Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Bassin versant de la rivière Chaudière (1997)

Modifier nos pratiques agricoles... la priorité (suite)


Des secteurs socioéconomiques diversifiés

On dénombre 60 municipalités situées entièrement dans le bassin de la rivière Chaudière ainsi que 52 autres qui le touchent en partie. L'activité industrielle sur le territoire y est très diversifiée et dynamique, avec 694 petites et moyennes entreprises appartenant entre autres aux secteurs de l'agroalimentaire, du textile, de la chimie, de la transformation métallique et des pâtes et papiers. Les agglomérations urbaines d'importance sont pour la plupart localisées le long du tronçon principal de la rivière Chaudière. Il y a la municipalité de Lac-Mégantic, au sud, les municipalités de Saint-Georges et de Sainte-Marie, dans la section médiane, et celles de Charny, de Saint-Nicolas et de Saint-Rédempteur, au nord, près de l'embouchure du bassin.

Plusieurs municipalités, entre autres Saint-Georges, Aubert-Gallion, Charny, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur, s'alimentent en eau potable à partir des eaux de surface. Plus du tiers de la population dépend ainsi de la qualité des cours d'eau pour son approvisionnement. L'alimentation en eau du reste de la population, soit environ 90 000 personnes, ainsi que de plusieurs chalets se fait à partir des eaux souterraines.

Photo d'une usine sur les rives de la rivière Chaudière

Plusieurs usines d'importance sont établies sur les rives de la rivière Chaudière.

L'assainissement urbain et industriel: maintenir le rythme

Depuis le début des années 80, un certain nombre de travaux d'assainissement urbain et industriel ont été réalisés, améliorant visiblement la qualité de l'eau dans les portions centrale et supérieure du bassin. Dans l'ensemble, 49% de la population voit ses eaux usées traitées par une station d'épuration. Avec la mise en service prochaine de la station de traitement de Charny, qui desservira les municipalités de Charny, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur, cette proportion dépassera les 70%.

Au chapitre industriel, plusieurs entreprises rejettent leurs eaux usées directement dans les cours d'eau, souvent sans traitement approprié. Le ministère de l'Environnement et de la Faune du Québec (MEF) classe 78 des établissements industriels du bassin au rang des entreprises polluantes ou susceptibles de l'être. Un peu plus d'une trentaine de ces entreprises appartiennent au secteur agroalimentaire, les autres se répartissant dans les secteurs de la transformation métallique, du textile et de la chimie. Le secteur principal de la rivière Chaudière, plus particulièrement celui compris entre Sainte-Hélène-de-Breakeyville et Charny, regroupe à lui seul 75% des entreprises retenues par le MEF. Actuellement, environ le tiers des entreprises ciblées acheminent leurs rejets vers une station municipale de traitement des eaux usées.

Retour à l'index - Rivière L'Assomption  Section précédente   Section suivante


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017