Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Réseau québécois des aires protégées :
Le ministre Mulcair annonce l’adoption des plans de conservation de quatre réserves écologiques projetées

Québec, le 22 décembre 2003 – Le ministre de l’Environnement, M. Thomas J. Mulcair, annonce l’adoption par le gouvernement des plans de conservation de quatre réserves écologiques projetées dans le cadre du développement du réseau québécois des aires protégées.

« Par l’adoption de ces plans de conservation, le gouvernement vient légalement confirmer les conditions de protection de milieux exceptionnels qui sont représentatifs de la valeur écologique des écosystèmes du Québec », a déclaré le ministre Mulcair.

Ces quatre réserves écologiques projetées sont celles de la Matamec (partie-nord) et Paul-Provencher, sur la Côte-Nord, du Ruisseau-Clinchamp, en Abitibi-Témiscamingue, et de la Grande-Rivière, dans la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Pour chacune de ces réserves écologiques projetées, le plan de conservation précise la situation géographique et les limites et dimensions du territoire protégé. Il en donne un portrait écologique en décrivant les éléments représentatifs et les éléments remarquables. Il expose les occupations actuelles et les usages du territoire. Le plan établit les objectifs de conservation visés et il souligne les activités interdites et les conditions particulières d’exercice d’activités permises par la législation. C’est ce plan de conservation qui constitue dorénavant le document de gestion de la réserve écologique projetée pendant la période de protection provisoire.

Parmi les activités interdites dans chacune des réserves écologiques projetées, on retrouve l’exploitation forestière, minière, gazière ou pétrolière. Se retrouvent également au nombre des activités prohibées, l’exploitation des forces hydrauliques et toute production commerciale ou industrielle d’énergie, toute nouvelle attribution d’un droit à des fins de villégiature ainsi que les travaux de terrassement ou de construction.

Cette décision vient renforcer le statut de protection des territoires auxquels le ministère de l’Environnement entend accorder un statut définitif de protection au cours des prochaines années, conformément à sa programmation quinquennale de constitution des réserves écologiques 2002-2007. Rappelons que le statut de réserve écologique est celui qui comporte les plus hauts standards de protection au Québec. Les réserves écologiques permettent, entre autres, de mieux connaître le fonctionnement des écosystèmes dont on vise la conservation intégrale et d’évaluer de façon comparative les répercussions des activités humaines sur des milieux comparables.

Les plans de conservation de ces quatre réserves écologiques projetées sont disponibles dans le site Internet du ministère de l’Environnement.

– 30 –

SOURCES :

Paul-Yanik Laquerre
Directeur de cabinet adjoint
Cabinet du ministre de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3911
Louise Barrette
Direction des communications
Ministère de l’Environnement
Tél. : (418) 521-3823, poste 4163

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017