Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Sommet mondial Climat et Territoires de Lyon
Le ministre Heurtel réitère le rôle fondamental des États fédérés dans la lutte contre les changements climatiques

Québec, 10 juillet 2015 – De retour d’une mission en France, qui s’est déroulée du 29 juin au 2 juillet, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel, est fier du grand intérêt suscité par les actions et réalisations du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques, lors de rencontres à Paris et au Sommet mondial Climat et Territoires de Lyon.

« La participation du Québec au Sommet de Lyon aura été profitable puisqu’elle nous a permis de faire valoir le rôle crucial des États fédérés et des régions et l’importance d’intégrer un prix au carbone dans l’économie mondiale afin de lutter efficacement contre les changements climatiques », a affirmé le ministre Heurtel.

D’ailleurs, le leadership du Québec en la matière, de même que l’importance d’inclure les territoires à la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CdP-21), ont été soulignés par le président de la République française, M. François Hollande, dès la première journée de ce sommet. Rappelons que la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Mme Christiana Figueres, avait aussi reconnu le rôle primordial des États fédérés et des régions en proposant de tenir une journée consacrée à la mise en valeur de leurs actions à la CdP-21, lors du Sommet de Québec, en avril dernier.

Soulignons également que le Québec était fièrement représenté au Sommet de Lyon, notamment par le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement (RNCREQ), Écotech Québec et la coopérative Forêt d'Arden. Ces derniers y ont tous présenté leurs initiatives visant à favoriser la réduction d’émissions de GES.

Marché du carbone : un outil de croissance économique verte

Dans le cadre du Sommet de Lyon, le ministre a participé à différents événements, dont l’atelier « Économie bas carbone et emploi », afin de présenter les avantages environnementaux et économiques liés au marché du carbone, l’une des mesures phares que le Québec a mises en œuvre pour lutter contre les changements climatiques. « Grâce au Fonds vert, dont les revenus sont principalement issus du marché du carbone, le Québec soutient les entreprises, les municipalités et les citoyens québécois dans leur transition vers un monde plus sobre en carbone. Estimées à plus de 3,3 milliards de dollars d’ici 2020, ces sommes consacrées au Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques représentent un puissant moteur de relance économique et de création d’emplois », a indiqué le ministre.

En plus de ces interventions publiques, le ministre a participé à la table ronde de l’Alliance des États fédérés et des régions du Climate Group, présidé par M. Jay Weatherill, premier ministre de l’Australie du Sud, en présence de M. Mark Kenber, président de l’organisation, et de Mme Ana Oregi, ministre de l’Environnement du Pays basque, afin de discuter des attentes et des messages à livrer en amont de la CdP-21. Notons que cette rencontre s’est tenue en présence de Mme Laurence Tubiana, ambassadrice française et chargée des négociations sur les changements climatiques de la 21e Conférence des Parties, de Mme Christiana Figueres ainsi que de nombreux membres du Climate Group.

Plusieurs rencontres bilatérales étaient également au programme. Le ministre a eu l’occasion d’échanger avec M. Jean-Jacques Queyranne, président de la région Rhône-Alpes et coprésident du Sommet Climat et territoires de Lyon, M. Bernard Soulages, vice-président responsable des relations internationales de la région Rhône-Alpes, et M. Ronan Dantec, sénateur français de la Loire-Atlantique, coprésident du Sommet et coauteur du rapport Les collectivités territoriales dans la perspective de Paris Climat 2015 : de l’acteur local au facilitateur global. Il s’est également entretenu avec M. Carl Sargeant, ministre des Ressources naturelles du Pays de Galles, Mme Aileen McLeod, ministre de l’Environnement, des Changements climatiques et de la Réforme agraire de l’Écosse, et M. Matt Rodriguez, secrétaire à l’Environnement de l’État de la Californie. Notons qu’une rencontre avec Mme Anne Hidalgo, maire de Paris et M. Nicolas Hulot, président de la Fondation Nicolas-Hulot et envoyé spécial pour la protection de la planète, a également eu lieu. Le rôle de premier plan que jouent les gouvernements infranationaux dans l’effort mondial de lutte contre les changements climatiques, la mise en œuvre de marchés du carbone et l’électrification des transports, qui représentent des leviers importants pour le développement économique du Québec, ont été au cœur de ces rencontres.

Mentionnons aussi que des rencontres ont eu lieu avec Mme Hakima El Haite, ministre déléguée auprès du ministre de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, chargée de l’Environnement, du Royaume du Maroc, et Mme Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement du Luxembourg. Au cours de ces échanges, il a notamment été question des actions du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques, de même que du rôle fondamental des États infranationaux.

Les actions et réalisations du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques ont également suscité l’intérêt des médias français. En effet, le ministre Heurtel a donné plusieurs entrevues, notamment au magazine économique Challenge, au journal La Tribune, à la chaîne politique Public Senat et à l’Agence France-Presse, afin de présenter les perspectives offertes par le marché du carbone. 

Mission à Paris les 29 et 30 juin

La participation du ministre au Sommet de Lyon a été précédée d’un séjour à Paris au cours duquel il a rencontré des experts de CDC Climat, une filiale de la Caisse des Dépôts qui se consacre à la question des changements climatiques, ainsi que des membres du Cercle des dirigeants d’entreprises franco-québécois. En plus de leur présenter les actions du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques, le ministre Heurtel a rappelé les objectifs du Québec à l’égard du futur accord sur le climat, notamment celui de favoriser l'intégration d’un prix au carbone dans l'économie mondiale.

Soulignons que le ministre a pu s’entretenir avec le directeur de l'environnement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), M. Simon Upton et Mme Michelle d'Auray, ambassadrice et représentante permanente du Canada auprès de l'OCDE. En plus de présenter les outils de croissance économique verte du Québec, soit le marché du carbone et le Fonds vert, le ministre a réitéré la volonté du gouvernement d’explorer de nouvelles possibilités de collaboration avec l’OCDE en matière d’environnement et de développement durable.

« Alors que l’avenir de notre planète dépend des engagements que nous prendrons en décembre prochain pour réduire nos émissions de GES, il est essentiel que la communauté internationale parvienne à une entente ambitieuse. Ces derniers jours en France nous ont permis de partager nos visions, mais surtout de faire avancer les discussions en ce sens. Ensemble, nous pouvons lutter contre les changements climatiques afin d’assurer une qualité de vie à nos enfants », a indiqué le ministre.

- 30 -

SOURCE :

Guillaume Bérubé
Attaché de presse
Cabinet du ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3911

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement et de la Lutte contre
les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017