Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

La présence de poissons morts dans la baie Missisquoi est due au développement d’une bactérie causée par une élévation rapide des températures

Québec, le 22 juin 2005 - Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs ainsi que le ministère des Ressources naturelles et de la Faune concluent que la présence de poissons morts dans la baie Missisquoi est fort probablement due à une bactérie, la flexibactériose, qui s’est développée à la suite d’une élévation rapide des températures observées durant les jours qui ont précédé la mortalité des poissons.

C’est le résultat auquel arrivent les experts régionaux du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et ceux du ministère des Ressources naturelles et de la Faune à la suite des vérifications d’usage effectuées concernant les observations rapportées par des citoyens.

Ainsi, les experts déduisent que la mort d’environ 2000 poissons, dispersés dans la baie, est probablement due à une bactérie favorisée par un réchauffement soudain de la température de l’eau et les conditions d’enrichissement élevées qu’on retrouve dans ces eaux. Quant à la présence d’une grande quantité de carapaces, ils l’attribuent à la présence de squelettes externes d’insectes perdus lors de la mue simultanée d’une grande quantité de ces organismes aquatiques. Les observations visuelles faites le 15 juin 2005 ont indiqué également une très faible présence de cyanobactéries et, de ce fait, il n’y aurait pas de lien avec la mortalité de poissons.

Par ailleurs, le Centre d’expertise en analyse environnementale a analysé trois échantillons d’eau de la baie Missisquoi. Ces analyses indiquent que, dans chacun des trois prélèvements, les densités de cyanobactéries sont inférieures au premier seuil d’intervention établi par l’Organisation mondiale de la santé, qui est de 20 000 cel/ml. Des toxines associées aux cyanobactéries ont été décelées mais à des concentrations nettement inférieures aux critères actuellement utilisés pour les usages impliquant un contact direct avec l’eau, telle la baignade.

Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs a un programme de suivi de la qualité de l’eau de la baie Missisquoi en ce qui a trait, entre autres, aux cyanobactéries. Il suivra au cours de l’été l’évolution de cette situation.

Pêche sportive

Quant à la qualité de la chair des poissons de la baie, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune considère que celle-ci n’est pas affectée par ce type d’événement et que le respect du Guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce s’applique toujours. On peut consulter le Guide, par Internet, à l’adresse suivante : http://www.menv.gouv.qc.ca/eau/guide. La consommation de la chair des poissons n’est toutefois pas recommandée au cours des éventuels épisodes de « blooms » de cyanobactéries.

- 30 -

SOURCES :

Hélène Beauchesne
Direction régionale de l’analyse et de l’expertise de l’Estrie et de la Montérégie
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement et des Parcs
Tél. : (819) 820-3882, poste 223
Pierre Bilodeau
Direction générale de l’Aménagement de la faune- Région de Montréal, de Laval et de la Montérégie
Ministère des Ressources naturelles et de la Faune
Tél. : (450) 928-7607, poste 270

INFORMATION :

Patrick Septembre
Conseiller en communication
Direction des communications
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
Tél. : (418) 521-3823, poste 4173
Benoit L’Allier
Conseiller en communication
Direction des communications et de l’éducation
Ministère des Ressources naturelles et de la Faune
Tél. : (418) 521-3845, poste 7093

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017