Rapport sur l'état de l’eau et des écosystèmes aquatiques au Québec

La flore

La flore des écosystèmes aquatiques et humides

Les herbiers aquatiques, étangs, marais, marécages et tourbières abritent une végétation abondante et diversifiée. Certaines espèces sont abondantes et bien réparties sur le territoire, alors que d’autres sont rares et localisées.

La rareté et la répartition restreinte de certaines espèces les rendent plus fragiles aux pressions exercées par les activités humaines sur les écosystèmes aquatiques et les milieux humides, particulièrement dans le sud du Québec. C’est d’ailleurs dans cette portion du territoire qu’est concentrée une grande proportion d’espèces en situation précaire.

Une diversité floristique insoupçonnée

La diversité végétale indigène, c’est-à-dire des espèces originaires du Québec, est estimée à près de 6 300 espèces. Les plantes invasculaires, qui comprennent les algues, les mousses et les hépatiques, sont les plus nombreuses avec plus de 4 000 espèces1. Elles sont toutefois moins bien connues que les arbres, arbustes et herbacées qui composent la flore vasculaire, comptant 2 287 espèces indigènes2.

De ce nombre, 709 espèces sont considérées comme étant des espèces « obligées » ou « facultatives » des écosystèmes aquatiques et des milieux humides2, 3. Il s’agit de plantes se trouvant presque exclusivement dans ces milieux. Les espèces obligées ont une probabilité supérieure à 99 % de survenir dans un milieu humide, alors que cette probabilité varie entre 67 % et 99 % pour les espèces facultatives, qui croissent aussi en milieu terrestre3. En date de 2014, ce classement entre les espèces obligées et facultatives n’était effectué que pour les plantes du Québec méridional.

Le Saint-Laurent, à lui seul, contribue remarquablement à la diversité végétale du Québec. Une concentration d’espèces floristiques s’y trouve d’ailleurs en exclusivité4, dont l’aster du golfe Saint-Laurent, la cicutaire de Victorin et le gentianopsis de Victorin5 (photo 1). Ces espèces ont une valeur de conservation considérable, puisqu’elles ne croissent nulle part ailleurs au monde que dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Leur perte signifierait l’extinction définitive d’éléments de la biodiversité mondiale.

Photo 1. Des espèces uniques à l’estuaire ou au golfe du Saint-Laurent : A) aster du golfe du Saint-Laurent (Alain Richard, Attention FragÎles); B) cicutaire de Victorin (Francis Boudreau, MDDELCC); C) gentianopsis de Victorin (Audrey Lachance)

Des espèces en situation précaire

Figure 1. Situation des espèces de plantes vasculaires des écosystèmes aquatiques et des milieux humides du Québec9, 10, 11

Environ 80 % des 709 espèces de plantes vasculaires associées aux écosystèmes aquatiques et aux milieux humides sont considérées « en sécurité », c’est-à-dire que, dans les conditions actuelles, il y a peu de risque que ces espèces disparaissent du territoire québécois (figure 1). Par contre, près de 20 % de ces espèces, soit 138, sont considérées en situation précaire au Québec. Toutes n’ont pas le même degré de précarité : 22 sont désignées menacées, 3 sont vulnérables, 2 sont vulnérables à la récolte et 111 sont susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables (tableau 1). Trois espèces sont présumées disparues du territoire québécois, soit l’euphorbe à feuilles de renouée, la renoncule rhomboïde et le lipocarphe à petites fleurs6. Deux de ces espèces ne seraient pas préoccupantes à l’extérieur des limites du Québec, du moins au Canada7. En revanche, le lipocarphe à petites fleurs est désigné en voie de disparition au Canada depuis 20028.

