Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Le ministre André Boisclair donne le feu vert pour la restauration des sédiments de l’Île-aux-Chats à Salaberry-de-Valleyfield

Valleyfield, le 9 décembre 2002 – Le ministre d’État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, a annoncé aujourd’hui que le projet de restauration des sédiments de l’Île-aux-Chats à Salaberry-de-Valleyfield, proposé sur une base volontaire par la compagnie Honeywell, a reçu l’aval du gouvernement du Québec. Cette autorisation est assortie de conditions visant à bonifier le projet sur le plan environnemental.

Le projet de la compagnie Honeywell fait suite à la première phase de restauration environnementale du site réalisée notamment sur la partie terrestre de l’Île-aux-Chats. Il consiste à restaurer des sédiments contaminés situés le long de la rive nord-ouest de l’Île. La contamination à cet endroit est causée par les métaux lourds qui proviennent de cendres de pyrite entreposées sur la terre ferme, qui ont coulé dans le fleuve provoquant la contamination des sédiments et du milieu ambiant.

Le projet de Honeywell constitue un premier projet d’envergure de restauration des sédiments contaminés dans la partie québécoise du fleuve Saint-Laurent. Il a été soumis à la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement, prévue à la Loi sur la qualité de l’environnement, et fait l’objet d’audiences publiques par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). À la suite des recommandations du BAPE, le dossier a été soumis à une évaluation environnementale, à l’issue de laquelle le ministre de l’Environnement recommandait au Conseil des ministres d’approuver le projet de restauration par décret.

Tenant compte, notamment, des commentaires exprimés par les groupes environnementaux lors des audiences publiques, la zone de restauration a été élargie de 15 000 mètres carrés afin de restaurer un secteur avoisinant qui présente un haut niveau de contamination aux métaux lourds.

La compagnie devra aussi respecter un certain nombre de conditions, dont une garantie financière de 300 000 $US destinée à couvrir les dépenses d’entretien et de suivi de la structure de recouvrement. La compagnie devra aussi assurer, chaque année, un suivi environnemental portant à la fois sur les eaux souterraines et les eaux de surface dans les zones traitées. Ce programme sera maintenu pendant toute la vie utile du site restauré. Dans une prochaine étape, le promoteur devra obtenir du ministère de l’Environnement, un certificat d’autorisation, en vertu de l’article 22 de la Loi sur la qualité de l’Environnement.

« Cette décontamination viendra protéger certains usages autour de l’Île, notamment la prise d’eau municipale de Salaberry-de-Valleyfield située en aval. Cet objectif est pour moi primordial, afin de garantir aux citoyennes et aux citoyens qui s’y approvisionnent, une eau potable de qualité », a mentionné le ministre Boisclair.

La décontamination devrait à la fois restaurer la qualité visuelle de l’eau, en éliminant la couleur rougeâtre observable les jours de grands vents en aval de la zone, et recréer un habitat faunique favorable en lieu et place des cendres de pyrites.

« Honeywell mettra en place un programme d’information à l’intention de la communauté et des principaux groupes concernés pour les tenir informés de l’évolution du projet. Le programme de suivi environnemental devrait permettre de respecter pleinement tous les objectifs environnementaux durant la période de construction et au cours des années subséquentes », a souligné le porte parole de la compagnie Honeywell, M. William J. Hague.

De son côté, le maire de la municipalité de Salaberry-de-Valleyfield s’est dit heureux de « la mise sur pied par Honeywell d’un comité de suivi comprenant, entre autres, des représentants des résidants, de la municipalité, du ministère de l’Environnement et des groupes environnementaux régionaux qui favorisera les échanges entre la compagnie et la communauté ».

- 30 -

SOURCES :

Martin Lévesque
Attaché de presse
Cabinet du ministre d'État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l'Environnement et à l'Eau
Tél. : (418) 521-3911

Huguette Gendreau
Conseillère en communication
Direction des communications
Ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3823 poste 4965


Marie-Andrée Thériault
Responsable des communications
Direction régionale de la Montérégie
Ministère de l’Environnement
Tél. : (450) 928-7607 poste 223

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017