Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Entretien des pelouses résidentielles

Septembre 2017

Il est naturel d’entretenir la pelouse en évitant le plus possible d’utiliser des pesticides. D’ailleurs, bien gérer l’arrosage et favoriser la diversité lui donnent plus de chances d’être en santé. En effet, des racines profondes et les insectes utiles lui permettent de mieux résister aux ravageurs. Utilisez les pesticides en dernier recours si vous observez des dommages. D’autres solutions plus écologiques existent : leurs effets se verront peut-être seulement après plusieurs saisons, mais elles sont néanmoins efficaces.


Ayez une pelouse en santé

Avoir une pelouse en santé est la meilleure stratégie pour prévenir les problèmes. Répondez à ses besoins, notamment en ensoleillement et en eau, et voyez à la qualité du sol pour sa croissance. Une pelouse saine, diversifiée et dont les racines sont profondes est plus résistante aux maladies ou aux attaques d‘insectes ravageurs. Les plantes indésirables s’y développent moins. Il est donc souvent inutile de recourir aux pesticides pour les contrôler dans ces conditions.

Voici des mesures de prévention à adopter pour répondre aux besoins des plantes de votre pelouse :

  • Préparez le sol avant de l’ensemencer. Une couche de bonne terre d’au moins 15 centimètres est nécessaire à la vitalité du gazon.
  • Réensemencez les endroits dénudés ou clairsemés de votre pelouse au printemps ou à la fin de l’été pour éviter le développement de plantes indésirables sur ces surfaces.
  • Misez sur la diversité. Une pelouse composée de plusieurs herbes peut tolérer une variété de conditions de croissance, comme la mi-ombre et le soleil. Elle est aussi moins sensible aux maladies et aux insectes ravageurs.

    Par exemple :

    • Ajoutez du trèfle blanc à votre mélange de graminées à gazon. Le trèfle blanc supporte le piétinement et la sécheresse. Contrairement aux graminées, il est capable de fixer l’azote présent dans l’air, diminuant ainsi les besoins en engrais.
    • Semez des plantes couvre-sol à l’ombre : elles s’y adaptent mieux.

  • Maintenez la fertilité du sol et apprenez à reconnaître les plantes indésirables, car leur présence peut être révélatrice de la nature de votre sol. Par exemple, le pissenlit indique un sol pauvre; l’épervière, un sol acide.

    Respectez ces règles d’or :

    • Faites analyser un échantillon de votre sol dans un centre jardin ou par tout autre spécialiste du domaine. Cela vous permettra, entre autres, de connaître son pH. Visez à le maintenir entre 6 et 7 : le gazon assimilera les éléments nutritifs (azote, phosphore, potassium, magnésium, calcium, etc.) de manière optimale. Corrigez s’il y a lieu le pH d’un sol trop acide (pH inférieur à 6) en appliquant de la chaux dolomitique à l’automne.
    • Aérez votre pelouse au printemps pour favoriser l’activité des micro-organismes du sol et ajoutez du compost.
    • Fertilisez le sol au printemps, à l’automne ou à ces deux saisons, selon ses besoins en éléments nutritifs et les recommandations inscrites sur l’emballage du fertilisant.
Hauteur de tonte et herbes indésirables
Cliquez pour agrandir - La hauteur de la tonte et les herbes indésirables
Cliquez pour agrandir
 

Hauteur de tonte et efforts d'entretien
Cliquez pour agrandir - Les efforts d'entretien et la hauteur de tonte
Cliquez pour agrandir


  • Utilisez les bonnes méthodes de tonte :

    • L’été, maintenez une hauteur de tonte suffisante, soit de 6 à 8 centimètres. Plus la pelouse est courte, plus elle laisse de place aux plantes indésirables. Vous pouvez réaliser la première et la dernière coupe de la saison à 5 centimètres.
    • Changez de direction de tonte régulièrement pour réduire les accumulations de résidus de tonte.
    • Aiguisez les lames de votre tondeuse pour faire une tonte bien nette, idéalement une fois toutes les 8 heures d’utilisation. Les brins écorchés sont plus vulnérables aux maladies.

    La première figure illustre le lien entre la hauteur de tonte et la présence de plantes indésirables. La seconde illustre le lien entre la hauteur de tonte et les efforts d’entretien à consacrer à votre pelouse.

Gérez l’arrosage de votre pelouse

L’arrosage des pelouses, des plates-bandes et des potagers augmente la consommation d’eau potable : au Québec, celle-ci double durant l’été. Le boyau d’arrosage débite 1 000 litres d’eau potable à l’heure s’il est utilisé à plein régime. C’est l’équivalent de la consommation d’eau recommandée pour une personne pendant près d’un an et demi.

Contrairement à la croyance populaire, une pelouse a besoin de peu d’eau. Plus de la moitié de l’eau servant à arroser les pelouses se perd par évaporation ou par ruissellement.

