Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Bilan du plan d’action en matière de condition féminine 2000-2003

Contexte

Le gouvernement du Québec approuvait en juin 1993 la « Politique en matière de condition féminine, Un avenir à partager… » prévue sur un horizon de 10 ans. Cette politique privilégie cinq grandes orientations : l’autonomie économique, le respect de l’intégrité physique et psychologique, l’élimination de la violence, la reconnaissance et la valorisation de l’apport collectif des femmes dans la société ainsi que la place des femmes dans le développement des régions. Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement a défini une multitude d’engagements élaborés sous la gouverne du Secrétariat à la condition féminine et dont la réalisation implique une trentaine de ministères et organismes.

Le plan d’action 2000-2003 en matière de condition féminine du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs s’est inscrit dans la démarche gouvernementale de mise en œuvre de la troisième et dernière étape de cette Politique en matière de condition féminine. Les interventions se voulaient dans la continuité des actions précédentes mais en dirigeant, cette fois, les efforts vers la jeunesse et la création de l’emploi dans le domaine de l’environnement.

Le plan d’action mis de l’avant par le ministère comportait 5 actions, à savoir :

Action 1 : Réalisation du portrait de la place des femmes dans le domaine de l’environnement.

Action 2 : Promotion de l’emploi pour les femmes dans le domaine de l’environnement à l’extérieur de la fonction publique.

Action 3 : Promotion de l’implication des femmes participant aux divers programmes d’aide financière administrés par le ministère.

Action 4 : Réalisation du suivi de la présence des femmes au ministère de l’Environnement.

Action 5 : Soutien et promotion d’une relève féminine en sciences et en génie dans le domaine de l’environnement.

Bilan

Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs n’a pas créé, comme il le prévoyait, une vitrine pour les jeunes de 15 à 25 ans privilégiant la promotion d’exemples féminins dans les métiers non traditionnels en environnement mais il a fait la promotion de l’emploi féminin en publicisant des exemples de réussite de femmes dans le domaine de l’environnement. Cet objectif a été atteint notamment dans le cadre de la remise des Phénix de l'environnement où six femmes ont, jusqu’à maintenant, été nommées au prestigieux cercle des Phénix.

Par ailleurs, il a tenté de cerner la place qu’occupent les femmes dans le domaine de l’environnement. Ainsi, le Ministère a publié dans La Chronique environnementale du 8 mars 2001 des données inédites provenant d’un sondage mené en 1999 auprès des membres individuels et corporatifs du RÉSEAU Environnement. Selon cette enquête, les femmes en environnement sont plus jeunes que leurs confrères, soit un âge moyen de 33 ans comparativement à 43 ans pour les hommes. De plus, le tiers des femmes ont moins de 4 ans d’expérience. Cette réalité fait donc en sorte qu’elles touchent des revenus moindres. Toutefois, leur rémunération horaire moyenne est supérieure à celle de l’ensemble de la population. Le Ministère a mené une autre enquête, à l’été 2000, auprès d’un bassin plus large (industries en environnement, consultants, laboratoires, etc.) mais il n’a pu obtenir des résultats concluants (des statistiques sur les corps d’emploi occupés par les femmes en environnement, statuts d’emploi et champs de spécialisation).

Depuis 1997, le Ministère a accordé un pointage supplémentaire aux projets favorisant l’embauche des femmes dans le cadre du programme d’aide financière Action-Environnement. Toutefois, il a été difficile de dégager l’effet net de l’introduction de ce critère d’évaluation spécifique à la condition féminine. Néanmoins, un accroissement de la participation des femmes au programme d’aide financière Action-Environnement a été observé.

Également, le Ministère s’est associé au ministère de l’Éducation pour le concours « Chapeau, les filles! » et « Excelle Science » en offrant une bourse de 2 000 $ pour la lauréate de niveau professionnel, un stage rémunéré d’une valeur approximative de 5 000 $ à la lauréate de niveau collégial ainsi qu’un stage rémunéré d’une valeur approximative de 6 500 $ à la lauréate de niveau universitaire. Ces dernières peuvent choisir une bourse de 2 000 $ en lieu et place du stage qui leur est offert.

Par ses actions dans le domaine de la condition féminine, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs témoigne de l’importance qu’il accorde à la contribution des femmes en particulier en regard de la protection de l’environnement. Un nouveau plan d’action sera élaboré dès que la nouvelle politique gouvernementale sur le respect des droits des femmes et l’atteinte de l’égalité sera adoptée.


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017