Tableau 1. Plantes vasculaires aquatiques et de milieux humides désignées menacées ou vulnérables au Québec
  Statut des espèces Habitat : Rives4, marais ou marécages Habitat : Tourbières
Espèce vasculaire1 LEMV2 COSEPAC3 LEP4 Eau douce sans marée Eau douce avec marée Eau saumâtre ou salée  
Arisème dragon M P P      
Aster d’Anticosti M M M      
Aster du golfe Saint-Laurent M M M      
Carmantine d’Amérique M M M      
Carex faux-lupulina M VD VD      
Chardon écailleux M x x      
Cicutaire de Victorin M P P      
Ériocaulon de Parker M NEP x      
Gaylussaquier de Bigelow M x x      
Gentianopsis de Macoun M x x      
Gentianopsis de Victorin M M M      
Jonc à tépales acuminés M x x      
Lézardelle penchée M x x      
Listère australe M x x      
Mimule glabre M x x      
Onosmodie hispide M x x      
Orge des prés M x x      
Polémoine de Van Brunt M M M      
Sagittaire des estuaires M x x      
Scirpe de Pursh M x x      
Thélyptère simulatrice M x x      
Vergerette de Provancher M P P    
Arnica à aigrette brune V x x      
Floerkée fausse-proserpinie V NEP x      
Valériane des tourbières V x x      
Lis du Canada Vr x x      
Matteuccie fougère-à-l’autruche Vr x x      
1 Dans le cadre de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables, le terme « espèce » est utilisé pour une sous-espèce, une population géographiquement isolée, une race ou une variété, qu’elle soit faunique ou floristique9.
2 Désignation selon la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (LEMV), en date de décembre 20119, 10 : M, menacée; V, vulnérable; Vr, vulnérable à la récolte
3 Évaluation du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), en date de mai 20138 : M, menacée; NEP, non en péril; P, préoccupant; VD, en voie de disparition; x, non évaluée
4 Désignation selon la Loi sur les espèces en péril (LEP), en date de mai 201312 : M, menacée; NEP, non en péril; P, préoccupant; VD, en voie de disparition; x, non évaluée

Photo 2. Des espèces menacées dont les populations ne se trouvent qu’à un seul endroit au Québec : A) orge des prés (Francis Boudreau, MDDELCC); B) jonc à tépales acuminés (Frédéric Coursol)

Les plantes vasculaires en situation précaire associées aux écosystèmes aquatiques et aux milieux humides se trouvent dans les régions les plus habitées du Québec. Toutefois, elles sont en plus grandes concentrations dans le sud-ouest de la province ainsi que dans le corridor du Saint-Laurent, essentiellement de Montréal jusqu’à Québec. Dans certains cas, tous les spécimens d’une espèce en situation précaire se concentrent dans un même secteur, ajoutant à sa précarité. Les espèces dans cette situation, en plus d’être peu abondantes, deviennent particulièrement vulnérables à d’éventuels événements perturbateurs d’origine naturelle ou humaine (photo 2).

Par ailleurs, d’autres espèces en situation précaire se trouvent à plus d’un endroit sur le territoire, mais l’état des populations, soit le nombre d’individus, leur densité et la superficie occupée, est parfois trop faible pour assurer, sans mesures particulières de conservation, la survie de ces espèces.

Des espèces rares, naturellement

Certaines espèces sont rares simplement parce que les conditions environnementales essentielles à leur développement, c’est-à-dire leurs exigences écologiques telles que le climat, la topographie et les types sols, se trouvent de façon ponctuelle à l’échelle du Québec. Par exemple, l’aster d’Anticosti (photo 3A), menacée au Québec, colonise exclusivement les rivages calcaires de la Gaspésie, de l’île d’Anticosti et du lac Saint-Jean13.

Photo 3. Des espèces rares au Québec, dont la présence dépend de facteurs naturels particuliers : A) aster d’Anticosti (Jean Gagnon, MDDELCC); B) carmantine d’Amérique (Eco‑Nature); C) carex faux-lupulina (Vincent Piché, MDDELCC)

D’autres espèces en situation précaire, comme la carmantine d’Amérique14 (photo 3B) et le jonc à tépales acuminés15, atteignent la limite nord de leur aire de répartition dans le sud du Québec. Pour ces espèces, le climat représente donc un facteur limitant leur expansion.