Voici quelques mesures pour répondre aux besoins en eau de votre pelouse, tout en limitant la consommation :

  • Arrosez-la tôt le matin – dès qu’il n’y a plus de rosée – ou en fin d'après-midi. Les pertes dues à l'évaporation sont alors minimales. Votre pelouse peut se passer d'arrosage pendant au moins une semaine après une pluie abondante. Évidemment, vous devez respecter les restrictions d’arrosage de votre municipalité.
  • Arrosez votre pelouse quand le sol est sec au niveau des racines, à raison de 2 à 3 centimètres d'eau par arrosage sur la surface du terrain. Installez des récipients de même grosseur à quelques endroits sur la pelouse et arrêtez l’arrosage quand ils contiennent la quantité d’eau requise. Cela vous permet de l’arroser moins fréquemment, mais profondément, ce qui favorise un enracinement en profondeur.
  • Évitez d’arroser ou de tondre la pelouse quand elle jaunit en période de sécheresse. Elle entre en dormance à ce moment. Elle reverdira dès que les conditions climatiques reviendront à la normale et après une pluie suffisante.
  • Maintenez une hauteur de tonte de 6 à 8 centimètres. Cette hauteur favorise un enracinement profond et permet au gazon d’être plus résistant à la sécheresse.
  • Au printemps, enfoncez un tournevis à 15 centimètres de profondeur à plusieurs endroits sur le terrain. Extrayez de petites carottes de terre à l’aide d’une fourche ou d’un aérateur mécanique (carotteur), si vous sentez de la résistance, pour aérer votre sol. Cette pratique améliore l’infiltration de l’eau et les échanges gazeux, en plus de favoriser l’étalement des racines.

Trouvez une solution de rechange aux pesticides

Il existe diverses solutions de rechange aux pesticides, mais il faut déterminer la source du problème avant toute intervention. De mauvaises pratiques ou conditions de croissance peuvent endommager les plantes. L’environnement lui-même peut aussi leur causer du tort, comme le sel épandu par la voirie ou l'urine de votre chien. Les ravageurs n’ont peut-être rien à y voir et vous pouvez les confondre avec des insectes bénéfiques.

Décelez les maladies et les ravageurs de votre pelouse. La présence de quelques organismes indésirables ne signifie nullement que leurs populations se développent à un niveau intolérable. Vous réussirez sans doute à les maintenir à un niveau acceptable grâce à quelques trucs simples.

Privilégiez la lutte physique ou mécanique et la lutte biologique : ces méthodes de contrôle des organismes indésirables causent moins de tort aux organismes utiles à l’environnement et à votre santé.

La lutte physique ou mécanique recourt à des méthodes manuelles ou à des dispositifs pour réduire les organismes indésirables. Par exemple : arracher à la main les pissenlits avec leurs racines.

La lutte biologique utilise des organismes vivants, présents naturellement ou introduits volontairement dans l’environnement, pour réduire les populations d’un autre organisme vivant considéré comme indésirable. Par exemple :

  • Certains insectes prédateurs, comme la mante religieuse, la chrysope, la larve de syrphe, la libellule et le carabe, se nourrissent d’autres insectes. D’autres, comme la larve du tachinaire, peuvent vivre sur des insectes nuisibles ou à l’intérieur de ceux-ci.
  • Des champignons endophytes, c’est-à-dire des champignons qui vivent dans les tissus de certaines espèces de gazon, produisent des substances répulsives pour les insectes qui se nourrissent de leur feuillage : la punaise velue et la pyrale des prés.
  • Des oiseaux se nourrissent de vers blancs et d'autres insectes ravageurs.
  • Les vers de terre, certains champignons bénéfiques et d’autres microorganismes et insectes aèrent le sol en faisant des galeries et décomposent la matière organique et le chaume.

Vous pouvez aussi attirer ou introduire d'autres organismes. Par exemple :

  • Cultivez des plantes ornementales et des fines herbes qui produisent beaucoup de nectar et de pollen dans votre jardin.
  • Appliquez des nématodes sur votre pelouse : ils parasitent certains vers blancs, comme les larves du hanneton européen. Demandez conseil aux spécialistes de votre centre jardin pour utiliser les nématodes spécifiques au ravageur visé et leur fournir les conditions essentielles à leur survie.

Larves du hanneton européen

Hanneton européen adulte

Bernard Drouin, MAPAQ

René Limoges, Insectarium de Montréal

Voici quelques méthodes pour prévenir les organismes indésirables et des solutions de rechange aux pesticides pour les contrôler, si vous en décelez sur votre pelouse.

