Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Atlas sur l’état de l'environnement au Québec

Variabilité spatiale de la qualité des eaux (suite)

Médiane estivale 1998-2000 de la turbidité

La turbidité est un indicateur de la transparence de l’eau et de la présence de matières en suspension provenant de l’érosion des sols. La carte ci-dessous montre que les valeurs les plus élevées de turbidité (> 3,0 UTN) se concentrent encore en Montérégie et dans les basses Laurentides, ce qui correspond assez bien aux zones à forte densité de superficies en culture ou aux zones de culture de maïs. Ce sont aussi des secteurs où les sols sont argileux et où l’érosion peut facilement accroître le niveau de turbidité des eaux de surface. Des valeurs élevées de turbidité sont également observées en Abitibi, en raison de la présence de sols argileux des basses-terres. On retrouve quelques autres zones à forte turbidité au Lac-Saint-Jean, dans le Bas-Saint-Laurent, en Mauricie (exutoire des rivières Sainte-Anne et Batiscan) et dans la région de Chaudière-Appalaches (rivières Boyer et Chaudière). Ailleurs en Estrie et en Beauce, les valeurs varient entre 1,0 et 3,0 unités néphélométriques de turbidité (UNT). Elles sont généralement inférieures à 1,0 UNT sur le bouclier canadien.

Médiane estivale 1998-2000 de la turbidité

Cliquez pour agrandir

Début du document  Section précédente  Section suivante  Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017