Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Lieu d’enfouissement sanitaire de Lachenaie :
Le ministre Boisclair demande l’avis de la Communauté métropolitaine de Montréal sur l’urgence d’entreprendre dès maintenant des travaux d’optimisation

Québec, le 11 février 2003 – Dans une lettre qu’il adressait ce matin au président de la Communauté métropolitaine de Montréal, M. Gérald Tremblay, le ministre d’État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, lui demande de se prononcer sur la pertinence d’autoriser dès maintenant la réalisation de certains travaux au lieu d’enfouissement BFI-UTL, situé sur le territoire de la municipalité de Terrebonne à Lachenaie.

Cette demande s’explique par le fait que, dans le cadre de la procédure d’évaluation environnementale, le ministre Boisclair vient de mandater le Bureau d’audiences publiques sur l’Environnement (BAPE) pour tenir une consultation publique sur le projet d’agrandissement de 40 millions de tonnes du lieu d’enfouissement sanitaire de Lachenaie. Le ministre Boisclair a reçu de l’exploitant une demande spécifique à l’effet d’autoriser, avant même le dépôt du rapport du BAPE, l’optimisation d’un secteur du LES existant qui pourrait accueillir 1 million de tonnes de déchets. Ceci permettrait, selon le BFI-UTL, de prolonger les activités du site pendant une année et d’éviter, à très court terme, une interruption de services qui risquerait de poser d’éventuels problèmes sur le territoire de la CMM.

Compte tenu que les audiences du BAPE viennent de débuter, le ministre veut s’assurer, avant de recommander au gouvernement l’autorisation de ces travaux, que ceux-ci répondent à un besoin réel et urgent. Aussi demande-t-il au président de la Communauté métropolitaine non seulement de lui présenter son analyse de la situation, mais de produire dans les meilleurs délais un Plan de gestion des matières résiduelles pour la Communauté métropolitaine, de manière à ce que soit connue la planification à long terme des besoins de services d’enfouissement et que toute mesure transitoire ne devienne pas une contrainte à long terme dans cette planification.

Dans sa lettre, le ministre a rappelé au président l’importance de permettre à la population d’exprimer son opinion sur un sujet aussi important que celui de la gestion des matières résiduelles. « Je me dois de souligner que si la gestion des matières résiduelles est, au premier chef, une responsabilité municipale, l’élaboration et la mise en œuvre du plan de gestion doivent favoriser la participation de la population et la collaboration des organismes œuvrant dans ce domaine », a déclaré M. Boisclair.

« D’ici le dépôt de ce plan, j’envisage de ne délivrer aucune autorisation pour permettre la réalisation d’un nouvel établissement ou d’un agrandissement de grande envergure d’un LES destiné essentiellement à recevoir les déchets produits sur le territoire de la CMM » a ajouté le ministre.

– 30 –

SOURCES :

Martin Lévesque
Attaché de presse
Cabinet du ministre d’État
aux Affaires municipales et à la Métropole,
à l’Environnement et à l’Eau
Tel. : (418) 521-3911
Louise Hamel
Direction des communications
Ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3823, poste 8025

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017