Photo 4. Le chardon écailleux (Jacques Labrecque, MDDELCC)

La compétition avec d’autres espèces pour l’espace ou pour la lumière est également un facteur naturel pouvant limiter l’expansion d’espèces végétales. Les populations d’espèces menacées au Québec, particulièrement celles du carex faux-lupulina16 (photo 3C) et de l’aster du golfe du Saint-Laurent17 (photo 3A), seraient particulièrement affectées par la compétition avec des espèces qui partagent leur habitat.

Certaines espèces en situation précaire sont désavantagées par leur faible capacité d’adaptation, leur faible succès de reproduction ou leur faible compétitivité, ce qui les rend vulnérables aux changements environnementaux. Le chardon écailleux (photo 4) compte parmi les espèces dont la propagation est contrainte par une fécondité réduite, une faible dispersion des graines et une faible compétitivité avec les autres espèces. En outre, ses graines font aussi l’objet d’une prédation par des espèces animales herbivores18.

Des espèces fragiles menacées par la perte et la détérioration de leurs habitats et par les espèces exotiques envahissantes

En modifiant parfois considérablement les habitats, l’humain contribue au déclin d’un nombre croissant d’espèces au Québec et dans le monde. Les espèces associées aux écosystèmes aquatiques et aux milieux humides sont parmi les plus vulnérables, puisqu’un grand nombre de leurs habitats ont été détruits, dégradés ou fragmentés. Seulement entre 1990 et 2011, plus de 560 km2 de milieux humides des basses terres du Saint-Laurent auraient subi des perturbations19. À cela s’ajoutent l’introduction et la propagation d’espèces exotiques envahissantes, lesquelles représentent une menace de taille pour la diversité de la flore des écosystèmes aquatiques et des milieux humides.

La perte et la détérioration d’habitats

La perte et la détérioration d’habitats sont les causes premières de la précarité des espèces, tant à l’échelle locale qu’à l’échelle mondiale20. Des changements dans la qualité ou la quantité d’eau ainsi que la destruction ou la dégradation des habitats peuvent affecter le maintien d’une espèce établie et provoquer la transformation des communautés végétales et, conséquemment, contribuer à la perte de diversité. En effet, contrairement à la faune qui, par sa mobilité, peut parfois trouver d’autres habitats propices, la flore peut difficilement survivre dans ces circonstances, surtout en ce qui concerne les espèces dont la survie dépend de conditions particulières et celles qui sont plus rares ou en situation précaire.

Plusieurs activités humaines concourent à la transformation des écosystèmes aquatiques et des milieux humides propices à plusieurs espèces floristiques en situation précaire. Ces pertes sont attribuables, entre autres, aux activités agricoles, au développement résidentiel, aux infrastructures de transport et aux activités forestières. Les pertes d’habitats riverains au profit d’infrastructures ou suite à ces activités seraient notamment responsables de la situation précaire du carex faux-lupulina16, de la carmantine d’Amérique14, de la cicutaire de Victorin21, du gentianopsis de Victorin22 et de la polémoine de Van Brunt23. De plus, les pertes de tourbières occasionnées par le drainage de ces milieux à des fins diverses, dont l’exploitation de la tourbe, ont grandement contribué à fragiliser les populations du gaylussaquier de Bigelow24, de la listère australe25 et de la valériane des tourbières26 (photo 5).

Photo 5. Des espèces de tourbière dont la situation précaire serait attribuable au drainage et à l’exploitation de la tourbe : A) Gaylussaquier de Bigelow (Francis Boudreau, MDDELCC); B) listère australe (Pierre Petitclerc, MDDELCC); C) valériane des tourbières (Norman Dignard, MFFP)
Photo 6. L’arisème dragon, une espèce menacée par l’érosion des berges du Saint‑Laurent (Norman Dignard, MFFP)

De plus, l’érosion sévère des berges du Saint-Laurent, accentuée à certains endroits par le batillage, c’est-à-dire par le déferlement des vagues après le passage des navires, provoque une perte d’habitats pour la cicutaire de Victorin21 ainsi que pour l’arisème dragon27 (photo 6), deux espèces menacées au Québec. L’érosion entraîne également une dégradation de la qualité de l’eau par l’apport accru de sédiments et de polluants dans le milieu aquatique. Une hausse de sédiments dans l’eau peut modifier des conditions importantes pour la croissance des végétaux aquatiques, par exemple en affectant la pénétration de lumière, en diminuant la profondeur de l’eau et en augmentant la température de l’eau.

