Les aventures de Rafale

La tourbière : un écosystème à sauvegarder

La tourbière : un écosystème à sauvegarderOctobre 2002 - Vous le savez peut-être, mon ami Fyto adore parler de la biodiversité. Nous sommes derrière chez lui, dans une petite forêt. Il semble énervé et ne veut pas me dire tout de suite où nous allons.

RafaleMais Fyto! Pourquoi tiens-tu tant à me réserver la surprise?

FytoTu es trop curieux, Rafale! Dès que nous serons sortis de cette forêt, tu verras! Tout ce que je vais te dire pour le moment, c’est qu’environ 12 millions d’hectares du territoire québécois sont constitués du type de milieu naturel que tu t’apprêtes à découvrir.

RafaleAh ouais? Est-ce que ce sont les lacs et les rivières?

FytoNon! Et ce ne sont pas les forêts non plus. On pourrait dire, juste pour rigoler, que c’est une mutation entre les deux, puisque le milieu en question contient beaucoup d’eau et de végétaux.

Les deux grands types de tourbières au Québec

Les tourbières du Québec se répartissent en deux groupes : les tourbières ombrotrophes, ou bogs, et les tourbières minérotrophes, ou fens.

La tourbière ombrotrophe, ou bog

Ce type de tourbière est alimenté en eau uniquement par les précipitations atmosphériques. Elle est plutôt pauvre en éléments nutritifs. Un nombre limité mais important d’espèces acidophiles y vivent. On retrouve les tourbières ombrotrophes particulièrement dans les régions du Lac-Saint-Jean, de la BaieJames et de la Côte-Nord.

La tourbière minérotrophe, ou fen

Ce type de tourbière recueille, en plus des précipitations atmosphériques, des eaux de ruissellement ayant été en contact avec les sols minéraux avoisinants, ce qui l’enrichit grandement. Plus riche en éléments nutritifs que la tourbière ombrotrophe, elle permet à un plus grand nombre d’espèces de plantes d’y croître : mousses, plantes herbacées, arbustes, arbres… Cependant, l’épaisseur de tourbe des fens est généralement plus mince que celle des bogs.

RafaleEntre les deux? Je n’y comprends rien, Fyto! Comment un milieu peut-il être composé de végétation et d’eau en même temps?

FytoC’est ce que l’on nomme les milieux humides . Ce type de milieu naturel comprend différents habitats pour la flore et la faune, comme les marais, les marécages et les tourbières.

RafaleLes tourbières? Qu’est-ce que c’est?

FytoCe sont des endroits où de la tourbe se forme.

RafaleAh oui! Ça, je connais bien! Mon père en a mis au printemps parce qu’il n’y avait plus de gazon sur...

FytoNon, Rafale. Contrairement à une croyance assez répandue, la tourbe n’est pas la même chose que l’herbe de ta pelouse.

RafaleMais alors, qu’est-ce que c’est?

Pendant que je pose cette question à Fyto, nous arrivons dans une clairière plutôt spéciale qui ressemble à un champ abandonné depuis trop longtemps, parsemé d’herbes épaisses et de petits arbustes. Il y a aussi de petits étangs dans lesquels on aperçoit quelques canards.

FytoLa tourbe est une substance organique formée de résidus d’origine végétale, à différents états de décomposition, qui se sont accumulés à travers les siècles.

Fen - Réserve écologique de la Pointe-Heath (Île d’Anticosti) - MDDELCC - Line Couillard

Fen - Réserve écologique de la Pointe-Heath (Île d’Anticosti) -
MDDELCC - Line Couillard

RafaleCombien cela prend-il de temps pour qu’une tourbière se forme?

FytoDans la vallée et le long du golfe du Saint-Laurent, la plupart des tourbières ont commencé à se développer il y a 8 000 à 10 000 ans, soit après la déglaciation du continent.

RafaleEt comment ce phénomène se produit-il? Comment les tourbières se développent-elles?

FytoLes tourbières naissent dans des dépressions, c’est-à-dire là où la surface du sol présente naturellement un creux, dans lequel s’accumulent des débris organiques. La tourbe s’y accumule plus rapidement qu’elle ne s’y décompose. Certaines tourbières se forment aussi dans des endroits où l’eau suinte en permanence à la surface du sol.

RafaleDes débris organiques? Comme des feuilles, des branches d’arbre ou des plantes mortes?

FytoOui, surtout les débris de la végétation qui pousse dans les tourbières. Ces débris incluent aussi des aiguilles de conifères, lorsque ces arbres se trouvent à proximité, du pollen et de petits insectes morts.

Les plantes menacées ou vulnérables des tourbières du Québec

Il y actuellement 375 plantes menacées ou vulnérables au Québec, dont 28 qui poussent dans les tourbières. Parmi ces dernières, mentionnons :

RafaleEt tout cela s’accumule dans une dépression pour former de la tourbe? Comment cela se produit-il?

FytoLa tourbe s’entasse dans de petites étendues d’eau mal drainées, c’est-à-dire là où l’eau ne circule pas vraiment bien.

RafaleD’accord! Les débris organiques s’amassent là pendant très longtemps, mais se décomposent plus lentement qu’ils ne s’accumulent?

FytoOui, c’est ça! Plusieurs centaines d’années, voire des milliers, sont essentielles pour qu’un petit étang se transforme en tourbière.

RafaleMais pourquoi n’y a-t-il pas de gros arbres ici? Ça ne serait pas une bonne idée que d’aplanir le terrain pour ensuite y faire pousser des arbres? Ou encore de transformer la tourbière en champs cultivables?

