Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Lieu d’enfouisssement sanitaire BFI Usine de triage Lachenaie :
Le gouvernement du Québec accorde un agrandissement limité

Québec, le 10 février 2004  —  Le ministre de l'Environnement, M. Thomas J. Mulcair, annonce l’adoption par le Conseil des ministres d’un décret autorisant BFI Usine de triage Lachenaie, de Terrebonne, à agrandir son lieu d’enfouissement sanitaire (LES) dans le secteur nord jusqu’à une capacité maximale de 6,5 millions de mètres cubes de matières résiduelles sur une période de 5 ans, à raison d’un maximum de 1,3 million de tonnes métriques par année.

« Même si je reconnais que la qualité et la sécurité du site auraient permis d’accueillir les 40 millions de tonnes métriques demandées par l’exploitant, j’ai recommandé que l’on accorde aux promoteurs du projet une autorisation de plus courte durée, tel que préconisé par le BAPE. Une telle mesure permettra à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et aux municipalités régionales de comté (MRC) avoisinantes de mettre en œuvre la première phase de leur plan de gestion des matières résiduelles. Ainsi, au moment de réviser ce plan, elles pourront évaluer leurs besoins réels en matière d’élimination, en tenant compte des résultats atteints par l’application de la Politique de gestion des matières résiduelles 1998-2008 », a souligné le ministre Mulcair.

En sus des mesures environnementales liées à la hauteur de la nouvelle cellule et à son aménagement, le décret prévoit des mesures de protection exceptionnelles. L’agrandissement fera ainsi l’objet d’un programme de suivi environnemental très serré durant l’exploitation et pour une période de 30 ans après la fermeture du site. Le programme de suivi environnemental impliquera notamment des analyses périodiques de la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines, ainsi que de la qualité de l’air. Un plan d’action comportant des objectifs mesurables et des moyens explicites sera de plus mis en œuvre par le promoteur, afin de réduire les inconvénients liés à la fréquentation du site par les goélands.

« Les grands projets de lieux d’enfouissement préoccupent souvent la population qui craint leurs effets sur la santé. A cette fin, les citoyens vivant aux alentours du site seront directement impliqués dans le processus de suivi. Ainsi, deux comités de vigilance formés de citoyens seront constitués, l’un pour le suivi des activités et l’autre pour celui des odeurs. Le premier aura le mandat de faire des recommandations à l’exploitant sur l’élaboration et la mise en œuvre de mesures propres à améliorer le fonctionnement des installations et à atténuer les impacts du LES sur le voisinage et sur l’environnement, tandis que le second devra identifier les épisodes d’odeurs émanant du site et participer, en collaboration avec l’exploitant, à l’élaboration de mesures spécifiques visant à atténuer les nuisances liées aux odeurs. Ces deux comités devront faire régulièrement rapport de leurs activités au ministre de l’Environnement », ajoutait le ministre Mulcair.

De plus, le ministère de la Santé et des Services sociaux a créé un comité de concertation regroupant des représentants de son ministère ainsi que des directions de santé publique de différentes régions. Ce comité débutera ses travaux dès le mois de février, avec le mandat de travailler à la prévention des impacts des grands projets de lieux d’enfouissement sanitaire sur la santé publique.

Rappelons que le rapport déposé par le Bureau d’audiences publiques (BAPE) en mai 2003 faisait état d’une surévaluation des besoins de la part du promoteur, ainsi que de l’opposition manifestée par les résidants des secteurs avoisinants vis-à-vis de ce projet lors des audiences publiques. Tout en considérant comme inacceptable le projet tel que présenté, ce rapport reconnaissait le besoin d’enfouissement d’un volume supplémentaire de matières résiduelles venant de la CMM et pour cette raison, il estimait qu’une autorisation de cette nature devrait être accordée.

Le texte du décret peut être consulté sur le site Internet du ministère de l'Environnement.

- 30 -

SOURCES :

Pascale St-Pierre
Attachée de presse
Cabinet du ministre
Tél. : (418) 521-3911
Louise Hamel
Conseiller en communication
Direction des communications
Tél. : (418) 521-3823, poste 8025

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017