Les aventures de Rafale

Le virus du Nil occidental pique ma curiosité

Le virus du Nil occidental pique ma curiositéToute la nature reprend vie sans exception, des fleurs les plus agréables aux insectes les plus insupportables. Rafale et Fyto se sont couverts de la tête aux pieds pour ne pas être trop incommodés par les moustiques. En compagnie de la grand-mère de Fyto, qui habite près d'un magnifique sous-bois, ils réaménagent quelques massifs de fleurs et nettoient la terrasse. Derrière un buisson, Rafale découvre un oiseau mort.

RafaleOh non! Venez voir!

FytoQu’est-ce qu’il y a? As-tu trouvé quelque chose d’anormal?

Grand-mèreOh zut! Un de mes geais bleus!

RafaleVous le reconnaissez au premier coup d’œil?

Grand-mèreOui! Il faut avouer que le geai bleu est facile à identifier. C’est vraiment un oiseau superbe! Très peu d’oiseaux arborent un manteau aussi éclatant. Regardez ce plumage bleu intense parsemé de petites taches blanches et noires et cette huppe si caractéristique. Vous voyez, la huppe est cette petite touffe de plumes au-dessus de sa tête, elle est très visible. Son cri retentissant ne passe pas inaperçu non plus!
Je les connais presque tous, les oiseaux qui fréquentent mon jardin à un moment ou l’autre de l’année. Les mangeoires que nous avons suspendues autour de la maison nous permettent de les observer pendant qu’ils se nourrissent.

RafaleAvez-vous remarqué? Il est intact! Que lui est-il arrivé?

Grand-mèreC’est vrai qu’il est en bon état, mais dans les circonstances, il ne nous reste plus qu’à le ramasser pour le jeter. S’il vous plaît, n’y touchez pas avec vos mains nues, je reviens avec des sacs de plastique.

RafalePourquoi ta grand‑mère prend-elle tant de précautions?

FytoTu ne sais pas, Rafale? Il est déconseillé de prendre un oiseau mort ou malade à mains nues. S’il t’arrivait d’y toucher, il faudrait te laver vigoureusement les mains avec du savon, sans trop attendre. Les oiseaux ont tendance à porter toutes sortes de bactéries.

RafaleTu veux dire que, par simple contact, un oiseau malade ou trouvé mort pourrait nous transmettre des maladies?

FytoPas dans tous les cas. Il s’agit d’une mesure de précaution générale à prendre parce qu’on ignore la cause du décès de l’animal. Si notre geai bleu est infecté par le virus du Nil occidental (VNO), par exemple, nous ne risquons pas d’attraper la maladie par simple manipulation.

RafaleLe virus du Nil? J’ai déjà entendu parler d’un fleuve d’Afrique portant ce nom. S’agirait-il d’un virus qui provient de ce continent?

FytoExactement. Ce virus a été repéré pour la première fois en Ouganda, près du Nil, en 1937. Il s’est répandu, entre‑temps, dans plusieurs pays d’Afrique ainsi qu’au Moyen-Orient, en Europe et en Asie. Il est apparu en Amérique du Nord en 1999, à New York plus précisément. Au Québec, le premier cas d’infection humaine a été confirmé au milieu de l’été 2002.

Moustiques du genre Culex - Source : Flash VNO, vol. 1, no 2 - Photo MSSS
Moustiques du genre Culex - Culex pipiens et Culex restuans qui sont considérés comme principaux vecteurs du virus du Nil aux États-Unis.
 Source : Flash VNO, vol. 1, no 2 - Photo MSSS

RafaleComment a-t-il pu traverser l’océan Atlantique?

FytoQuelques hypothèses ont été émises pour tenter d’expliquer la présence de ce virus sur le continent américain. Peut-être que des oiseaux infectés ont migré vers les côtes d’Amérique, ou alors des oiseaux exotiques malades ont été importés ici pour le commerce? Peut-être encore des moustiques porteurs ont-ils voyagé jusque chez nous au travers de bagages par avion ou par bateau?

RafaleQu’est-ce que les moustiques ont à voir là-dedans?

FytoIls sont les grands responsables de la transmission du virus. Non seulement ces insectes piqueurs accélèrent sa propagation dans la population aviaire, mais en plus, ils peuvent infecter des humains au passage.

RafaleVoilà que tout se complique, puisque nous sommes envahis par les moustiques du mois de mai aux premières gelées de chaque année!