FytoNon, Rafale! Bien que les tourbières semblent plutôt inutiles du premier coup d’œil, elles rendent une énorme quantité de services. Elles forment un milieu naturel que nous devons protéger. Certaines espèces de plantes et d’insectes ne vivent d’ailleurs que dans les tourbières. De plus, savais-tu que celles-ci sont exploitées pour en extraire la mousse de tourbe que l’on utilise en horticulture?

RafaleJe sais que mon oncle Robert en étend parfois dans son jardin. Regarde, Fyto! Est-ce que ce sont des fruits que je vois là? C’est orangé et ça semble appétissant… Peut-être est-ce poison?

Vue aérienne d’un bog – Archipel de Mingan – MDDELCC – Line Couillard

Vue aérienne d’un bog – Archipel de Mingan – MDDELCC – Line Couillard

FytoCe sont des chicoutés, de la famille de la framboise, qui poussent surtout dans les tourbières. C’est très bon! Goûtes-y! Il s’agit d’un fruit moins bien connu que le bleuet ou la framboise.

RafaleAh! C’est donc ça des chicoutés! J’en ai entendu parler, mais je n’avais jamais eu la chance d’en voir. Sur la Côte-Nord, la cueillette de ce fruit fait partie de l’économie locale. Je comprends pourquoi les tourbières sont des écosystèmes importants à protéger! Ils accueillent une variété de plantes, d’insectes et même des canards, comme ceux que je peux voir là-bas, sur le petit étang!

FytoOui, et ces canards viennent s’abreuver et se nourrir ici. Les orignaux font la même chose : ils adorent se gaver de plantes aquatiques, par exemple de racines de nénuphars.

RafaleIl y a beaucoup d’insectes!

FytoOui. Des fourmis et des moustiques, pour ne nommer que ceux-là. Le sol d’une tourbière contient une grande quantité de matière organique. Plusieurs insectes aiment donc y vivre. De plus, les ours se nourrissent parfois d’insectes et de petits fruits. Ils se régaleraient sûrement de ces fourmis et de toutes les baies qui poussent ici!

RafaleDes ours? Euh… Fyto? Si on rentrait?

L’utilité des tourbières

Les tourbières rendent de nombreux services, autant aux humains qu’aux autres espèces vivantes. Elles contribuent par exemple à :

  1. améliorer la qualité des eaux souterraines, en filtrant l’eau;
  2. prévenir les inondations en absorbant l’eau du sol, comme des éponges;
  3. permettre l’étude de l’écosystème local. Les scientifiques peuvent recueillir dans la tourbe des échantillons de pollens, de plantes ou d’insectes morts, parce qu’ils s’y préservent très bien;
  4. ravitailler les animaux. Les petits fruits et les insectes pour les ours et les oiseaux, de même que les nénuphars et d’autres plantes pour l’orignal ne sont que quelques exemples de nourriture fournie par les tourbières. Les animaux peuvent aussi s’abreuver dans les petites mares d’eau à proximité;
  5. produire de la tourbe à des fins commerciales. Celle-ci est utile en horticulture parce qu’elle agit comme amendement. La tourbe peut aussi servir de combustible : entre 1864 et 1935, elle a servi à faire avancer les locomotives et à chauffer nos maisons. Certains pays d’Europe utilisent encore la tourbe pour produire de l’électricité.

Ouvrages de références

Écologie des tourbières du Québec-Labrador
Sous la direction de Serge Payette et Line Rochefort, 2001, Les Presses de l'Université Laval, Sainte-Foy (Québec), 621 p.

Note sur l’histoire naturelle de la chicouté (Rubus chamaemorus L.)
Beaulieu, J., B. Otrysko et L. Lapointe, 2002, Le Naturaliste canadien, vol. 125 nº 2, pp. 17-21.

Les plantes vasculaires menacées ou vulnérables du Québec
Labrecque, J. et G. Lavoie, 2002, Gouvernement du Québec, ministère de l’Environnement, Direction du patrimoine écologique et du développement durable, Québec, 200 p.

Liens Internet

http://www.naturequebec.org/ressources/fichiers/ArchivesEcoroute/MilieuxHumides_1998.pdf Le « Guide des milieux humides », diffusé sur le site Internet de Nature Québec, te renseignera sur les tourbières, marais et marécages situés au Québec. (PDF, 3 Mo)
http://www.ducks.ca/fr/index.html Canards illimités est un organisme qui vise la protection des milieux humides autant au Québec qu’ailleurs au Canada. Si ça t’intéresse d’en savoir plus, tu peux visiter son site officiel.
http://www2.ecol.ucl.ac.be/tourbiere/

Ce site vulgarisé de l'Université de Louvain, en Belgique, t’en apprendra énormément sur les tourbières et tout ce qui s’y rapporte!

http://perso.wanadoo.fr/tourbiere.parigne/index.html

Ce site réalisé par les élèves d’une école de France à propos d’une tourbière de leur région pourrait t’apporter des informations additionnelles sur le sujet.

http://www.fnh.org/naturoscope/Flore/Fleur/Sphaign/ge1.htm

Une description plus détaillée des sphaignes, ces plantes qui poussent dans les tourbières.

http://membres.lycos.fr/aptq/

L’Association des producteurs de tourbe du Québec a pour buts de sensibiliser les producteurs à l'utilisation responsable des tourbières et d'informer le public sur cette ressource naturelle. Ce site te permettra de tout savoir sur la tourbe : son origine, ses caractéristiques, son utilité, etc.


Glossaire

Année de publication : 2002