Par ailleurs, la circulation des véhicules tout-terrain dans la zone de balancement des marées représente l’une des principales menaces à la survie d’espèces en situation précaire comme l’ériocaulon de Parker28, l’aster d’Anticosti13, la vergerette de Provancher29 et la cicutaire de Victorin21. Sur les rives du Saint-Laurent, à Batiscan, en Mauricie, la circulation répétée des véhicules tout-terrain a détruit une portion importante de l’une des plus grosses populations d’ériocaulon de Parker28 (photo 7). Ces véhicules provoquent non seulement la mort des plantes, mais ils modifient aussi les caractéristiques de l’habitat de l’espèce et le rendent inapte à sa recolonisation.

Photo 7. Destruction de l’habitat de l’ériocaulon de Parker sur les rives du Saint‑Laurent, à Batiscan, en Mauricie (Line Couillard, MDDELCC)

Enfin, les communautés floristiques riveraines sont fréquemment soumises à des variations artificielles des niveaux d’eau. Dans ces cas où le niveau d’eau est régularisé, les milieux riverains ne sont plus soumis à un régime hydrique naturel. Des espèces aquatiques peuvent disparaître à cause d’une baisse trop prononcée du niveau d’eau, ou encore être détruites par une hausse du niveau provoquant un ennoiement prolongé, de forts courants ou de l’érosion. La situation précaire d’au moins quatre espèces floristiques, soit l’arisème dragon27, l’aster d’Anticosti13, le carex faux-lupulina16 et le gentianopsis de Macoun30, pourrait être attribuable à la présence de barrages et à la variation artificielle des niveaux d’eau.

Les habitats côtiers et estuariens sont aussi voués à des transformations majeures, par la submersion graduelle des côtes et l’augmentation du nombre de tempêtes causant de l’érosion. Les espèces occupant ces habitats pourraient avoir de la difficulté à s’adapter à de telles perturbations, surtout celles déjà en situation précaire qui risquent de s’éteindre. Ainsi, l’avenir est incertain pour la sagittaire des estuaires, répertoriée à deux endroits seulement dans la baie des Chaleurs31, et pour l’aster du golfe du Saint-Laurent, uniquement présent aux îles de la Madeleine.

Les espèces exotiques envahissantes

Une espèce exotique envahissante est un végétal, un animal ou un microorganisme introduit hors de son aire de répartition naturelle et dont l’établissement et la propagation constituent une menace pour l’environnement, l’économie ou la société. De telles espèces possèdent des attributs favorisant leur établissement et leur propagation dans un nouvel environnement : elles ont une grande capacité d’adaptation, possèdent un mécanisme de reproduction très efficace et n’ont pas de prédateurs, de parasites ni de compétiteurs.

Ces effets se manifestent à divers endroits sur le territoire et en particulier dans les milieux humides bordant le Saint-Laurent, des écosystèmes reconnus comme productifs et diversifiés. Toutefois, la végétation de certains de ces milieux, entre le lac Saint-Louis et le lac Saint-Pierre, est aujourd’hui composée de près de 50 % d’espèces exotiques envahissantes, comme le butome à ombelle, la salicaire commune, l’hydrocharide grenouillette, l’alpiste roseau et le roseau commun. L’implantation de l’alpiste roseau et du roseau commun dans l’environnement est préoccupante puisque ces espèces peuvent occuper jusqu’à 100 % du couvert végétal32. Les espèces exotiques envahissantes provoquent ainsi la régression d’espèces indigènes présentes dans les écosystèmes. Elles pourraient même mener à l’extinction de certaines espèces, en particulier celles déjà en situation précaire. Par exemple, le maintien de certaines populations de carex faux-lupulina, de cicutaire de Victorin et de scirpe de Pursh, trois espèces en situation précaire au Québec, est menacé par la présence dans leurs habitats de l’alpiste roseau, du roseau commun et de la salicaire commune16, 33

