Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Sédiments présumés contaminés aux hydrocarbures sur les berges de la rivière Saint-François :
Les résultats d’analyses confirment la présence de matière organique plutôt qu’une contamination par des hydrocarbures

Sherbrooke, le 19 décembre 2003  -   Les résultats d’analyses d’échantillons de sédiments prélevés par le ministère de l’Environnement, le 24 octobre dernier, sur les berges de la rivière Saint-François concluent à la présence de matière organique plutôt qu’à une contamination par des hydrocarbures. Les horizons noirâtres observés dans les sédiments seraient dus, en effet, à la présence de matière organique, comme des feuilles, des morceaux de bois et autres débris végétaux, qui se décompose et teint les sédiments en noir en suivant un processus naturel.

Rappelons qu’une chercheuse de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a soulevé, en octobre dernier, l’hypothèse d’une importante contamination des berges de la rivière Saint-François par des hydrocarbures. Le ministère de l’Environnement avait alors affirmé qu’il était prématuré d’élaborer et de mettre en œuvre un plan d’intervention, et ce, tant que les résultats des analyses ne seraient pas disponibles.

Le ministère de l’Environnement a prélevé des échantillons sur les berges de la rivière Saint-François à Drummondville et à Windsor, ainsi que sur les berges de la rivière Massawippi, à Eustis et à Capelton. Ces sites étaient les plus significatifs selon les observations de la chercheuse. Dans trois des quatre échantillons de sédiments contaminés aucun hydrocarbure n’a été détecté. L’échantillon provenant de Windsor contenait une concentration de 430 mg/kg d’hydrocarbures. Selon les critères de la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés, ce niveau de contamination est considéré comme peu élevé. À titre d’exemple, ce niveau pourrait permettre la réutilisation d’un terrain à des fins résidentielles, en vertu de la Politique. L’échantillon prélevé à Windsor comprenait aussi 4,8 % de matière organique et ceux prélevés dans la rivière Massawippi à Eustis et à Capelton, en présentaient respectivement 6,7 % et 2,4 %. Ces pourcentages confirment la présence de matière organique en quantités appréciables dans les échantillons prélevés, puisqu’au delà de 3 %, on considère qu’un sédiment est relativement riche en matière organique.

-30-

SOURCE :

Hélène Beauchesne
Responsable des communications
Directions régionales de l'Estrie et du Centre-du-Québec
Téléphone :(819) 820-3882, poste 223

INFORMATION :

Émile Griéco
Directeur régional
Direction régionale de l'Estrie
Téléphone :(819) 820-3882, poste 246

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017