Le coin de Rafale

    Sais-tu que tu peux protéger l’environnement   
ET lutter contre la faim dans le monde simplement en ne
gaspillant pas de nourriture?

Une pomme, un yogourt ou une barre de céréales, c’est biodégradable. Autrement dit, ces aliments peuvent se décomposer et se changer en compost. Cependant, aussi inoffensif que cela puisse paraître, jeter des aliments est une énorme source de pollution et de gaspillage de ressources!

Bien sûr, il est impossible de ne jeter aucun reste de nourriture. Des parties d’aliments, comme certaines pelures, les pépins, les os et les tendons dans la viande, doivent être jetées, de préférence dans le bac de compost. Mais ces pertes ne sont pas considérées comme du gaspillage, car elles sont inévitables. Cependant, les aliments qu’on « oublie » de manger à temps ou ceux qu’on jette parce qu’on n’a plus faim sont des aliments gaspillés. Personne ne croit gaspiller, pourtant, on le fait tous, à différents niveaux. Parmi tous les efforts consentis pour protéger l’environnement, la lutte contre le gaspillage alimentaire est probablement l’une des moins connue, même si elle a des conséquences importantes!

Les impacts de la production de nourriture

Produire des aliments requiert beaucoup d’énergie, de ressources et de temps. Il faut généralement utiliser du pétrole pour faire fonctionner la machinerie et pour fabriquer les engrais et pesticides qui sont utilisés dans plusieurs types de cultures. Il faut également exploiter des mines pour produire des engrais phosphatés et d’autres produits chimiques, et il faut parfois utiliser beaucoup d’eau pour irriguer certaines cultures. Une mauvaise gestion des engrais chimiques et des déjections animales qu’on applique comme engrais peut aussi contaminer les cours d’eau. Il faut des ressources pour nourrir, abreuver et soigner les animaux et tenir compte du fait que la production de viande aura d’autres impacts sur l’environnement, dont des émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, quand on gaspille un aliment, on gaspille tout ce qui a été nécessaire pour le produire et on cause des impacts inutiles et négatifs sur l’environnement!

Les impacts de la distribution de nourriture

Distribuer des aliments partout dans le monde est une activité énergivore. Pour qu’ils se rendent du champ jusqu’au consommateur, il faut du pétrole et de l’électricité. En plus, une grande part des aliments qu’on achète ne proviennent pas du Québec, car ils sont produits dans un autre coin du monde. Ils doivent donc parcourir de grandes distances et souvent être réfrigérés pour parvenir jusqu’à nous.

Les impacts des exigences esthétiques

As-tu déjà remarqué à quel point les produits vendus dans les marchés d’alimentation sont parfaits? Les épiciers savent que les consommateurs préfèrent les tomates rondes, les paniers dont toutes les fraises ont la même grosseur et les carottes bien droites. Malheureusement, ces exigences esthétiques conduisent au gaspillage de milliers de tonnes d’aliments tout à fait comestibles. Comme tu dois t’en douter, un concombre courbé ou une pomme bossée ont la même valeur nutritive et le même goût que ceux qui sont parfaitement présentés. Cet esthétisme a un coût environnemental et social énorme qui n’en vaut vraiment pas la peine! Et toi, as-tu déjà jeté un aliment pour l’unique raison qu’il n’avait pas une belle apparence?

Le gaspillage alimentaire contribue au réchauffement de la planète

Les aliments qui sont envoyés dans les sites d’enfouissement se décomposent en l’absence d’oxygène, et cela génère de grandes quantités de méthane. Le méthane est un important gaz à effet de serre, 21 fois plus puissant que le CO2. En comparaison, son impact est plus grand que celui de la décomposition très lente des emballages en plastique. Et il faut ajouter à cet impact les gaz à effet de serre qui sont émis lors de la production, de la transformation et de la distribution des aliments. Ainsi, au total, un aliment gaspillé aura causé une émission inutile de CO2 équivalant à 4,5 fois son propre poids!

Un gaspillage de ressources à l’échelle de la planète

Connais-tu l’origine des aliments que tu as mangés aujourd’hui? À cause du commerce international, les ressources alimentaires de la planète sont aujourd’hui de plus en plus liées entre elles. Le gaspillage inutile d’aliments peut provoquer des pénuries alimentaires dans un autre pays, à des milliers de kilomètres de nous. C’est logique puisque les aliments qu’on achète et qu’on ne mange pas ne sont plus sur le marché; ils ne pourront donc pas servir à nourrir quelqu’un d’autre. Il faudra en produire davantage, et cela n’est pas toujours possible ou sans impact.

Et pourtant, il y a encore des gens affamés…

Il existe encore aujourd’hui des millions de gens sur la planète qui souffrent de sous-alimentation ou de famine, particulièrement dans certaines régions d’Afrique. Savais-tu que même au Québec, des milliers de personnes dépendent de dons alimentaires pour manger à leur faim? Les banques alimentaires ne peuvent répondre qu’à la moitié des demandes d’aide, faute de nourriture et d’argent. Et pourtant, on a calculé que la quantité d’aliments gaspillés partout dans le monde est supérieure à celle qui serait nécessaire pour nourrir tous ceux qui souffrent de malnutrition, soit une personne sur huit. Tu réalises donc qu’avoir accès facilement à de la nourriture est un privilège, mais également une grande responsabilité, car le gaspillage accentue les inégalités sociales.   

Maintenant que tu sais que les aliments sont très précieux, je suis certain que tu n’auras plus envie d’en jeter inutilement à la poubelle! Je te donne donc quelques trucs qui t’aideront à bien gérer tes aliments et, du coup, à protéger l’environnement.

 


Petits trucs simples pour éviter le gaspillage :

Incapable de finir les aliments de ton assiette à l’heure du souper?

Mets le restant dans un plat au frigo pour ton dîner du lendemain. Une préparation de repas évitée!

Que dirais-tu aussi de prendre l’habitude de faire de petites portions et de te servir une deuxième fois, au besoin?

Trop d’aliments dans la boîte à lunch?

Il est possible de ne rien gaspiller en commençant par manger ce qui est périssable, et en gardant les aliments non périssables pour plus tard ou pour le lendemain.
(Par exemple, les barres de céréales et les biscuits doivent être mangés APRÈS un plat de fruits coupés, un produit laitier ou des légumes cuits.)

Des portions trop généreuses au restaurant? 

Demande une boîte pour rapporter les restes. Presque tous les restaurants peuvent mettre nos portions intouchées dans un emballage pour la maison. Ainsi, on profite encore de notre délicieux repas le lendemain!

À la cafétéria, il faut seulement prendre ce qu’on pourra manger, pas plus!
Si c’est un cuisinier ou une cuisinière qui nous sert notre repas, on lui demande de ne pas nous donner les aliments qu’on n’aime pas et on surveille les quantités servies. Il faut réussir à manger à sa faim sans faire de gaspillage!

Un fruit est trop mûr et sa texture a changé?

Tu peux le mettre au congélateur et le transformer en délicieux breuvage ou préparer, avec tes parents, des muffins ou des gâteaux aux fruits.
(As-tu déjà goûté à des muffins préparés avec des bananes trop mûres? Ce sont les meilleurs et les plus sucrés!)

Tu as des questions ou des commentaires sur ce sujet, fais-nous en part!

Robert 

Publication : 21 février 2013