Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Bassin versant de la rivière L'Assomption (1997)

Modifier nos pratiques agricoles... la priorité (suite)


Introduction

La qualité de l'écosystème du fleuve Saint-Laurent préoccupe les Québécois depuis plusieurs années. En avril 1994, pour faire suite au premier Plan d'action Saint-Laurent 1990-1994, les gouvernements du Canada et du Québec convenaient d'un nouveau plan de conservation et de protection du fleuve, le plan Saint-Laurent Vision 2000, 1994-1998. Le volet Assainissement agricole de cette entente fédérale-provinciale visait à prévenir et à réduire les effets de la pollution agricole sur quatre rivières qui se jettent dans le Saint-Laurent: Boyer, Chaudière, L'Assomption et Yamaska. Le présent document brosse un portrait des activités humaines exercées dans le bassin de la rivière L'Assomption et des perturbations environnementales qu'elles provoquent sur la qualité des eaux de surface et souterraines.

Située sur la rive nord du Saint-Laurent, à la pointe nord de l'île de Montréal, la rivière L'Assomption prend sa source dans le massif du mont Tremblant et se jette dans le fleuve à la hauteur de la ville de Repentigny. Son bassin versant, divisé en neuf sous-bassins, couvre une superficie totale de 4220 km2.

 Photo de la rivière L'Assomption

Au-delà de 150 000 personnes ont leurs résidences permanentes dans le bassin de la rivière L'Assomption dont environ 40 000 dans le secteur supérieur (MRC Matawinie). En raison de son caractère naturel, ce secteur accueille de plus une population saisonnière adepte de villégiature et de plein air estimée à environ 45 500 personnes. On y pratique des activités comme la baignade, le canot, la planche à voile, la pêche sportive et la navigation de plaisance. Le parc régional des Chutes Monte-à-Peine-et-des-Dalles, le parc des Chutes-Dorwin ainsi que le parc de récréation du Mont-Tremblant attirent de nombreux vacanciers.

Plus populeux, le secteur inférieur est fortement agricole, urbanisé et industrialisé. Cette concentration d'activités socio-économiques détériore notamment la qualité de l'eau brute de certaines prises d'eau potable. Quoique moins nombreux que dans le secteur supérieur, plaisanciers et pêcheurs se rencontrent ici et là. La présence de deux frayères à esturgeon jaune dans cette partie du bassin confère à ce dernier un caractère faunique distinctif.

Photo d'un champ

Localisation du bassin versant de la rivière L'Assomption

Carte: Localisation

 Activités humaines dans les sous-bassins

Tableau : Activités humaines dans les sous-bassins

1 Inclut les municipalités dont l'émissaire se situe dans le sous-bassin
2 Estimation de la population dont les eaux usées ne sont pas acheminées à un réseau d'égouts
3 Industries retenues par le MEF pour intervention d'assainissement Ce document a été rédigé par le ministère de l'Environnement et de la Faune à l'intérieur du volet Assainissement agricole de l'entente Saint-Laurent Vision 2000.

Occupation du territoire

Carte: Occupation du territoire

Retour à l'index - Rivière L'Assomption   Section suivante


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017