat.

Aussi reconnue comme territoire protégé à perpétuité, la réserve naturelle des-Marais-du-Nord, d’une superficie d’environ 20 hectares, est située sur la rive ouest du lac Saint-Charles, à la hauteur de la baie Charles-Talbot, dans la Ville de Québec. Ce site, propriété de l’Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais-du-Nord (APEL), vise la conservation d’une mosaïque dynamique de peuplements forestiers : érablières à érable rouge, sapinières, peupleraies et bétulaies à bouleau jaune. Les secteurs en contact avec la baie Charles-Talbot abritent notamment un milieu de transition forêt-milieu aquatique qui sert à l’alimentation de nombreuses espèces animales, dont les échassiers et la sauvagine. Le rat musqué y est également présent. L’APEL désire faire de ce territoire un lieu d’éducation quant à l’importance des milieux humides ainsi que de démonstration et d’expérimentation au regard de la restauration des écosystèmes et de la biodiversité en milieu privé.

Propriété de Canards Illimités Canada, la réserve naturelle du Marais-Trépanier, d’une superficie d’environ 247 hectares, est située entre la route 148 et la rivière des Outaouais, dans la Ville de Gatineau. Reconnu comme aire protégée à perpétuité, ce site vise la conservation d’une mosaïque dynamique d’habitats soit : l’herbier aquatique, le marais, la prairie humide, le marécage, la prairie et le boisé. Il s’agit également d’une importante halte migratoire pour la sauvagine, particulièrement pour la bernache du Canada, et un habitat pour le rat musqué. Elle accueille le petit blongios, une espèce de héron susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable et présente un potentiel pour la rainette faux-grillon de l’Ouest, une espèce vulnérable d’anoure. Le propriétaire gère ce site dans une approche de conservation durable de l’ensemble des milieux présents, en couplant ses actions de conservation à des actions dirigées d’exploitation.

La décision annoncé aujourd’hui s’inscrit dans le contexte de la Loi sur les réserves naturelles en milieu privé, adoptée en juin 2001. Ainsi, une propriété privée peut dorénavant être reconnue de façon officielle à titre de réserve naturelle si le propriétaire en fait la demande au ministre de l’Environnement et s’il remplit une certain nombre de conditions. L’une de ces conditions est la conclusion d’une entente de conservation entre le propriétaire et le ministre de l’Environnement, ou encore, l’approbation par le ministre d’une entente intervenue entre le propriétaire et un organisme de conservation. Le ministère, pour sa part, s’engage à publier dans la Gazette officielle un avis de reconnaissance et inscrit l’entente au registre foncier, ce qui lie tous les futurs propriétaires de la réserve naturelle.

« Les aires protégées sont un cadeau de la nature que nous nous offrons. Au nom des Québécoises et des Québécois, je veux rendre hommage à tous ces organismes et à toutes ces personnes qui nous aident à garder intacts de grands morceaux du Québec d’aujourd’hui au bénéfice du Québec de demain », a conclu le ministre Boisclair.

L’information concernant la stratégie et le Plan d’action québécois sur les aires protégées ainsi que sur la Loi sur les réserves naturelles en milieu privé est disponible dans le site Internet du ministère à l’adresse suivante : http://www.menv.gouv.qc.ca

- 30 -

SOURCES :

Jean-Louis Laplante
Attaché de presse
Cabinet du ministre d'État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l'Environnement et à l'Eau
Tél. : (418) 521-3911
Louise Barrette
Conseillère en communication
Direction des communications
Ministère de l'Environnement
Tél. : (418) 521-3823, poste 4163

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017