Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

À propos des pesticides

Mise à jour : Décembre 2015

Qu'est-ce qu'un pesticide?

Regroupement des pesticides

Qu'est-ce qu'un pesticide?

Définition et composition d’un pesticide

De manière générale, un pesticide est en général défini comme étant un produit conçu pour détruire des organismes considérés comme indésirables ou nuisibles. Les produits qu'on retrouve sur le marché renferment un ou plusieurs ingrédients actifs et des produits de formulation.

Ingrédient actif ou principe actif: composant d'un pesticide auquel les effets recherchés sont attribués. Le nom commun de l’ingrédient actif est inscrit sur l’étiquette du produit sous le vocable « garantie ».

Formulant : composant d’un pesticide qui y est ajouté intentionnellement et qui n’est pas un ingrédient actif. Il améliore les propriétés physiques du pesticide (par exemple, son indice de pulvérisation, sa solubilité, son pouvoir d’étalement et sa stabilité). Contrairement aux ingrédients actifs, les produits de formulation ne sont pas inscrits sur l’étiquette du pesticide. Le kérosène, l’éthanol, la gélatine et l’huile de soja sont des exemples de produits de formulation. Pour en savoir plus, consultez la Liste des produits de formulation présents dans les pesticides au Canada.

Un pesticide est désigné par son nom commun, par son nom chimique ou par son nom commercial.

  • Le nom commun fait référence à l’ingrédient actif. Par exemple, le Roundup, un produit retrouvé sur le marché, renferme du glyphosate, qui est le nom commun de l’ingrédient actif, et des produits de formulation.
  • Le nom chimique désigne le nom de la structure chimique de l’ingrédient actif. Par exemple, le nom chimique du glyphosate est le N-(phosphonométhyl)glycine.
  • Le nom commercial est le nom attribué au pesticide par le fabricant. Par exemple, le glyphosate est notamment commercialisé sous le nom de Roundup.

 Définitions juridiques

Outre la définition courante, les pesticides possèdent aussi une définition juridique. Deux termes désignent ces produits : « produits antiparasitaires » au niveau fédéral et « pesticides » au niveau provincial.

Au niveau fédéral

Au niveau fédéral, la Loi sur les produits antiparasitaires définit les termes « produit antiparasitaire » et « parasite ».

Produit antiparasitaire : produit, substance ou organisme — notamment ceux résultant de la biotechnologie — constitué d’un principe actif ainsi que de formulants et de contaminants et fabriqué, présenté, distribué ou utilisé comme moyen de lutte direct ou indirect contre les parasites par destruction, attraction ou répulsion, ou encore par atténuation ou prévention de leurs effets nuisibles, nocifs ou gênants; 

Parasite : animal, plante ou autre organisme qui est, directement ou non, nuisible, nocif ou gênant, ainsi que toute fonction organique ou condition nuisible, nocive ou gênante d’un animal, d’une plante ou d’un autre organisme.

Tout produit antiparasitaire importé, vendu ou utilisé au Canada doit être homologué par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), qui relève de Santé Canada. Au terme du processus d’homologation et avant sa mise en marché, chaque produit se voit attribuer un numéro d’homologation séquentiel inscrit obligatoirement sur l’étiquette du produit homologué. Le processus d’homologation est résumé dans le document  La réglementation des pesticides au Canada.

Plus de 550 ingrédients actifs sont utilisés dans les quelque 6 000 produits commercialisés au Canada. Il est possible de consulter les étiquettes de ces produits en utilisant l’outil Recherche dans les étiquettes de pesticides de l’ARLA. On peut faire des recherches notamment, à partir du nom de l’ingrédient actif, du nom commercial ou du numéro d’homologation du produit.

Mentionnons également que l’ARLA désigne certains pesticides comme des biopesticides. La définition de biopesticide englobe :

  • un agent microbien, c’est-à-dire un microorganisme naturel ou génétiquement modifié, notamment les champignons, les bactéries, les virus et d’autres microorganismes;
  • un pesticide biochimique, c’est-à-dire une substance naturelle ou synthétique fonctionnellement identifiée, qui lutte contre les parasites à l'aide de mécanismes non toxiques. Les pesticides biochimiques comprennent, sans toutefois s'y limiter, les écomones (dont les phéromones) et les extraits de plante.

