Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Zones d’exploitation contrôlée - Le ministre Blanchet souligne le 35e anniversaire des zecs au Québec

Québec, le 29 octobre 2013 – Le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, M. Yves-François Blanchet, est heureux de souligner aujourd’hui le 35e anniversaire de la création des zones d’exploitation contrôlée (zecs) au Québec.

« Je suis plus que fier de souligner le 35e anniversaire des zecs, un projet novateur, rassembleur, démocratique, qui a changé le visage des activités fauniques au Québec. Créées lors du premier mandat du gouvernement du Parti Québécois, par le ministre Yves Duhaime, les zecs ont par la suite connu un développement important, notamment sous l’impulsion du ministre Guy Chevrette. Depuis sa création, ce partenariat entre le gouvernement et les gestionnaires de zecs permet d’assurer l’accès à la ressource faunique et à notre vaste territoire par un plus grand nombre de Québécois et de Québécoises », a mentionné M. Blanchet.

En décembre 1977, le gouvernement du Québec avait pris la décision de ne plus renouveler les baux de chasse et de pêche à des fins récréatives et de prendre en main la gestion de la faune sur son territoire. Quelques mois plus tard, au printemps 1978, le réseau des zecs était mis sur pied, ce qui marquait la fin de l’ère des clubs privés de chasse et de pêche.

La mission des zecs repose sur quatre principes fondamentaux : la conservation de la faune, l’accessibilité de la ressource faunique, la participation des usagers et l’autofinancement.

À ce jour, au Québec, on trouve 63 zecs de chasse, de pêche et de plein air couvrant une superficie combinée de près de 50 000 km². En plus de ces entités territoriales, le gouvernement a aussi créé 22 zecs de pêche au saumon et une zec de chasse à la sauvagine. La gestion de ces zones est confiée à des organismes à but non lucratif dont les administrateurs sont élus par les membres de chacune des zecs. Ces organismes voient principalement à la gestion et à la conservation de la faune sur leur territoire.

Dans une déclaration prononcée à l’Assemblée nationale, en présence du président de la Fédération québécoise des gestionnaires de zecs, M. Mathias Dufour, et de plusieurs membres de son conseil d’administration, le ministre Blanchet a souligné le travail des milliers de bénévoles impliqués dans le réseau des zecs. « Si ce réseau est aujourd’hui si solide et réputé au Québec, c’est avant tout grâce à l’engagement et au dévouement de chacune de ces personnes, a déclaré le ministre. Les zecs constituent un système unique au monde, en amélioration continue depuis maintenant 35 ans, selon les besoins des utilisateurs et dans le respect de l’environnement. Nous avons toutes les raisons d’en être fiers. » 

Les zecs au Québec

Chaque année, plus de 41 000 membres et plus de 650 000 utilisateurs fréquentent les zecs lors de 432 000 jours de pêche, 220 000 jours de chasse et 360 000 jours d’autres activités récréatives. Ils y récoltent annuellement 1 500 000 ombles de fontaine, 60 000 perdrix, 6 000 lièvres, 2 500 orignaux et plusieurs autres espèces, dans le respect de l’environnement et de la pérennité des espèces. Les zecs ont un chiffre d’affaires annuel de 14 millions de dollars et représentent 600 emplois directs.

- 30 -

SOURCE :

Catherine Salvail
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune
et des Parcs
Tél. : 418 521-3911

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement, de la Faune
et des Parcs
Tél. : 418 521-3991

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017