Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Exemples de mesures mises en place
en vue de réduire les émissions de GES

  • Retour à la trousse d'information

Bâtiments municipaux et autres installations

Équipements motorisés municipaux

Traitement des eaux usées

Matières résiduelles

Transport routier

Bâtiments municipaux et autres installations

  1. Centre culturel et communautaire certifié LEED à Otterburn Park

    Le 14 mars 2008, la municipalité d’Otterburn Park a inauguré le premier bâtiment municipal durable du Québec. Le centre culturel et communautaire de la Pointe-Valaine certifié LEED consomme 60 % moins d’énergie qu’un bâtiment classique, contribuant ainsi à diminuer ses émissions de GES.
    Source : Bulletin Carrefour municipal, « Otterburn Park inaugure le premier bâtiment municipal durable au Québec », 18 mars 2008.

  2. Programme triennal d’efficacité énergétique à Saguenay

    En mai dernier, la Ville de Saguenay s’est dotée d’un plan en matière d’efficacité énergétique et prévoit réduire de 10 % par année ses dépenses associées à l’achat de mazout, de gaz naturel, de carburant et d’électricité dans ses bâtiments municipaux notamment. Le premier volet de ce programme consiste à susciter l’intérêt des travailleurs et des élus municipaux à économiser l’énergie.
    Source : Bulletin Carrefour municipal, « Efficacité énergétique à Saguenay », 21 mai 200

  3. Patrouille au service de l’eau potable à Québec

    De mai à septembre, une équipe de patrouilleurs ratisse à vélo les différents secteurs de Québec afin de contrôler les usages extérieurs de l’eau potable durant l’été. Cette patrouille a aussi le pouvoir de donner des constats d’infraction s'il y a récidive ou si l'arrosage se fait durant les périodes de pénurie d’eau. Afin de donner l’exemple en matière de rationalisation de la consommation de l’eau, Québec prévoit récupérer l’eau de pluie en 2009 et de s’en servir pour l’arrosage des plantes ornementales de Québec. Rappelons que le traitement, de même que le pompage des eaux est une source de consommation d’électricité et de combustibles fossiles.
    Source : Ville de Québec, « Une patrouille au service de l’eau potable ».

Équipements motorisés municipaux

  1. Technologie visant à limiter la marche au ralenti des camions à Kirkland

    La Ville de Kirkland, située sur l’île de Montréal, utilise des camions munis d’un moteur auxiliaire servant au fonctionnement de l’outillage tel qu’une soudeuse, un compresseur ou de l’outillage à l’air. Cette technologie permet de couper drastiquement la marche au ralenti puisque le moteur auxiliaire consomme beaucoup moins que le moteur principal, surpuissant pour ce type de tâche.
    Source : Vision durable, « Une invention québécoise qui réduit la pollution des camions de service », 31 octobre 2007.

  2. Parc de véhicules municipaux au biodiesel à Victoriaville

    Depuis mai 2007, l’ensemble du parc de véhicules de la Ville de Victoriaville fonctionnant au carburant diesel utilise du biodiesel distribué par la Coopérative des Bois-Francs. C’est ainsi que les camions de pompiers, de déneigement, la niveleuse, la souffleuse, etc., sont alimentés par du biodiesel B5, un mélange de diesel constitué à 5 % de biodiesel, dont l’utilisation ne nécessite pas la modification des moteurs.
    Source : Pétroles Sonic, « La Ville de Victoriaville et la Coopérative des Bois-Francs, partenaires dans le biodiesel », 23 mai 2007.

  3. Laboratoire pour l’essai des véhicules électriques et hybrides à Saint-Jérôme

    Depuis 1996, la Ville de Saint-Jérôme est le terrain d’essai de véhicules électriques et hybrides, et ce, en collaboration avec divers partenaires dont le Centre d’expérimentation des véhicules électriques du Québec (CEVEQ) et l’Institut du transport avancé du Québec (ITAQ). En effet, la Ville utilise une quinzaine de voitures hybrides et électriques.
    Source : Saint-Jérôme, ville laboratoire pour l’essai de véhicules électriques et hybrides.

Traitement des eaux usées

  1. Valorisation des boues provenant du traitement des eaux usées à Saguenay

    Un projet innovateur permet à Saguenay de produire de l’engrais à partir des boues usées provenant du traitement des eaux. Cela permet d’éviter d’enfouir le contenu de 300 camions de boues par année.
    Source : Le quotidien, « Le maire défend fermement son bilan », 1er février 2008, p6.