Photo 8. Des espèces exotiques envahissantes introduites volontairement dans les jardins d’eau : A) hydrocharide grenouillette (Isabelle Simard, MDDELCC); B) myriophylle à épi (Isabelle Simard, MDDELCC)

Parmi les 44 espèces végétales exotiques envahissantes répertoriées dans les écosystèmes aquatiques et les milieux humides du Québec, 12 sont jugées préoccupantes et sont en progression depuis leur introduction (tableau 2). Elles se sont introduites sur le territoire de façon naturelle ou par l’entremise de l’humain. Le réseau hydrographique constitue une voie d’entrée naturelle pour certaines de ces espèces. Des semences et des fragments de plantes ou de colonies d’espèces peuvent être transportés par les courants et franchir ainsi de grandes distances. Des algues et des plantes aquatiques peuvent également être transportées d’un milieu à l’autre en se fixant sur les embarcations ou sur le corps des animaux migrateurs. Par ailleurs, les introductions peuvent être volontaires, par exemple lorsque des plantes horticoles sont amenées hors des aménagements paysagers ou des jardins d’eau. L’hydrocharide grenouillette et le myriophylle à épi ont été introduits de cette manière (photo 8).

Tableau 2. Espèces végétales exotiques envahissantes préoccupantes présentes dans les écosystèmes aquatiques et les milieux humides du Québec
Nom commun Première observation
Milieu humide
Alpiniste roseau
Butome à ombelle
Roseau commun
Salicaire commune

Inconnue
1897
1916
1865
Milieu riverain
Berce du Caucase
Renouée du Japon
Nerprun bourdaine
Nerprun cathartique

1990
1918
1925
1919
Milieu aquatique - eau douce
Châtaigne d'eau
Hydrocharide grenouillette
Myriophylle à épi

1998
1952
1927
Milieu aquatique - eau salée
Codium fragile

2004
   

Références

1 – MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT. 2004. Stratégie québécoise sur la diversité biologique 2004‑2007 : pour la mise en œuvre au Québec de la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies. Gouvernement du Québec, 111 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/2004-2007/strategie.pdf].

2 – Informations fournies pour le rapport en 2013 par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Direction de l’écologie et de la conservation, Service de l’expertise en biodiversité.

3 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DES PARCS. 2008. Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables. Note explicative sur la ligne naturelle des hautes eaux : la méthode botanique experte. Gouvernement du Québec, 8 p. et 4 annexes. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/rives/note-explic.pdf].

4 – CONSEIL CANADIEN POUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES EN PÉRIL. 2011. Espèces sauvages 2010 : la situation générale des espèces au Canada. Groupe de travail national sur la situation générale. 323 p. [En ligne]. [http://publications.gc.ca/collections/collection_2011/ec/CW70-7-2010-fra.pdf].

5 – TARDIF, B., G. LAVOIE et Y. LACHANCE. 2005. Atlas de la biodiversité du Québec : les espèces menacées ou vulnérables. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du développement durable, du patrimoine écologique et des parcs, 60 p. [En ligne]. [http://www.cdpnq.gouv.qc.ca/pdf/Atlas-biodiversite.pdf].

6 – Informations fournies pour le rapport en 2012 par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec.

7 – CONSEIL CANADIEN POUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES EN PÉRIL. 2011. Espèces sauvages 2010 : la situation générale des espèces au Canada. Base de données du rapport. Groupe de travail national sur la situation générale. [En ligne]. [http://www.especessauvages.ca/wildspecies2010/downloads.cfm?lang=f].

8 – COSEPAC. 2013. Espèces sauvages canadiennes en péril. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, 115 p. [En ligne]. [http://www.cosewic.gc.ca/fra/sct0/rpt/csar_f_2013.pdf].

9 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. « Règlement sur les espèces floristiques menacées ou vulnérables et leurs habitats ». [En ligne]. [http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=3&file=/E_12_01/E12_01R3.HTM]. Page consultée le 31 mai 2013.

