Le coin de Rafale

RafaleSais-tu que les installations sanitaires, en plus de contribuer à la santé des humains, préservent l’environnement?

Au service de l’hygiène et de la santé

Tu dois savoir que, pour rester en santé, tu dois avoir une bonne hygiène. Tu vas aux toilettes, tu te brosses les dents et tu te douches. Pour être potable, l’eau que l’on prélève dans l’environnement doit être traitée. Une fois que nous l’avons utilisée, nous devons la traiter de nouveau pour en retirer la pollution avant de la rejeter dans l’environnement. Toutes les installations nécessaires sont mises en place pour nous offrir un environnement sain.

Au Québec, nous avons la chance d’avoir des systèmes d’aqueduc et des puits individuels qui nous alimentent en eau potable. Quant à nos eaux usées, elles sont soit évacuées par des réseaux d’égout et traitées à l’usine de traitement des eaux usées, soit dirigées vers une installation septique individuelle.

À travers le monde

Environ 2,5 milliards de personnes à travers le monde, soit le tiers de la population de la planète, n’ont pas accès à des installations sanitaires qui assurent l’évacuation hygiénique des excréments et des eaux usées. Ces personnes n’évoluant pas dans un milieu de vie propre et sain, tant à leur domicile que dans leur voisinage, leur santé s’en trouve menacée. Environ 1,1 milliard d’humains n’ont pas accès à une toilette ou à des latrines et doivent faire leurs besoins en plein air. C’est ainsi que se propagent des maladies telles que le choléra, l’hépatite A, la diarrhée et la pneumonie. Celles-ci causent la mort de près de 5 000 enfants par jour à travers le monde et laissent des séquelles graves, dont la cécité, à plusieurs autres. Les enfants de moins de cinq ans sont les plus vulnérables. Ces infections, et plusieurs autres, prolifèrent en l’absence d’équipements sanitaires adéquats et de mesures d’hygiène appropriées.

En 2014, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a lancé la campagne « Mettre fin à la défécation en plein air ». L’objectif de cette campagne est de faire cesser cette pratique d’ici 2025.

La Déclaration du Millénaire a été adoptée par les 189 États membres de l’ONU lors du Sommet du Millénaire en 2000. Huit objectifs du Millénaire pour le développement y ont été énoncés. L’une des cibles de l’objectif 7 visait à réduire de moitié, avant 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base.





Au Québec

Au Québec, les eaux usées sont collectées par des conduites installées à l’intérieur de nos résidences et des autres bâtiments (écoles, hôpitaux, restaurants, etc.). Elles sont ensuite dirigées vers les égouts pour se rendre à une station d’épuration des eaux usées municipales. Dans les secteurs moins urbanisés, les eaux usées sont plutôt dirigées dans une installation septique individuelle.

Les stations d’épuration des eaux usées municipales peuvent traiter les eaux usées de grandes municipalités de plus d’un million de personnes, comme Montréal, ou celles de petites municipalités de moins de cent personnes. Le Québec compte 842 stations d’épuration des eaux usées municipales, dont la majorité (63 %) traite les eaux à l’aide d’étangs aérés. D’autres types de traitement sont aussi appliqués, dont les principaux sont les étangs non aérés, les boues activées et les biodisques. La photo suivante présente les étangs aérés de la ville de Sorel-Tracy. Comme tu peux le voir, ce sont de très grands étangs!

Après avoir été traitées à la station d’épuration, les eaux sont rejetées dans l’environnement. Elles doivent cependant respecter différentes normes établies pour préserver l’environnement.

Les installations septiques individuelles traitent les eaux usées d’une seule résidence ou celles des établissements publics, commerciaux, institutionnels ou communautaires qui ne sont pas raccordés à un système municipal d’assainissement des eaux usées. Il existe plusieurs types d’installations septiques individuelles. La plupart sont munies d’une fosse septique, qui constitue une première étape de traitement, puis d’un second dispositif de traitement. Au Québec, près d’un million de résidences sont munies d’une installation septique individuelle. Ce sont surtout des résidences éloignées des centres urbains. Comme les installations septiques sont presque entièrement enfouies dans le sol, elles sont pratiquement invisibles! Nous pouvons toutefois voir les couvercles des fosses septiques, car il faut pouvoir les vidanger, c’est-à-dire enlever ce qui s’y accumule sous forme de boues (ce qui se dépose au fond des fosses) et d’écume (ce qui flotte). Une installation septique bien conçue fait en sorte que les résidents n’entrent pas en contact avec les eaux usées qu’ils produisent (toilettes, douche et bain, évier et lavabo, lave-vaisselle, machine à laver, etc.). Elle fait aussi en sorte que les eaux usées ne contaminent pas la nappe d’eau souterraine, qui est souvent la source d’alimentation en eau potable. La figure suivante illustre des résidences munies d’installations septiques individuelles et de puits d’eau potable. Comme tu peux l’imaginer, il est très important que les eaux usées ne contaminent pas le puits d’eau potable pour préserver la santé des résidents.

Un coup de pouce à l’environnement

Comme nous l’avons vu plus haut, l’assainissement, c’est-à-dire la purification de l’eau, est vital pour la santé et la dignité humaine. Mais il est également essentiel pour la préservation de l’environnement.

Les eaux usées, lorsqu’elles sont mal traitées, polluent le sol et les cours d’eau. Elles s’écoulent dans les ruisseaux, les fleuves et les lacs, contaminant ainsi les sources d’eau potable.

Sans installations sanitaires appropriées, les eaux usées peuvent également provoquer la destruction de la biodiversité. En se déversant dans les océans et les mers, elles augmentent leur niveau d’azote : cette modification du milieu fait proliférer les algues marines, bien avares de cet élément. (Ce cas ressemble étrangement à celui des algues bleu-vert, tu ne trouves pas?). Par la suite, les algues marines vont malheureusement étouffer les coraux qui composent les récifs coralliens, les coupant de la lumière du soleil. D’ailleurs, plusieurs de ces récifs sont présentement menacés de disparition…

Ici au Québec, nous avons la chance de bénéficier d’installations sanitaires efficaces et d’un réseau d’usines de filtration des eaux usées, qui assurent notre qualité de vie de même que la protection de l’environnement et de la biodiversité. Il existe aussi toute une série de règlements qui encadrent la façon dont nous bâtissons et entretenons ces réseaux.

Tu as des questions ou des commentaires sur ce sujet? fais-nous en part!

Mélodie

Pour élargir tes connaissances, tu peux lire les autres aventures de Rafale qui portent sur l’eau :

Les milieux humides, des habitats à protéger
À la découverte des écosystèmes du Saint-Laurent
Rio+10 : Le sommet mondial de Johannesburg
L’eau potable : d’où provient l’eau que je bois?
La consommation de la chair de poisson
Les précipitations acides : le ciel nous tombe sur la tête!
Visite chez Robin des eaux

Tu peux également visiter les sites Internet suivants :

La section du site Web du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques qui traite de l’eau au Québec
Le site de l’ONU consacré à l’eau :
http://www.un.org/fr/sustainablefuture/water.shtml
Le site de l’OMS consacré à l’eau, à l’assainissement et à la santé :
http://www.who.int/water_sanitation_health/fr/
Le site de l’UNICEF sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène :
http://www.unicef.org/french/wash/

Mise à jour: avril 2015