Noms commerciaux des biopesticides de la classe 3

Noms commerciaux des biopesticides des classes 4 et 5

Au niveau provincial

Au Québec, la Loi sur les pesticides définit un pesticide comme « toute substance, matière ou micro-organisme destiné à contrôler, détruire, amoindrir, attirer ou repousser, directement ou indirectement, un organisme nuisible, nocif ou gênant pour l'être humain, la faune, la végétation, les récoltes ou les autres biens, ou destiné à servir de régulateur de croissance de la végétation, à l'exclusion d'un vaccin ou d'un médicament, sauf s'il est topique pour un usage externe sur les animaux ».

La réglementation québécoise s’applique aux pesticides homologués par l’ARLA. Par ailleurs, certains produits antiparasitaires homologués ne sont pas soumis à la réglementation du Québec. Il s’agit :

  • des algicides ou bactéricides pour les piscines, les aquariums ou pour le traitement de l'eau de consommation;
  • des assainisseurs d'air;
  • des désinfectants;
  • des additifs de lessive;
  • des dispositifs mécaniques ou physiques (par exemple, appareils pour attirer ou chasser les insectes volants, ioniseurs pour la lutte contre les algues dans les piscines et les spas, dispositifs pour chasser les parasites en les incommodant par des sons, par un contact ou par un rayonnement électromagnétique).

On estime que 5 500 produits et 500 ingrédients actifs répondent à la définition de pesticides au Québec, mais que seulement 1 200 produits et 350 ingrédients actifs sont effectivement vendus sur le territoire québécois (Bilan des ventes de pesticides au Québec).

Regroupement des pesticides

Il est courant de désigner les pesticides selon des regroupements qui tiennent compte de la cible visée par le pesticide, de l’origine du produit, de sa structure chimique, de la forme sous laquelle le pesticide est commercialisé ainsi que de sa façon d’agir sur la cible et de son lieu d’action.

Un pesticide peut donc être regroupé selon :

  • sa catégorie d’usage;
  • son origine;
  • son groupe chimique;
  • son type de formulation;
  • son type d’activité;
  • son site ou mode d’action.

Catégorie d’usage

La plupart des pesticides peuvent être regroupés selon la cible qu’ils visent. Il est à noter que le suffixe –cide signifie « tuer ».

Catégorie d’usage Cibles visées Exemples de cibles
Acaricide Acariens
  • Phytopte de l’érable
  • Tétranyque à deux points
Avicide Oiseaux
  • Pigeon
Fongicide Champignons microscopiques causant des maladies des plantes
  • Diplocarpon rosae causant la tâche noire du rosier
  • Pucciniastrum epilobii causant la rouille des aiguilles du sapin
  • Venturia inaequalis causant la tavelure du pommier
Herbicide Végétaux herbacés
  • Chénopode
  • Chiendent
  • Herbe à la puce
  • Plantain
Insecticide Insectes
  • Blatte
  • Doryphore de la pomme de terre
  • Punaise velue
  • Tordeuse des bourgeons de l’épinette
Molluscicide Mollusques terrestres
  • Escargot
  • Limace
Nématicide Nématodes causant des maladies des plantes
  • Meloidogyne hapla causant la nodosité des racines chez la carotte
Phytocide Espèces végétales
herbacées et ligneuses
  • Arbre à grand déploiement
Piscicide Poissons
  • Meunier noir
Rodenticide Rongeurs
  • Rat
  • Souris

D’autres pesticides comportent le suffixe –cide, soit les ovicides, les larvicides ou les adulticides, qui contrôlent respectivement l’œuf, la larve ou l’adulte d’un insecte. De plus, certains pesticides ont un nom se terminant par le suffixe –fuge signifiant « faire fuir », comme c’est le cas pour les insectifuges qui sont des répulsifs à insectes et les avifuges qui éloignent les oiseaux.

Il existe d’autres catégories d’usage énumérées ci-dessous :

  • médicament topique pour les animaux;
  • peinture à émondage;
  • peinture antisalissure;
  • phéromone;
  • préservateur du bois;
  • régulateur de croissance des plantes;
  • répulsif pour animaux.

Pour en savoir plus, veuillez consulter l’annexe II du feuillet de référence – Classes de pesticides.

Origine

Les pesticides peuvent être regroupés en pesticides organiques ou inorganiques. Les pesticides organiques contiennent du carbone, alors que les inorganiques ne contiennent du carbone que sous forme de carbonate ou de cyanure. Ces derniers sont des dérivés à base d’arsenic, de mercure, de fluor, de soufre et de cuivre, ainsi que des dérivés du cyanure.

