Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Les lacs, les cours d'eau et les milieux humides : des milieux vivants et protégés

Québec, le 2 juin 2005 – Avec le retour de l’été et la reprise des activités à proximité des lacs, des cours d'eau et des milieux humides, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune et le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs rappellent aux personnes et aux entreprises que les lacs, les cours d'eau et les milieux humides sont des milieux vivants et protégés par des lois et des règlements. Il est donc primordial de se renseigner avant d'y effectuer des travaux.

Des activités qui causent des torts

Plusieurs activités effectuées à proximité ou sur le lit des lacs, des cours d’eau et des milieux humides causent des dommages considérables au milieu aquatique, à la faune et à la flore qui y vivent. À titre d'exemple, mentionnons :

  • La modification du tracé d'un cours d'eau pour en éliminer les méandres brise son équilibre naturel. Il en résulte une augmentation de la vitesse des courants et l'apparition de problèmes comme la dégradation des rives de terrains situés plus bas le long du cours d'eau;
  • Le prélèvement de gravier dans le lit des cours d'eau entraîne la destruction de l'habitat de reproduction de l’omble de fontaine (truite mouchetée) et d'autres espèces de poissons. Il provoque aussi le transport de sable et d'autres particules fines qui peuvent étouffer les œufs de poisson sur les frayères et entraîner ainsi des pertes de production considérables;
  • Le déversement de terre, de sable ou de tout autre matériau sur le lit d'un cours d'eau ou d'un lac ou dans un milieu humide détruit les habitats fauniques et la flore présents;
  • L'enlèvement et la destruction de la végétation riveraine détruisent les habitats fauniques et amplifient les problèmes de dégradation des rives, d’augmentation d’algues et de plantes aquatiques ou d’envasement du cours d’eau ou du lac.

Parce qu'ils constituent notre patrimoine collectif, en terres publiques comme en terres privées, les rives, le lit des cours d'eau et des lacs ainsi que les milieux humides bénéficient de mesures légales de protection. Il est donc interdit d’intervenir sans autorisation dans ces milieux aquatiques. De plus, une bande de protection de 10 à 15 mètres en bordure des lacs et des cours d’eau doit être conservée à l’état naturel.

Certains règlements municipaux contiennent des mesures de protection des lacs, des cours d'eau et des milieux humides et, dans de tels cas, il est obligatoire d’obtenir un permis avant d’exécuter les travaux. De plus, dans certains cas, des autorisations préalables doivent aussi être obtenues auprès du Secteur Faune Québec du ministère des Ressources naturelles et de la Faune et du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.

Au cours des dernières années, de nombreuses infractions ont malheureusement été constatées sur notre territoire. Celles-ci se sont à maintes reprises traduites par des poursuites devant les tribunaux, des condamnations et, dans plusieurs cas, des ordonnances de remise en état des lieux aux frais du contrevenant.

Pour se renseigner

Pour toute question concernant la protection des lacs, des cours d'eau et des milieux humides, communiquez avec votre municipalité mais aussi, à votre choix, avec le ministère des Ressources naturelles et de la Faune ou avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.

Une invitation est faite aux personnes intéressées à se procurer le dépliant « Le poisson dans tous ses habitats » au bureau régional du Secteur Faune Québec du ministère des Ressources naturelles et de la Faune de leur région ou en le téléchargeant à partir de son site Internet.

Une série de trois dépliants a été produite par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs :

Ces documents s’adressent respectivement aux villégiateurs, aux exploitants agricoles et aux entrepreneurs qui doivent intervenir dans les lacs, les cours d’eau, les milieux humides ou à proximité de ceux-ci. Ces documents sont accessibles à partir de la vitrine Internet du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs. Un exemplaire imprimé peut également être obtenu en téléphonant au Centre d’information du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, au numéro 1 800 561-1615 (sans frais) ou à la direction régionale du Ministère, de la région concernée.

- 30 -

SOURCES :

Benoit L’Allier
Direction des communications et de l'éducation
Ministère des Ressources naturelles
et de la Faune
Tél. : (418) 521-3845, poste 7093




Mariette Trottier
Direction des communications
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement et des Parcs
Tél. : (418) 521-3823. poste 7069
Louise Trudeau
Coordonnatrice aux habitats fauniques
Direction de l’aménagement de la faune de la
région de la Chaudière-Appalaches
Ministère des Ressources naturelles
et de la Faune
Tél. : (418) 832-7222, poste 239

Mohamed Aber
Coordonnateur du pôle d’expertise régionale au secteur hydrique
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement et des Parcs
Tél. : (819) 371-6581, poste 2010

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017