Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Parc national du Mont-Orford
Un projet qui garantit la vocation de conservation du parc national tout en soutenant l'essor économique et social de la région

Orford, le 6 mars 2006 - Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et leader adjoint du gouvernement, M. Claude Béchard, la ministre responsable de la région de l’Estrie, Mme Monique Gagnon-Tremblay, et le député d’Orford, M. Pierre Reid, annoncent la décision gouvernementale de déposer, à l’Assemblée nationale, un projet de loi visant à rendre conforme le parc national du Mont-Orford à la vocation des parcs nationaux du Québec, telle que prévue à la Loi sur les parcs adoptée en 2001.

Le projet de loi va soustraire et prévoir la vente du territoire sous bail du parc national du Mont-Orford utilisé à des fins récréotouristiques intensives (centre de ski alpin et terrain de golf). Il prévoira également la possibilité d’un développement domiciliaire d’ensemble de ces terrains d’une superficie maximale de 85 hectares dans le respect des plus hauts standards environnementaux qui permettront de préserver les paysages et la biodiversité faisant la beauté et la richesse du Mont-Orford.

« La décision gouvernementale que j’annonce aujourd’hui est l’aboutissement d’une longue démarche d’analyse et de réflexion amorcée depuis 2002 sur le devenir du parc national du Mont-Orford et constitue un exemple concret des défis que représente le développement durable c’est-à-dire,  notre capacité à atteindre l’équilibre entre des considérations environnementales de première importance, des préoccupations sociales et des considérations économiques », a déclaré le ministre Béchard.

Un parc national agrandi

Le gouvernement s’engage ainsi dans une démarche active visant à doubler au cours des prochaines années la superficie du parc national du Mont-Orford tout en s’associant au milieu dans le cadre de partenariats avec des organismes de conservation. La loi donnera les moyens pour y parvenir en garantissant que toutes les sommes d’argent provenant de ces ventes seront exclusivement consacrées à un agrandissement, d’au moins 5 000 hectares, de la superficie du parc actuel à partir d’écosystèmes naturels de très grande valeur écologique. Enfin, le gouvernement souhaite mettre en place un vaste corridor de conservation dans l’axe Sutton-Mont-Orford en partenariat avec des organismes de conservation.

« Par cet engagement, le gouvernement démontre sa ferme volonté de protéger la nature et la biodiversité, de renforcer l’intégrité écologique du parc national du Mont-Orford et d’associer la population de la région de l’Estrie à la protection de la biodiversité », a indiqué la ministre Gagnon-Tremblay.

Un projet transparent et respectueux de l’environnement

Le gouvernement va procéder à la vente des terrains et des équipements actuellement sous bail par appel d’offres public. La loi assurera la transparence du processus de vente et fixera l’ensemble des conditions liées à cette vente.

En soustrayant les terrains et équipements à vocation récréotouristique intensive des limites du parc, le gouvernement se dégagera définitivement d’une responsabilité financière et administrative qui n’est pas de son ressort, soit la gestion et le développement d’un centre de ski alpin et d’un terrain de golf.

« En réglant une fois pour toute une anomalie que constitue la présence d’un centre de ski alpin et d’un golf dans un parc national voué à la conservation, en se donnant par une loi des moyens d’agrandir la superficie de milieux de haute valeur écologique de l’actuel parc national du Mont-Orford et en remettant au secteur privé la gestion d’un complexe récréotouristique tout en s’assurant de l’application de conditions sévères de protection de l’environnement, notre gouvernement estime prendre la meilleure décision pour la collectivité québécoise », a conclu le député d’Orford, M. Pierre Reid.

- 30 -

SOURCES :

Dominique Bédard
Attachée de presse, par intérim
Cabinet du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
Tél. : (418) 521-3911
Louise Barrette
Direction des communications
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
Tél : (418) 521-3823, poste 4163

INFORMATION :

Patrick Septembre
Direction des communications
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
Tél : (418) 521-3823, poste 4173

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017