Les pesticides organiques peuvent être divisés en 3 groupes : pesticides de synthèse (développés en laboratoire et produits en usine), pesticides naturels (d’origine animale, microbienne ou végétale) et micro-organismes. Les pesticides inorganiques sont dérivés essentiellement de minéraux.

Groupe chimique

Un groupe chimique est constitué de pesticides qui possèdent une structure chimique semblable.

Par exemple, la structure chimique de l’atrazine, représentée ici de deux façons, permet de classer ce pesticide dans le groupe des triazines et tétrazines.

Atrazine - 2D

Atrazine - 3D

Les groupes chimiques établis par le Ministère sont présentés dans le Guide de classement des pesticides par groupe chimique.

Type de formulation

Les pesticides sont disponibles en différentes formulations. Ils peuvent se présenter sous forme solide, liquide ou gazeuse.

Certains produits sont mis en marché prêts à l’emploi, c’est-à-dire qu’ils ne nécessitent aucune préparation avant l’application. Au contraire, d’autres exigent une préparation. Par exemple, un produit peut nécessiter d’être mélangé avec de l’eau dans des proportions précises avant d’être utilisé. Ce mélange, communément appelé bouillie, est ensuite appliqué sur l’organisme indésirable. Dans ce cas précis, la préparation consiste à diluer un produit concentré.

Exemples de formulations Prêt à l’emploi ou non préparé
Forme solide
Appât Prêt à l’emploi
Poudre Prêt à l’emploi
Poudre mouillable Non préparé
Forme liquide
Aérosol  Prêt à l’emploi
Concentré émulsifiable Non préparé
Solution Non préparé
Forme gazeuse
Fumigant Prêt à l’emploi

Type d’activité

Les herbicides, les fongicides et les insecticides peuvent être désignés selon leur façon d’agir sur les organismes indésirables.

Herbicide

De contact Agit sur les parties de la plante avec lesquelles il entre en contact.
Systémique Absorbé par la plante, se déplace à l’intérieur de celle-ci.
Sélectif Ne contrôle que certaines plantes parmi celles qui sont traitées.
Non-sélectif Contrôle toutes les plantes traitées.
Résiduaire Se dégrade lentement et contrôle les plantes pour une longue période.
Non-résiduaire Est rapidement inactif après son application et ne contrôle les plantes que sur une courte période.
Fongicide
Préventif Protège la plante en empêchant que la maladie se développe.
Curatif Réprime une maladie qui est déjà développée.
Insecticide
De contact Agit lorsque l’insecte entre en contact avec le produit.
D’inhalation Agit lorsque l’insecte respire le produit.
D’ingestion Agit lorsque l’insecte se nourrit du produit.

Site ou mode d’action

Les pesticides peuvent être regroupés selon le site ou le mode d’action de l’organisme indésirable sur lequel ils agissent. Plusieurs sites ou modes d’action sont connus pour les herbicides, les insecticides ainsi que les fongicides. En voici quelques exemples :

  • Les insecticides contrôlent les insectes :
    • en interférant sur leur système nerveux, ou
    • en empêchant leur mue.
  • Les herbicides contrôlent les plantes :
    • en inhibant leur photosynthèse, ou
    • en reproduisant les effets des régulateurs de croissance produits naturellement par celles-ci.
  • Les fongicides contrôlent les champignons :
    • en inhibant la synthèse de leurs acides aminés, ou
    • en interférant sur leur division cellulaire.

    La directive fédérale d’homologation intitulée Étiquetage en vue de la gestion de la résistance aux pesticides, compte tenu du site ou du mode d’action des pesticides renferme la liste des groupes de pesticides constituée selon le site ou le mode d’action.

Lexique

Écomone : substance porteuse de message produite par une plante ou par un animal, ou encore analogue synthétique de cette substance qui provoque une réponse comportementale chez les individus de la même espèce ou d’autres espèces.

Homologation : acte administratif des instances fédérales autorisant la vente, l’importation ou l’utilisation de produits antiparasitaires au Canada.

Médicament topique pour les animaux : produit d’usage externe qui agit là où il est appliqué sur l’animal. Ceci concerne essentiellement deux gammes de produits : ceux destinés aux animaux domestiques (par exemple, shampooing, lotion, poudre, collier et médaille antipuce pour les chiens ou les chats) et ceux destinés aux animaux d’élevage et au bétail (par exemple, boucle insecticide pour les bovins).

Phéromone : écomone produite par les individus d’une espèce et qui influe sur le comportement d’autres individus de la même espèce.


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2016