Plantes indésirables

Plantes Méthodes préventives Solutions de rechange aux pesticides
Plantes à feuilles larges
  • Entretenez bien la pelouse.
Utilisez un arrache-pissenlit.
Graminées
  • Entretenez bien la pelouse.
Arrachez-les à la main.
Mousse
  • Entretenez bien la pelouse.
  • Maintenez le pH du sol au-dessus de 6,5 et épandez de la chaux dolomitique au besoin.
  • Aérez le sol pour évacuer le surplus d’eau.
  • Réensemencez le sol avec des espèces de graminées à gazon tolérantes à l’ombre.
  • Introduisez des plantes couvre-sol.
Râtelez avec vigueur la surface du sol pour déloger la mousse et drainez-le, si nécessaire.

Insectes ravageurs

Insectes ravageurs Méthodes préventives Alternatives aux pesticides
Punaise velue (punaise des céréales)
Elle s’attaque à la pelouse en juin et en juillet et cause des plaques jaunes que vous pouvez parfois confondre avec des symptômes de sécheresse.
  • Entretenez bien la pelouse.
  • Favorisez la biodiversité.
  • Ensemencez les zones touchées, idéalement avec des graminées résistantes (champignons endophytes)
Inondez les zones infestées si la réglementation municipale le permet.
Vers blancs
(ex. : larves du hanneton européen ou du scarabée japonais)
La pelouse jaunit et le gazon mort se soulève comme un tapis. Les larves blanches sont visibles sous ces plaques de gazon.
  • Entretenez bien la pelouse. Une pelouse en santé possède un système racinaire dense et tolère souvent plus de vers blancs sans signes de dégâts.
  • Laissez la pelouse longue (8 centimètres), car les hannetons préfèrent pondre dans une pelouse courte.
  • Aérez le sol pour favoriser la décomposition du chaume.
  • Attirez les oiseaux en leur fournissant des abris, car plusieurs se nourrissent de vers blancs.
Appliquez des nématodes : ils parasitent les vers blancs.

Placez des pièges à phéromone : ils attirent les adultes du scarabée japonais.
Pyrale des prés (pyrale des canneberges)
Au printemps, les papillons couleur crème volent au-dessus de la pelouse. De petites plaques jaunes apparaissent au début de mai, puis deviennent plus grandes au fil de l'été. Des dommages apparaissent à la fin d’août et au début de septembre. Une infestation est aussi possible au milieu de l'été.
  • Entretenez bien la pelouse.
  • Favorisez la biodiversité.
  • Aérez le sol pour favoriser la décomposition du chaume.
  • Déchaumez la pelouse s’il y a une accumulation excessive de brins d’herbe morte.
  • Ensemencez les zones touchées, idéalement avec des graminées résistantes (champignons endophytes).
Appliquez des nématodes qui parasitent les larves de la pyrale des prés.

Maladies et champignons

Maladies et champignons Méthodes préventives Méthodes alternatives aux pesticides
Taches en dollar
Petites taches circulaires de gazon jauni apparaissant au printemps ou à l’automne à cause d’un sol trop humide
  • Drainez le sol.
  • N’arrosez pas.
  • Aérez et déchaumez à l’automne.
  • Amendez le sol avec du compost.
  • Utilisez un fertilisant riche en azote toutes les semaines, mais en petite quantité. Cette fertilisation pallie les dommages causés par la maladie.
Blanc
Semblable à une poudre blanche à la surface du gazon, en particulier sur le pâturin des prés
  • Évitez d’arroser en soirée.
  • Arrosez tôt le matin.
  • Laissez sécher le sol entre les arrosages.
  • Fertilisez.
  • Aérez le sol à l’automne.
Champignons (avec un pied)
Souvent sur les sols légèrement acides et pauvres en calcium ou sur du matériel végétal en décomposition
  • Faites analyser le pH de votre sol et épandez de la chaux dolomitique au besoin.
  • Maintenez le pH du sol au-dessus de 6,5; épandez de la chaux dolomitique au besoin.
  • Enlevez les champignons à la main, particulièrement avant de tondre pour éviter de répandre les spores (les structures de reproduction des champignons).
  • Aérez le sol à l’automne.

Utilisez les pesticides en dernier recours… et avec prudence

Recourir aux pesticides comporte certains risques, notamment pour votre santé. Ils peuvent contaminer l’eau, l’air et le sol, nuire aux organismes utiles et à la biodiversité. Il faut donc les utiliser en dernier recours, avec prudence, quand les autres méthodes, notamment les méthodes préventives, ne suffisent plus.

Vente au détail interdite

Il est interdit de vendre au détail certains pesticides d’usage domestique destinés à l’entretien des pelouses, c’est-à-dire ceux qui contiennent au moins l’un des ingrédients actifs mentionnés à l’annexe I du Code de gestion des pesticides.

L’application de ces pesticides par les services d’entretien des espaces verts est aussi interdite sur les pelouses, y compris celles des terrains privés, commerciaux ou industriels.

Consultez le document « Contrôle des principaux organismes indésirables retrouvés dans les pelouses résidentielles » (PDF, 409 ko)  pour vous guider dans le choix d’un produit. Il présente la liste des ingrédients actifs dont l’utilisation est autorisée.

Voir aussi…

 


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017