Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Syndrome du museau blanc chez les chauves-souris - La participation des citoyens est requise

Québec, le 12 mars 2014 - Le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) sollicite la collaboration des citoyens pour suivre l’évolution du syndrome du museau blanc, une infection fongique qui décime les populations de chauves-souris cavernicoles de l’est du continent, y compris celles du Québec.

Le champignon responsable du syndrome du museau blanc se développe uniquement l’hiver, dans les sites d’hibernation (grottes ou mines abandonnées). Les chauves-souris atteintes se réveillent plus fréquemment de leur hibernation, ce qui réduit rapidement leurs réserves d’énergie jusqu’à les faire mourir d’épuisement. L’observation de chauves-souris mortes ou volant en plein jour au cours de la période d'hibernation est considérée comme anormale et peut indiquer qu'un site d'hibernation infecté se trouve à proximité.

Au Québec, le syndrome du museau blanc frappe tout l’ouest de la province et, depuis 2013, on l’observe dans le nord jusqu’à Chibougamau. Pour le moment, aucun cas n’a été rapporté sur la Côte-Nord, au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

La collaboration des citoyens est primordiale pour aider les biologistes du Ministère à suivre l’évolution du syndrome du museau blanc et pour mieux connaître l’état des populations de chauves-souris du Québec. Les citoyens de la province, particulièrement ceux de la Côte-Nord, du Nord-du-Québec, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, sont invités à signaler les chauves-souris mortes ou volant en plein jour, de mars à mai, en composant sans frais le 1 877 346-6763.

Le syndrome du museau blanc n’est pas considéré comme une menace pour la santé des citoyens. Par contre, il est important de rappeler qu’il ne faut pas toucher les chauves-souris, puisqu’un faible nombre d’entre elles peut être infecté par le virus de la rage, une maladie mortelle chez l’humain. En cas de contact avec une chauve-souris, communiquez immédiatement avec le service Info-Santé en composant le 811.

Rappelons que le Ministère est toujours intéressé à connaître l’emplacement des maternités de chauves-souris, soit les sites où les femelles se regroupent en colonie pour se reproduire et nourrir leurs jeunes pendant l’été. Les citoyens qui connaissent un endroit fréquenté par un groupe de chauves-souris durant l’été, comme un chalet, une maison ou une remise, sont invités à remplir le formulaire prévu à cet effet au www.mddefp.gouv.qc.ca/faune/sante-maladies/syndrome-chauve-souris.htm.

La collaboration de la population est précieuse et contribuera grandement à améliorer l’état des connaissances sur les chauves-souris.

- 30 -

SOURCE :

Sophie Roy
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement, de la Faune et des Parcs
Responsable des relations avec les médias
Tél. : 418 521-3991

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017