Rapport sur l'état de l’eau et des écosystèmes aquatiques au Québec

La flore et la faune aquatiques

L’abondance et la diversité des écosystèmes aquatiques et des milieux humides rendent le territoire québécois propice au maintien d’une grande variété d’espèces végétales et animales. La partie sud du Québec se démarque sur le plan de la biodiversité : le nombre d’espèces floristiques et fauniques ainsi que leur abondance y sont plus importants.

Rodolph Balej

Toutefois, c’est aussi dans cette portion du Québec que les pressions sur les écosystèmes aquatiques et les milieux humides sont les plus grandes. La détérioration de la qualité de l’eau, les fluctuations des débits et des niveaux d’eau, la perte ou la dégradation des habitats ainsi que l’introduction d’espèces exotiques envahissantes constituent les principales menaces pour le maintien des espèces indigènes du Québec. De plus, à ces menaces bien réelles s’ajoutent les changements climatiques, qui exerceront une pression supplémentaire sur la biodiversité du Québec.

Or, cette biodiversité soutient une multitude d’activités et génère de nombreuses retombées économiques. Il est donc essentiel de maintenir l’abondance et la diversité des espèces floristiques et fauniques pour préserver les bénéfices associés aux écosystèmes aquatiques : l’observation de la flore et de la faune, la chasse et la pêche commerciales ou récréatives en sont quelques exemples.

Par conséquent, diverses mesures de conservation et de gestion durables des ressources sont mises en œuvre au Québec pour préserver la biodiversité et assurer la pérennité et la qualité des ressources aquatiques.