10 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. 2011. « Espèces floristiques menacées ou vulnérables et leurs habitats : modification concernant le Règlement modifiant le Règlement sur les espèces floristiques menacées ou vulnérables et leurs habitats – Décret 1299‑2011 ». Gazette officielle du Québec, 28 décembre 2011, 143e année, no 52, p. 5702‑5707. [En ligne]. [http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=56851.PDF].

11 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. 2013. « Arrêté ministériel concernant la détermination d’une liste d’espèces floristiques menacées ou vulnérables susceptibles d’être ainsi désignées ». Arrêté du ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs en date du 6 juin 2013. Gazette officielle du Québec, 145e année, no 26, p. 2627‑2632. [En ligne]. [http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=2013F%2F59718.PDF].

12 – GOUVERNEMENT DU CANADA. 2013. « Loi sur les espèces en péril (L.C. 2002, ch. 29) : annexe 1 Liste des espèces en péril ». [En ligne]. [http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/S-15.3/page-38.html#h-39]. Page consultée le 29 juillet 2014.

13 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2007. Plan de conservation de l’aster d’Anticosti (Symphyotrichum anticostense) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/aster/aster.pdf].

14 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2007. Plan de conservation de la carmantine d’Amérique (Justicia americana) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/carmanti/carmantine.pdf].

15 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Sans date. Jonc à tépales acuminés : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, 2 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/jonc_tepales_acumines/Jonc-tepales-acumines_fiche.pdf].

16 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2006. Plan de conservation du carex faux-lupulina (Carex lupuliformis) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/carex/Carex.pdf].

17 – COUILLARD, L., et G. JOLICOEUR. 2008. Plan de conservation de l’aster du Saint-Laurent (Symphyotrichum laurentianum) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 16 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/aster-stlaurent/aster_st_laurent.pdf].

18 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Chardon écailleux ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/chardon/chardon.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

19 – PELLERIN, S., et M. POULIN. 2013. Analyse de la situation des milieux humides au Québec et recommandations à des fins de conservation et de gestion durable. Centre de la Science et de la Biodiversité du Québec, 104 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/rives/Analyse-situation-milieux-humides-recommandations.pdf].

20 – UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE. « Espèces envahissantes ». [En ligne]. [http://www.iucn.org/fr/propos/union/secretariat/bureaux/iucnmed/programme_uicn_med/especes/especes_envahissantes/]. Page consultée le 29 avril 2013.

21 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2007. Plan de conservation de la cicutaire maculée variété de Victorin (Cicuta maculata var. victorinii) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 16 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/cicutaire/cicutaire.pdf].

22 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2007. Plan de conservation du gentianopsis élancé variété de Victorin (Gentianopsis procera subsp. macounii var. victorinii) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 16 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/gentianopsis-victorin/gentiane-victorin.pdf].

23 – DÉSILETS, P., L. COUILLARD et J. LETENDRE. 2012. Plan de conservation de la polémoine de Van Brunt (Polemonium vanbruntiae) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 16 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/polemoine/plan-conservation.pdf].

24 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Gaylussaquier de Bigelow ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/gaylussaquier/gaylussa.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

25 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Sans date. Listère australe : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, 2 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/listere_australe/Listere-australe-fiche.pdf].

26 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Valériane des tourbières ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/valeriane/index.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

27 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Arisème dragon ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/ariseme/ariseme.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

28 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2008. Plan de conservation de l’ériocaulon de Parker (Eriocaulon parkeri) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/eriocaulon/eriocaulon.pdf].

29 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Vergerette de Provancher ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/vergerette/index.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

30 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Gentianopsis de Macoun ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/gentianopsis-macoun/genti-macoun.htm]. Page consultée le 26 juin 2014.

31 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2006. Plan de conservation de la sagittaire à sépales dressées sous-espèce des estuaires (Sagittaria montevidensis subsp. spongiosa) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/sagittaire/Sagittaire.pdf].

32 – LAVOIE, C. 2012. « Le roseau envahisseur : le passé, le présent et le futur ». Dans Forum science environnement (46e), tenu à Québec, le 5 décembre 2012.

