Rapport sur l'état de l’eau et des écosystèmes aquatiques au Québec

Les milieux humides

Ni complètement aquatiques ni complètement terrestres, les milieux humides constituent un maillon essentiel des milieux naturels du Québec. Ils sont composés d’une gamme variée d’écosystèmes, tels que les étangs, les marais, les marécages et les tourbières.

Alain Thibault, MFFP

Les milieux humides couvrent un peu plus de 10 % du territoire québécois. Sous l’effet de diverses pressions d’origine humaine ou de pressions associées aux changements climatiques, ces milieux subissent aujourd’hui des pertes directes de superficie ou font l’objet de perturbations.

Toute perte ou perturbation de milieux humides a des répercussions sur les services que ces milieux offrent et, conséquemment, sur le bien-être qu’en retire la société québécoise tant sur le plan de la santé et de la sécurité que sur le plan socioéconomique. En effet, les milieux humides ont la capacité de maintenir des conditions propices à la vie humaine. Ils contribuent notamment à l’alimentation en eau, à la régulation des crues, à la production de nourriture et aux plaisirs récréatifs.

Par conséquent, face aux pertes et aux perturbations des milieux humides et devant les préoccupations grandissantes du public à l’égard de ces écosystèmes, différentes mesures sont mises en œuvre au Québec. Celles-ci visent principalement la conservation et la gestion intégrée de ces milieux tout en tenant compte des principes de développement durable.