Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Stratégie québécoise sur les aires protégées :
La majestueuse rivière Moisie : un joyau patrimonial dorénavant protégé

Sept-Îles, le 8 février 2003 – Le ministre d’État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement assurera la protection d’un grand joyau patrimonial sur la Côte-Nord, soit la rivière Moisie, qui deviendra, en vertu de la nouvelle Loi sur la conservation du patrimoine naturel, la première réserve aquatique du Québec. Cette annonce s’est déroulée devant des regroupements de citoyens qui se sont mobilisés depuis plusieurs années autour de la protection de la rivière Moisie.

« Avec la protection de la Moisie, nous vivons un des grands moments de la conservation de la biodiversité du Québec », a déclaré le ministre Boisclair.

Couvrant une superficie de 3 897,5 kilomètres carrés, la réserve aquatique projetée consiste en un corridor, d’une largeur variant de 6 à 30 kilomètres, qui englobe le lit majeur de la rivière Moisie du km 37 au km 358 de son embouchure, ainsi qu’une bande importante de son bassin versant immédiat dont les rivières Carheil et aux Pékans.

Le territoire retenu pour cette réserve aquatique est représentatif des conditions écologiques des grands hydrosystèmes de la province naturelle des Laurentides centrales. De la tête de la rivière aux Pékans aux limites en aval de la réserve aquatique projetée, sur un parcours d’environ 325 km, le cours d’eau traverse sur toute leur largeur les conditions des régions naturelles de la Cuvette du réservoir Manicouagan et du Plateau de la Sainte-Marguerite. Le réseau hydrographique de la rivière Moisie draine un vaste bassin de 19 196 km2. Cette rivière traverse, sur une grande partie de son cours, des gorges encaissées, ponctuées de chutes et de rapides. La Moisie offre également une eau de qualité exceptionnelle.

La Moisie est une rivière à saumon des plus réputées, et ce, en raison du poids moyen élevé (environ 7 kg) des captures. Les montaisons de la Moisie se caractérisent par une forte proportion de saumons ayant passé plusieurs années en mer, et par le fait que certains individus viennent s’y reproduire plusieurs saisons de suite.

Par ailleurs, l’intérêt patrimonial de la rivière Moisie lui est conféré d’abord par la longue utilisation traditionnelle qu’en ont faite les Premières Nations − voie de communication et de circulation, pêche, chasse et piégeage − et que continue d’en faire la nation Uashat Mak Mani-Uténam, ensuite par le fait qu’elle traverse des paysages grandioses et bien préservés, et enfin, que son cours n’a fait l’objet d’aucun aménagement hydroélectrique. Ses chutes, ses rapides, ses sources et l'absence d'industries et de résidences permanentes font d'elle une des dernières rivières sauvages de la Côte-Nord.

Le statut visé de la réserve aquatique poursuivra les objectifs de conservation suivants : la conservation d’une rivière représentative des conditions écologiques régionales; la protection du saumon de l’Atlantique; le maintien de la biodiversité des systèmes aquatiques et des milieux riverains; la préservation du paysage et la valorisation de ses éléments remarquables; l’amélioration des connaissances sur l’écologie du saumon et sur le patrimoine naturel de la rivière Moisie.

Dorénavant, le territoire de la réserve aquatique de la rivière Moisie est soustrait à toute forme d’exploitation forestière, d’exploration et d’exploitation minière et de production énergétique. Quant aux droits et privilèges en vigueur, tels que la pêche, la chasse, la villégiature et les activités autochtones, ils sont tous maintenus.

La Loi sur la conservation du patrimoine naturel prévoit des audiences publiques sur une réserve aquatique afin d’associer concrètement les communautés régionale et locale à la définition des plans de conservation et des modalités de gestion des aires protégées. « Nous voulons que les premiers bénéficiaires de la conservation de la biodiversité soient d’abord celles et ceux qui vivent dans les régions du Québec », a rappelé le ministre.

Pour le ministre Boisclair, la protection de la rivière Moisie s’ajoute à l’annonce, en juillet 2002, de 11 grands espaces protégés sur la Côte-Nord, dans le cadre du Plan d’action sur les aires protégés, dont certains garantissent la sauvegarde de magnifiques rivières et de leur bassin versant, telle que les rivières Natashquan, Magpie et Ashuapmushuan.

« L’annonce de cette nouvelle aire protégée est en appui au travail réalisé depuis plus de 25 ans par l’Association de protection de la rivière Moisie, que je félicite et remercie chaleureusement. Notre objectif est de protéger 8 % du territoire québécois d’ici 2005. Ce geste s’inscrit comme une étape de plus vers la réalisation de ce défi collectif qui fait appel à la solidarité des partenaires et des acteurs de la conservation au Québec », a conclu le ministre.

L’information sur le Plan d’action québécois sur les aires protégées et sur le Plan de conservation de la rivière Moisie est disponible dans le site Internet du ministère de l’Environnement. 
La réserve aquatique de la rivière Moisie en quelques lignes.

– 30 –

SOURCES :

Martin Lévesque
Attaché de presse
Cabinet du ministre d’État aux Affaires
municipales et à la Métropole,
à l’Environnement et à l’Eau
Tél. : (418) 521-3911
Louise Barrette
Direction des communications
Ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3823, poste 4163

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017