33 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Sans date. Scirpe de Pursh : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs. 2 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/scirpe_pursh/scirpe_pursh_fiche.pdf].

En savoir plus

Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) – Recherche d’espèces sauvages : http://www.cosewic.gc.ca/fra/sct1/index_f.cfm

COSEPAC – Espèces sauvages canadiennes en péril : http://www.cosewic.gc.ca/fra/sct0/rpt/csar_f_2012.pdf

Espèces floristiques menacées ou vulnérables au Québec : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/

Liste des espèces en péril : http://www.registrelep.gc.ca/sar/listing/schedules_f.cfm?id=1

Loi sur les espèces menacées ou vulnérables : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/E_12_01/E12_01.htm

Plans de conservation d’espèces floristiques menacées ou vulnérables : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/publications.htm

Registre public des espèces en péril : http://www.registrelep.gc.ca/default_f.cfm

 Références

1 – MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT. 2004. Stratégie québécoise sur la diversité biologique 2004‑2007 : pour la mise en œuvre au Québec de la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies. Gouvernement du Québec, 111 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/2004-2007/strategie.pdf].

2 – Informations fournies pour le rapport en 2013 par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Direction de l’écologie et de la conservation, Service de l’expertise en biodiversité.

3 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DES PARCS. 2008. Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables. Note explicative sur la ligne naturelle des hautes eaux : la méthode botanique experte. Gouvernement du Québec, 8 p. et 4 annexes. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/rives/note-explic.pdf].

4 – CONSEIL CANADIEN POUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES EN PÉRIL. 2011. Espèces sauvages 2010 : la situation générale des espèces au Canada. Groupe de travail national sur la situation générale. 323 p. [En ligne]. [http://publications.gc.ca/collections/collection_2011/ec/CW70-7-2010-fra.pdf].

5 – TARDIF, B., G. LAVOIE et Y. LACHANCE. 2005. Atlas de la biodiversité du Québec : les espèces menacées ou vulnérables. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du développement durable, du patrimoine écologique et des parcs, 60 p. [En ligne]. [http://www.cdpnq.gouv.qc.ca/pdf/Atlas-biodiversite.pdf].

6 – Informations fournies pour le rapport en 2012 par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec.

7 – CONSEIL CANADIEN POUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES EN PÉRIL. 2011. Espèces sauvages 2010 : la situation générale des espèces au Canada. Base de données du rapport. Groupe de travail national sur la situation générale. [En ligne]. [http://www.especessauvages.ca/wildspecies2010/downloads.cfm?lang=f].

8 – COSEPAC. 2013. Espèces sauvages canadiennes en péril. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, 115 p. [En ligne]. [http://www.cosewic.gc.ca/fra/sct0/rpt/csar_f_2013.pdf].

9 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. « Règlement sur les espèces floristiques menacées ou vulnérables et leurs habitats ». [En ligne]. [http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=3&file=/E_12_01/E12_01R3.HTM]. Page consultée le 31 mai 2013.

10 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. 2011. « Espèces floristiques menacées ou vulnérables et leurs habitats : modification concernant le Règlement modifiant le Règlement sur les espèces floristiques menacées ou vulnérables et leurs habitats – Décret 1299‑2011 ». Gazette officielle du Québec, 28 décembre 2011, 143e année, no 52, p. 5702‑5707. [En ligne]. [http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=56851.PDF].

11 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. 2013. « Arrêté ministériel concernant la détermination d’une liste d’espèces floristiques menacées ou vulnérables susceptibles d’être ainsi désignées ». Arrêté du ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs en date du 6 juin 2013. Gazette officielle du Québec, 145e année, no 26, p. 2627‑2632. [En ligne]. [http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=2013F%2F59718.PDF].

12 – GOUVERNEMENT DU CANADA. 2013. « Loi sur les espèces en péril (L.C. 2002, ch. 29) : annexe 1 Liste des espèces en péril ». [En ligne]. [http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/S-15.3/page-38.html#h-39]. Page consultée le 29 juillet 2014.

