Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

30e anniversaire du protocole de Montréal - Le Programme des Nations Unies pour l’environnement reconnaît le leadership du Québec dans la protection de la couche d’ozone

Montréal, le 24 novembre 2017. Lors de la cérémonie des prix Ozone, qui se tenait hier dans le cadre de la onzième réunion de la Conférence des Parties à la Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone et de la vingt-neuvième Réunion des Parties au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a décerné au Québec le prix Leadership politique.
 
Le Québec s’est vu décerner cet honneur en reconnaissance de ses actions en faveur du bannissement des substances appauvrissant la couche d’ozone (ou SACO). Rappelons que le Québec a choisi d’articuler son approche de protection de la couche d’ozone à sa stratégie globale de lutte contre les changements climatiques, la réduction de l’utilisation des halocarbures constituant une mesure spécifique du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques. En outre, dans le cadre de la Politique internationale du Québec lancée en avril dernier, le gouvernement a nommé un émissaire aux changements climatiques et aux affaires nordiques et arctiques afin de renforcer notre influence sur la scène internationale et de contribuer à la promotion des positions québécoises dans ce domaine.
 
Par ailleurs, en encadrant l’installation des équipements requérant des halocarbures, les outils québécois vont au-delà des outils qui visent la fabrication et l’importation de tels équipements ailleurs dans le monde. Soulignons que le Québec est également à pied d’œuvre afin d’assujettir les appareils de climatisation et de réfrigération au régime de la responsabilité élargie des producteurs (REP), une initiative qui devrait avoir des bénéfices additionnels en captant encore plus de SACO et d’halocarbures avant qu’ils n’atteignent l’atmosphère.


Citations :
 
« La lutte contre les changements climatiques exige un leadership politique fort, et le gouvernement du Québec a maintes fois démontré le sien. Le prix d’hier s’ajoute à plusieurs marques de reconnaissance qu’il a déjà reçues à ce chapitre. Je suis fière de nos réalisations nombreuses et variées, nées d’initiatives politiques fortes et significatives. Soyez assurés que nous allons travailler pour que cette cause avance et progresse. Il est question ici de l’avenir de notre planète et de nos enfants! »
 
Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
 
« Le Québec démontre, encore une fois, qu’il consolide son leadership en matière de diplomatie climatique. Il importe d’agir sur ces enjeux déterminants pour l’avenir de la planète; cela témoigne de la volonté ferme du gouvernement du Québec de contribuer, aux côtés de la communauté internationale, aux efforts de préservation, à la recherche de solutions durables et à la mise en valeur de l’expertise québécoise. »
 
Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie


Faits saillants :

L’émission d’une tonne de SACO à l'échelle de la planète peut équivaloir, selon le type de SACO émis, à 1 000 tonnes de CO2 et plus. Il s’agit de puissants gaz à effet de serre qui nuisent, en outre, à la régénération de la couche d’ozone lorsqu’ils réagissent avec elle en s’élevant dans la stratosphère. Leurs substances de remplacement, que sont les HFC et les PFC, n’ont, quant à elles, aucun effet sur la couche d’ozone. Elles constituent néanmoins des GES et certaines d’entre elles affichent un potentiel de réchauffement très élevé.
 
Adopté en 1987, le protocole de Montréal, soit l’engagement international régissant les substances appauvrissant la couche d’ozone, a été amendé à plusieurs reprises. Le Canada est l’un des pays signataires de ce protocole. Bien qu’il n’ait pas déclaré y être lié officiellement, il assume ses responsabilités à l’égard de cette problématique environnementale depuis 1993.
 
Quant aux prix Ozone, ils servent à reconnaître l’engagement et la contribution extraordinaires de personnes ou d’organisations à la réalisation et aux objectifs du protocole de Montréal. Les lauréats sont choisis à la suite des recommandations d’un comité technique de sélection regroupant des experts internationaux du protocole de Montréal et par un jury international composé de leaders éminents.


Liens connexes :
 
Pour en apprendre davantage sur le Secrétariat de l’ozone, qui est le Secrétariat de la Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone, et sur le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone :
http://42functions.net/fr/about_the_secretariat.php.
 
Pour un bref aperçu du protocole de Montréal : https://unep.ch/ozone/Publications/MP_Brief%20primer-F.pdf.
 
Pour de l’information sur la réglementation entourant les halocarbures au MDDELCC :
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/air/halocarbures/index.htm.  
 
- 30 -

SOURCE :

Geneviève Benoit
Attachée de presse
Cabinet de la ministre
du Développement durable,
de l'Environnement et de la Lutte
contre les changements climatiques
Tél. : 418 521‑3911

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement et de la Lutte
contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017