Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

Création de la première réserve aquatique projetée dans l’estuaire du Saint-Laurent

Pointe-aux-Outardes, le 21 août 2013 – Le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, M. Yves-François Blanchet, annonce la création de la première aire marine protégée relevant de la responsabilité du Québec qui protégera un territoire marin de 712 km2 dans la péninsule de Manicouagan, près de Baie-Comeau. Accompagné du député de René-Lévesque, M. Marjolain Dufour, responsable de la région de la Côte-Nord et whip en chef du gouvernement, M. Blanchet a également annoncé l’octroi d’une aide financière totalisant 150 000 $ pour les trois prochaines années à l’organisme Parc Nature de Pointe-aux-Outardes.

Cette aide financière de 150 000 $ permettra au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes d’assurer la gestion de la réserve aquatique projetée en collaboration avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) et les partenaires du milieu. Le territoire marin protégé par la réserve aquatique projetée de Manicouagan est situé en face du parc et est inclus dans la Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) de Baie-Comeau, qui comprend le littoral à partir de la pointe Saint-Gilles, la baie des Écorces, la baie Comeau et une partie de la baie des Anglais.

« À l’échelle mondiale, la préservation de la biodiversité marine est une grande préoccupation pour le 21e siècle. Le gouvernement est sensible à cette problématique qui porte des enjeux écologiques évidents, mais qui pose aussi un défi alimentaire et économique important. Avec la création de la réserve aquatique projetée de Manicouagan, la proportion du territoire marin québécois légalement protégé passera à 1,3 %. Les engagements internationaux en la matière visent une proportion de 10 % d’ici 2020. L’annonce d’aujourd’hui est un pas dans cette direction et nous travaillons sur un plan audacieux et déterminé en vue de préserver et de mettre en valeur la biodiversité du territoire québécois », a déclaré le ministre Blanchet.

En plus de contribuer à augmenter de façon notable la superficie protégée dans la région de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, la réserve aquatique projetée de Manicouagan permettra également de protéger plusieurs espèces menacées ou vulnérables, d’assurer une utilisation durable des ressources du territoire et de conserver la biodiversité des écosystèmes littoraux, estuariens et marins.

L’octroi de ce statut d’aire protégée projetée permettra d’assurer un contrôle plus serré relativement à la dégradation des habitats, à la qualité de l’eau et des sédiments, à la surexploitation d’espèces commerciales, à la diminution de la biodiversité et de certaines espèces en situation précaire, dont le phoque commun, le marsouin commun et le petit rorqual.

De plus, cette réserve aquatique projetée située dans l’estuaire du Saint-Laurent contribuera à conforter l’offre touristique de la région de la Côte-Nord, notamment pour les activités d’écotourisme pratiquées dans le secteur de Manicouagan. Sa création est le fruit d’une étroite collaboration avec un comité de partenaires du milieu regroupant des représentants de la MRC Manicouagan, du Conseil des Innus de Pessamit, du Parc nature de Pointe-aux-Outardes, de Pêches et Océans Canada, du Conseil régional de l’Environnement et de la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka.

« Aujourd’hui, nous reconnaissons la valeur exceptionnelle d’un territoire qui abrite des écosystèmes estuariens et marins parmi les plus riches et les plus productifs du Saint-Laurent. C’est grâce au travail assidu de tous ces partenaires, qui ont su se mobiliser autour d’un projet commun, que cette réserve aquatique projetée peut enfin prendre forme aujourd’hui. Il faut voir ce projet comme une victoire pour ces intervenants, mais également pour les citoyens de la région, dont la qualité de vie dépend grandement des écosystèmes qui les entourent », a déclaré le député Dufour.

- 30 -

SOURCE :

Catherine Salvail
Attachée de presse
Cabinet du ministre
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement, de la Faune
et des Parcs
Tél. : 418 521-3911

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune
et des Parcs
Tél. : 418 521-3991

 


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017