13 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2007. Plan de conservation de l’aster d’Anticosti (Symphyotrichum anticostense) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/aster/aster.pdf].

14 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2007. Plan de conservation de la carmantine d’Amérique (Justicia americana) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/carmanti/carmantine.pdf].

15 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Sans date. Jonc à tépales acuminés : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, 2 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/jonc_tepales_acumines/Jonc-tepales-acumines_fiche.pdf].

16 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2006. Plan de conservation du carex faux-lupulina (Carex lupuliformis) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/carex/Carex.pdf].

17 – COUILLARD, L., et G. JOLICOEUR. 2008. Plan de conservation de l’aster du Saint-Laurent (Symphyotrichum laurentianum) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 16 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/aster-stlaurent/aster_st_laurent.pdf].

18 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Chardon écailleux ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/chardon/chardon.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

19 – PELLERIN, S., et M. POULIN. 2013. Analyse de la situation des milieux humides au Québec et recommandations à des fins de conservation et de gestion durable. Centre de la Science et de la Biodiversité du Québec, 104 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/rives/Analyse-situation-milieux-humides-recommandations.pdf].

20 – UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE. « Espèces envahissantes ». [En ligne]. [http://www.iucn.org/fr/propos/union/secretariat/bureaux/iucnmed/programme_uicn_med/especes/especes_envahissantes/]. Page consultée le 29 avril 2013.

21 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2007. Plan de conservation de la cicutaire maculée variété de Victorin (Cicuta maculata var. victorinii) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 16 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/cicutaire/cicutaire.pdf].

22 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2007. Plan de conservation du gentianopsis élancé variété de Victorin (Gentianopsis procera subsp. macounii var. victorinii) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 16 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/gentianopsis-victorin/gentiane-victorin.pdf].

23 – DÉSILETS, P., L. COUILLARD et J. LETENDRE. 2012. Plan de conservation de la polémoine de Van Brunt (Polemonium vanbruntiae) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 16 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/polemoine/plan-conservation.pdf].

24 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Gaylussaquier de Bigelow ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/gaylussaquier/gaylussa.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

25 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Sans date. Listère australe : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, 2 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/listere_australe/Listere-australe-fiche.pdf].

26 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Valériane des tourbières ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/valeriane/index.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

27 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Arisème dragon ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/ariseme/ariseme.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

28 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2008. Plan de conservation de l’ériocaulon de Parker (Eriocaulon parkeri) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/eriocaulon/eriocaulon.pdf].

29 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Vergerette de Provancher ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/vergerette/index.htm]. Page consultée le 1er mai 2014.

30 – MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. « Gentianopsis de Macoun ». [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/gentianopsis-macoun/genti-macoun.htm]. Page consultée le 26 juin 2014.

31 – JOLICOEUR, G., et L. COUILLARD. 2006. Plan de conservation de la sagittaire à sépales dressées sous-espèce des estuaires (Sagittaria montevidensis subsp. spongiosa) : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, 12 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/sagittaire/Sagittaire.pdf].

32 – LAVOIE, C. 2012. « Le roseau envahisseur : le passé, le présent et le futur ». Dans Forum science environnement (46e), tenu à Québec, le 5 décembre 2012.

33 – GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Sans date. Scirpe de Pursh : espèce menacée au Québec. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs. 2 p. [En ligne]. [http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/scirpe_pursh/scirpe_pursh_fiche.pdf].

 En savoir plus

Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) – Recherche d’espèces sauvages : http://www.cosewic.gc.ca/fra/sct1/index_f.cfm

COSEPAC – Espèces sauvages canadiennes en péril : http://www.cosewic.gc.ca/fra/sct0/rpt/csar_f_2012.pdf

Espèces floristiques menacées ou vulnérables au Québec : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/

Liste des espèces en péril : http://www.registrelep.gc.ca/sar/listing/schedules_f.cfm?id=1

Loi sur les espèces menacées ou vulnérables : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/E_12_01/E12_01.htm

Plans de conservation d’espèces floristiques menacées ou vulnérables : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/publications.htm

Registre public des espèces en péril : http://www.registrelep.gc.ca/default_f.cfm