Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Adoption du projet de loi no 102 - Mission accomplie : Une transparence accrue et la lutte contre les changements climatiques intégrée

Québec, le 23 mars 2017. - La Loi modifiant la Loi sur la qualité de l’environnement afin de moderniser le régime d’autorisation environnementale et modifiant d’autres dispositions législatives notamment pour réformer la gouvernance du Fonds vert, adoptée aujourd’hui par l’Assemblée nationale, fait place à une plus grande transparence, favorise la participation citoyenne et maintient les plus hauts standards en matière de protection de l’environnement.

La nouvelle Loi est la preuve concrète qu’il est possible de favoriser le développement économique sans le faire au détriment de la protection de l’environnement. En effet, le régime d’autorisation environnementale du Québec est maintenant plus clair, prévisible, optimisé, moderne, mais également conforme aux plus hauts standards en matière de protection de l’environnement.

Citation :

« Après trois ans de travail, d’écoute et de consultations menées dans toutes les régions, je suis convaincu que le Québec s’est donné aujourd’hui une nouvelle Loi sur la qualité de l’environnement (LQE) équilibrée dont tous bénéficieront. La population demandait plus d’information, plus tôt dans le processus d’autorisation, et c’est ce qu’elle obtiendra. L’acceptabilité sociale des projets en sera favorisée, ce qui bénéficiera aux entreprises. Ensemble, nous pouvons poursuivre la transition vers un monde plus sobre en carbone en plus de contribuer à la modernisation et au développement durable de notre économie, et ce, afin d’assurer une qualité de vie à nos enfants. Faisons-le pour eux! »

David Heurtel, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Faits saillants :

Plus grande transparence des processus d’autorisation

  • Dès maintenant, ont un caractère public :
    • Les nouvelles autorisations, y compris les documents et études qui en font partie intégrante;
    • Les nouvelles demandes d’autorisation, y compris l’information relative aux contaminants susceptibles d’être rejetés dans l’environnement, sous réserve de la protection des secrets industriels et commerciaux confidentiels des entreprises concernées;
    • Les déclarations de conformité.
  • À l’égard des projets à risque environnemental élevé soumis à la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement (PEEIE), la nouvelle Loi :
    • Crée un registre des évaluations environnementales regroupant une information complète, livrée dès le dépôt de l’avis de projet et tout au long du processus, c’est-à-dire au fur et à mesure que les documents sont déposés au Ministère ou produits par le Ministère;
    • Introduit la possibilité, pour le public, de faire part de ses observations sur les enjeux que l’étude d’impact de l’initiateur du projet devrait aborder.

Tous ces documents seront éventuellement diffusés sur le Web. En attendant, ils sont disponibles sur demande.

Participation accrue du public

  • La Loi prévoit des moyens additionnels aux processus existants de participation publique devant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) :
    • Elle reconnaît le recours à la médiation et introduit la consultation ciblée pour lesquelles le ministre pourra mandater le BAPE (cela permet une approche modulée en fonction des caractéristiques d’un projet et des besoins des citoyennes et des citoyens concernés);
    • Elle permet au BAPE de recommander au ministre le type de mandat à réaliser (audience publique, consultation ciblée ou médiation);
    • Elle introduit la possibilité, pour le ministre, de mandater le BAPE pour qu’il tienne une audience publique sur un projet, sans période d’information préalable ni demande, lorsque la tenue d’une telle audience paraît inévitable en raison de la nature des enjeux soulevés;
    • Elle attribue au ministre le pouvoir de prolonger le délai réglementaire attribué au BAPE pour tenir une audience publique, une consultation ciblée ou une médiation;
    • Elle réduit à deux semaines le délai accordé au ministre pour rendre publics les rapports d’enquête et d’audience publique du BAPE.
  • Le gouvernement pourra, de façon exceptionnelle, assujettir les projets à la PEEIE quand :
    • Il est d’avis que les enjeux environnementaux que peut susciter le projet sont majeurs et que les préoccupations du public le justifient;
    • Le projet implique une technologie nouvelle ou un nouveau type d’activités au Québec pour lesquels il est d’avis que les impacts appréhendés sur l’environnement sont majeurs;
    • Il est d’avis que le projet comporte des enjeux majeurs en matière de changements climatiques.

Lutte contre les changements climatiques et principes de développement durable

  • Les mesures prévues dans la nouvelle Loi contribuent à l’atteinte des cibles gouvernementales de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).
    • L’introduction d’un « test climat », par exemple, permettra d’intervenir en amont des projets afin d’évaluer et de minimiser leurs émissions de GES. Tout demandeur d’autorisation dont les émissions de GES estimées du projet atteindront ou dépasseront un seuil qui sera déterminé par règlement devra démontrer l’optimisation de son projet en matière d’émissions de GES.
  • Dans l’analyse de toute demande d’autorisation, le ministre pourra prendre en considération les risques et les impacts appréhendés des changements climatiques sur le projet et sur le milieu où il sera réalisé.
    • Il pourra également considérer les mesures d’adaptation que le projet peut nécessiter ainsi que les engagements du Québec en matière de réduction des émissions de GES.
  • Les mesures prévues dans la Loi seront appliquées conformément aux principes de la Loi sur le développement durable, notamment la santé et la qualité de vie, la prévention, la précaution et la capacité de support des écosystèmes.

Entrée en vigueur progressive

  • La modernisation du régime d’autorisation environnementale requiert la modification de plusieurs règlements qui entreront en vigueur dans les 12 prochains mois et une infime minorité, après 24 mois.
  • Durant cette période de transition, la majorité des dispositions de la LQE en vigueur avant la sanction continueront de s’appliquer.
  • Entre-temps, des modifications se feront en continu dans les façons de faire du Ministère, c’est-à-dire en faisant de l’amélioration de la prestation de service une priorité constante.

Liens connexes :

De l’information additionnelle sur la modernisation du régime d’autorisation de la LQE, dont une fiche avec des exemples concrets des bénéfices pour la population, est disponible sur le site Web du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

– 30 –

SOURCE :

Emilie Simard
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3911

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement et de la Lutte contre
les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017