Matières résiduelles

  1. Collecte des matières putrescibles dans la région de Saint-Hyacinthe

    Depuis janvier 2007, les municipalités de la région maskoutaine, dont Saint-Hyacinthe, effectuent la collecte des matières putrescibles. Celle-ci s’est avérée un franc succès étant donné que 59 % des déchets générés ont ainsi été détournés des sites d’enfouissement en 2007.
    Source : Le journal de Montréal, « Un exemple à suivre », 22 avril 2008, p. 11.

  2. Rivière-du-Loup projette de transformer les déchets de table de ses citoyens en énergie

    La MRC de Rivière-du-Loup prévoit débuter en 2009 la collecte des matières putrescibles dans les secteurs résidentiel, institutionnel, commercial et industriel. Une usine de méthanisation servira ensuite à valoriser ces matières résiduelles organiques : une partie de la matière produite pourra être vendue comme engrais destiné à l’épandage ou séchée pour devenir du compost. Les restes seront convertis en biogaz, qui pourra servir à chauffer des bâtiments, à produire de l’électricité ou même à servir de carburant pour les véhicules, une fois purifié.
    Source : Bulletin Carrefour municipal, « Méthanisation des matières résiduelles organiques », 18 juillet 2008.

  3. Projet-pilote d’herbicyclage à Drummondville

    La Ville de Drummondville a entrepris un projet pilote dans le secteur Saint-Nicéphore à l’été 2008 visant à sensibiliser la population à laisser au sol le gazon coupé. Un mois seulement après le début de la campagne de sensibilisation, 92 % des résidents du secteur pratiquaient l’herbicyclage.
    Source : Bulletin Carrefour municipal, Un projet pilote à Drummondville connaît un vif succès », 28 août 2008.

Transport routier

  1. TaxiBus à Thetford

    En juillet 2008, la Ville de Thetford Mines a inauguré son premier arrêt de TaxiBus, un service de transport en commun effectué en voiture-taxi. L’objectif poursuivi par la Ville est d’accroître la qualité de vie des habitants en bonifiant l’offre de service.
    Source : Bulletin Carrefour municipal, « Un premier arrêt TaxiBus installé à Thetford-Mines », 21 juillet 2008.

  2. Transport collectif en Haute-Gaspésie
    Depuis 2003, un service de transport collectif est en fonction de Rivière-Madeleine à Capucins et remporte un vif succès : plus du quart des citoyens de la MRC utilise régulièrement le service. De cette façon, les enfants ont accès à des activités, les jeunes peuvent suivre les formations offertes dans les municipalités et les travailleurs peuvent se déplacer à moindre coût.
    Source : Bulletin Carrefour municipal, « Un bilan positif pour le transport collectif en Haute-Gaspésie », 20 mai 2008.

  3. Service de covoiturage à Rimouski

    En devenant partenaire officiel du réseau Covoiturage, la Ville de Rimouski permet aux utilisateurs de son site Internet de se jumeler gratuitement avec une autre personne ayant le même itinéraire. La Ville de Rimouski a également accru les fonctionnalités du service de covoiturage courte et longue distance en le bonifiant d’une carte de son territoire.
    Source : Site de la Ville de Rimouski sur le service en ligne de covoiturage.

  4. Vélos de quartier à Victoriaville

    Depuis 2000, la Ville de Victoriaville offre gratuitement des vélos à ses citoyens ainsi qu’aux touristes afin qu’ils puissent profiter du réseau cyclable de la Ville et découvrir la région autrement. C’est une entreprise de réinsertion sociale qui donne une seconde vie à des vélos volés récupérés par le Service de police de la Ville.
    Source : Ville de Victoriaville, « Les vélos communautaires ».

  5. Réduction de la vitesse à Montréal

    La limite de vitesse dans toutes les rues résidentielles de la Ville de Montréal est passée de 50 à 40 km/h, afin d’accroître la sécurité routière pour tous les usagers, dont les piétons et les cyclistes.
    Source : Bulletin Carrefour municipal, « Sécurité routière – Limite de 40 km/h », 15 avril 2008.

  6. Stationnement gratuit pour les véhicules verts à Saint-Jérôme

    La Ville de Saint-Jérôme a adapté sa réglementation en matière de stationnement de façon à encourager l’utilisation de véhicules verts. La gratuité est accordée aux véhicules hybrides et électriques dans les parcs de stationnement municipaux et dans les aires de stationnement sur rue.
    Source : Ville de Saint-Jérôme, « Si votre auto est verte, vous ne payez pas le stationnement! », 13 décembre 2007.


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017