Cycle de transmission du VNO
Cycle de transmission du VNO

Source :
Centre québécois sur la santé des animaux sauvages (CQSAS)
Faculté de médecine vétérinaire (FMV)
Université de Montréal

FytoBien sûr, mais il y a un détail important à considérer : nous ne sommes impliqués qu’accidentellement dans le cycle de transmission de ce virus. Les moustiques choisissent de préférence des oiseaux comme victimes. Comme je te le disais, ce cycle concerne avant tout des moustiques et des oiseaux, mais il peut aussi affecter des humains, des chevaux et, dans de très rares cas, des animaux sauvages et domestiques.

RafaleDis-moi, Fyto, il se manifeste comment ce virus chez l’humain? Quels en sont les symptômes?

FytoAvant de développer des symptômes, il faut d’abord avoir été infecté par un moustique contaminé.
Dans certains cas, les gens infectés pourront présenter des symptômes s’apparentant à une grippe de courte durée. Dans d’autres cas plus rares, notamment chez des personnes qui ont un faible système de défense contre les maladies — plus souvent les personnes âgées — des complications peuvent se manifester et même entraîner la mort.

RafaleC’est sérieux!

FytoCertainement! Et c’est également pris très au sérieux par les autorités médicales et les organismes de santé publique, qui ont mis en oeuvre des mesures de surveillance.

RafaleQui surveille ce phénomène inusité?

FytoLes spécialistes de la santé sont avertis et demeurent sur leurs gardes. De plus, des comités d’experts en santé publique surveillent de près la propagation du virus chez l’humain, tout autant que chez les oiseaux et les moustiques.
Plusieurs ministères et organismes au Canada se sont engagés dans un plan d’intervention, chacun selon son expertise. Au Québec, l’application préventive de larvicides s’est déroulée dans certaines zones plus à risque au cours du printemps 2003.

RafaleL’emploi de pesticides n’est-il pas la meilleure solution pour diminuer les populations d’insectes nuisibles qui transmettent ce virus?

FytoOui, sauf que certains de ces produits ne sont pas sans danger pour la santé humaine et l’environnement. Cependant, les larvicides qui ont été utilisés sont biologiques et donc inoffensifs. De plus, plusieurs moyens de prévention écologiques sont également à notre portée pour contrer la transmission du virus du Nil occidental.

Quelques précautions à prendre pour éviter les piqûres de moustiques
  • Éviter de vous exposer aux moustiques tôt le matin, à la tombée de la nuit ou après la pluie;
  • Lors d'activités extérieures, porter des vêtements longs de couleurs pâles et aussi des bas, des souliers et même un chapeau si les moustiques sont abondants;
  • Vérifier l’état des moustiquaires des portes et des fenêtres de la maison afin qu’aucun insecte indésirable ne puisse entrer;
  • Éliminer l'eau stagnante autour de la maison : porter une attention particulière aux objets présentant des cavités comme les vieux pneus et les jouets d'enfants, drainer les gouttières et changer régulièrement l'eau des bains d'oiseaux;
  • Utiliser un insectifuge de façon modérée sur les parties non protégées du corps en suivant bien les recommandations du fabricant;
  • Ne jamais utiliser d'insecticide domestique sur le corps, car les risques d'intoxication sont élevés.

RafaleQuels sont ces moyens?

FytoPlusieurs recommandations sont diffusées sous diverses formes afin de permettre à chacun de faire un peu de prévention dans son environnement immédiat. Fais-moi penser de te donner quelques bonnes adresses Internet pour en connaître davantage sur le sujet, car pour agir adéquatement en toute situation, il faut être bien informé.
Tu n’as peut-être pas remarqué, mais, pour l’essentiel, grand-maman nous a déjà donné de bons conseils pour ne pas trop attirer les moustiques.

RafaleJe les ai appliqués! Je me suis couvert de vêtements longs, amples et de couleur pâle de la tête aux pieds. Mais j’aurais un peu de difficulté à rester enveloppé de la sorte en plein mois de juillet!

FytoC’est bien évident! Mais ne t’en fais pas, il existe d’autres façons d’éviter les piqûres de moustiques! Moi, je mets toutes les chances de mon côté lors de mes activités extérieures. Présentement, par exemple, nous nous exposons davantage aux moustiques en remuant la terre et les feuillages.
Ce serait pire encore si nous avions commencé nos travaux très tôt ce matin. Savais-tu que les moustiques sont plus abondants à l’aube, au crépuscule et pendant la nuit? Et qu’ils sont très actifs après une pluie?

