Les aventures de Rafale

La consommation de la chair de poisson

La consommation de la chair de poissonJuillet 2001 - Voici maintenant mon grand retour dans la Beauce... TA-DAM!!

C’est l’anniversaire de mon oncle, le père de Robin; il a 40 ans! Ma tante a donc organisé une grande fête avec toute la famille pour le célébrer. Les adultes discutent tranquillement pendant que les jeunes se baignent, jouent à la cachette autour de la maison et font du patin à roues alignées... Ça donne faim tout ça!

Pour plaire à mon oncle, un grand pêcheur, ma tante a préparé du poisson pour tout le monde ! Mon cousin Robin a dévoré sa portion avant même que j’aie terminé d’examiner ce qui se trouve dans mon assiette...

RobinAllez Rafale, mange! Ça va refroidir!

RafaleJe ne suis pas habitué à manger du poisson, moi!

RobinMais voyons Rafale! Ce n’est pas un monstre, c’est un POISSON! Savais-tu que le poisson est très bon pour la santé? Il est moins gras que les viandes rouges comme le bœuf ou les viandes blanches comme le poulet, tout en contenant autant de protéines. Le poisson constitue une bonne source de vitamines et de sels minéraux  et il contient même des oméga-3...

RafaleC’est quoi ça? D’autres petites bibittes!

RobinFranchement!... Les oméga-3 sont des acides gras qui aident à prévenir les maladies cardio-vasculaires. Je te le répète, le poisson est excellent pour la santé. C’est mon père qui a pêché cette perchaude-là, alors ne fais pas le difficile!

Je n’ai pas le choix : Robin insiste tellement. Sous peine de passer pour une poule mouillée, je dois manger ce qu’il y a dans mon assiette... Surprise! C’est très bon! Je décide alors d’aller voir mon oncle pour en savoir davantage sur la pêche.

RafaleRobert, comment tu as fait pour trouver ce très bon poisson?

RobertJ’ai fait comme un million de Québécois : je me suis acheté un permis de pêche et j’ai mis ma ligne à l’eau... Puis j’ai attendu... Et attendu... Et attendu...

RafaleMais tu l’as pêché où ce poisson-là?

RobertDans le Saint-Laurent, à la hauteur de Québec.

RafaleDans le fleuve Saint-Laurent? Je croyais qu’il était pollué le fleuve? Sur ses rives, il y a plein d’usines qui rejettent des polluants dans l’eau...

RobertEffectivement, plusieurs usines et même des villes ont longtemps rejeté leurs eaux usées directement dans le fleuve sans les traiter. Mais depuis une quinzaine d’années, le ministère de l’Environnement a fait adopter des règlements dont trois traitant respectivement du mercure, des BPC et des pesticides. La pollution a donc beaucoup diminué dans le fleuve. Par le fait même, la concentration de polluants dans la chair des poissons a elle aussi été réduite.

RafaleQuelles sont les sources de ces trois contaminants?

RobertUne certaine quantité de mercure est présente naturellement dans la roche, l’eau et l’air. Mais des industries et les automobiles en rejettent beaucoup aussi. Les BPC étaient autrefois utilisés dans les équipements électriques. Ils ont été dispersés dans l’environnement par des bris d’équipement, des incendies incontrôlés et les rejets des usines. Ils sont interdits depuis 1980. Enfin, les pesticides se sont retrouvés dans l’eau par le lessivage des sols sur lesquels ils avaient été répandus.Le cycle de la pollution

RafaleEst-ce que cette pollution affecte les poissons?

RobertMalheureusement, oui. Les polluants s’accumulent au fond de l’eau et les poissons les mangent avec leur nourriture. Une grande partie des contaminants s’accumule ainsi dans la chair des poissons.

RafaleEst-ce que tous les poissons sont contaminés?

RobertTous ceux qui vivent dans des eaux polluées le sont, mais à différents degrés. Les poissons qui mangent d’autres poissons le sont encore plus. Imagine : un poisson a déjà accumulé des contaminants et un autre vient le manger! Et plus les poissons sont gros et vieux, plus ils risquent d’avoir accumulé beaucoup de contaminants...

RafaleEt ensuite, nous mangeons ces poissons. N’est-ce pas dangereux pour les humains?

RobertIl existe un certain risque, puisque nous sommes au bout de la chaîne alimentaire. On peut prendre certaines précautions, comme manger uniquement les petits poissons, ou ne pas consommer la graisse de cuisson, car les contaminants se retrouvent dans le gras des poissons. Mais avant tout, il faut bien savoir que les bénéfices de manger du poisson sont beaucoup plus importants que les risques que cela peut représenter... En fait, ce sont les femmes enceintes et les enfants qui sont les plus sensibles à cette contamination.

RafaleEst-ce qu’il y a un moyen de connaître le degré de pollution des poissons?

RobertOui, le Guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce suggère des quantités maximales de repas de poisson par mois aux grands consommateurs. Plus le poisson est contaminé, moins on doit en manger chaque mois. C’est simple!

RafaleTout devient simple quand c’est expliqué de cette façon ! Merci Robert ! Est-ce que je peux avoir un autre morceau de perchaude?

Les principales espèces de poissons pêchés au Québec

L’achigan à petite bouche, la barbotte brune, la barbue de rivière, le grand Corégone, le doré jaune, l’éperlan arc-en-ciel, l’esturgeon jaune, le grand brochet, l’omble chevalier, l’omble de fontaine, la ouananiche, la perchaude, le poulamon atlantique, le touladi, la truite arc-en-ciel et la truite brune.

Pour voir à quoi ressemble chaque espèce, clique ici!

 

http://www.menv.gouv.qc.ca/eau/guide/index.htm

Guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce

http://206.167.52.1/fr/document/publication.nsf/fb143c75e0c27b69852566aa0064b01c/040206bf90064cdf85256816006305a8?OpenDocument Le dépliant Connaissez-vous les oméga-3? Moi oui...
http://www.menv.gouv.qc.ca/eau/guide/recettes.htm

Recettes pour déguster du poisson...

http://www.menv.gouv.qc.ca/eau/guide/recettes.htm Aventure sur la diversité des poissons

Glossaire

Année de publication : 2001