RafaleOui, mais à ces moments-là, nous n’avons qu’à nous enduire d’insecticide pour nous protéger contre les piqûres.

FytoTu veux dire d’insectifuge!

RafaleQuelle est la différence?

FytoL’insectifuge éloigne les moustiques, tandis que l’insecticide les tue sur-le-champ. Tu ne dois surtout pas employer d’insecticide domestique sur toi! Les risques d’intoxication sont très élevés, ce produit n'étant pas du tout conçu pour cet usage. Quant à l’insectifuge, tu peux l’employer avec modération, en ayant d’abord pris connaissance des recommandations du fabricant.

Grand-mèreComment? Êtes-vous incommodés par les moustiques? Je vous ai entendu parler d’insectifuge.

RafaleMerci, ça va pour le moment.

Grand-mèreC’est vrai qu’au milieu de la journée ils sont beaucoup moins présents. Mais il faut que je vous dise, cette année, j’ai pris des moyens supplémentaires pour réduire la quantité de moustiques dans mon environnement. Et je m’aperçois que mes efforts portent fruit! En effet, j’évite de laisser traîner des objets dans lesquels une accumulation d’eau pourrait favoriser la multiplication des moustiques. Pour ce qui est du bain d’oiseaux que vous apercevez là-bas, je le désinfecte et j’en change l’eau toutes les semaines.

FytoAs-tu apporté tout ce qu’il faut pour ramasser ton oiseau, grand-maman?

Grand-mèreOui, je vais vous montrer. J’aurais très bien pu prendre des gants imperméables, mais j’ai préféré le sac double dans lequel j’enfile ma main pour le saisir. Par la suite, je retourne le sac à l'envers pour envelopper l’oiseau sans y toucher. Plus tard, j’appellerai au 1 800 363-1363 pour aviser Communications Québec de ma découverte. Ils me diront quoi faire et peut-être quelqu'un d'un organisme responsable viendra-t-il chercher l’oiseau.

RafaleCroyez-vous que ce geai bleu était atteint du virus du Nil occidental?

Grand-mèreC’est possible, puisque le geai bleu fait partie de la famille des corvidés. Cette catégorie d’espèces est la plus durement touchée par le virus du Nil. Elle fait donc l’objet d’une surveillance particulière, car elle est un bon indicateur de la présence du virus sur un territoire donné. Cette famille comprend une centaine d’espèces différentes, dont les plus connues sont le grand corbeau, la corneille d’Amérique, le geai bleu et le mésangeai du Canada.

RafaleVous avez piqué ma curiosité! Comment puis-je en savoir un peu plus sur le sujet?

FytoSi tu as d’autres questions précises, tu peux appeler au numéro que je t’ai donné tout à l’heure et ils sauront te renseigner.

Quelques bonnes adresses pour en savoir plus sur le virus du Nil :

http://www.menv.gouv.qc.ca/pesticides/virus-nil/index.htm

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs du Québec donne des informations sur le virus du Nil sur son site Internet.

http://www.hc-sc.gc.ca/cps-spc/pest/index-fra.php/francais/pdf/pnotes/mosquitos-f.pdf

Voici un recueil de conseils pratiques préparé par Santé Canada pour réduire la quantité de moustiques dans votre environnement.

http://www.hc-sc.gc.ca/cps-spc/pest/index-fra.php/francais/pdf/pnotes/mosquitos-f.pdf Le Portail santé mieux-être du ministère de la Santé et des Services sociaux comporte de l’information sur le virus du Nil.

Quelques références Internet pour mieux connaître les oiseaux sauvages :
http://www.coq.qc.ca

Le Club des ornithologues du Québec est un regroupement qui souhaite faire connaître les oiseaux. Il a aussi pour objectif de sensibiliser la population à la protection de cette faune diversifiée et de ses habitats. Le Club organise des activités saisonnières pour ses membres, mais il invite aussi le grand public à l’occasion.

http://www.oiseauxqc.org

Le site Internet Les oiseaux du Québec rassemble une grande quantité de renseignements et de bonnes adresses sur la faune ailée : des clubs d’ornithologie sur Internet, des sites d’observation d’oiseaux, des sociétés et organismes de protection de la faune, etc.

Ouvrages de référence

BOURRASSA, Jean-Pierre. Le moustique, par solidarité écologique, Montréal, Éditions du Boréal, 240 p.

PAQUIN, Jean. Les oiseaux aux mangeoires, attirez-les en toute saison, Waterloo (Québec), Éditions Michel Quintin, 2002, 239 p.


Glossaire

Année de publication : 2003