Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Atlas sur l’état de l'environnement au Québec

Variabilité spatiale de la qualité des eaux

Le Réseau-rivières permet le suivi de la qualité de l’eau. Une douzaine de paramètres physico-chimiques et bactériologiques sont actuellement suivis (azote ammoniacal, azote total, nitrites-nitrates, phosphore dissous, phosphore en suspension, chlorophylle a, turbidité, matières en suspension, coliformes fécaux, pH, carbone organique dissous, conductivité). Une analyse plus détaillée de certains de ces paramètres est disponible dans le « Portrait de la qualité de l’eau des rivières du Québec ».

Indice de qualité de l’eau pour la période 1998-2000

L’indice de qualité bactériologique et physico-chimique (IQBP) permet de rendre compte de la qualité générale de l’eau des rivières du Québec. L’IQBP peut caractériser la qualité de l’eau selon cinq classes allant de bonne (bleu) à très mauvaise (rouge). L’IQBP est calculé à partir de six paramètres (coliformes fécaux, phosphore total, chlorophylle a totale, turbidité, azote ammoniacal et nitrites-nitrates), classés chacun selon cinq classes de qualité (voir glossaire des indices de qualité). Comme l’IQBP est un indice déclassant, sa valeur correspondra au sous-indice le plus faible des six paramètres. Par exemple, si le sous-indice des coliformes présente la plus mauvaise cote parmi les six paramètres de l’IQBP, c’est cette cote qui caractérisera l’IQBP.

La carte de l’IQBP médian pour les étés 1998 à 2000 montre une mauvaise qualité d’eau pour plusieurs rivières de la Montérégie et des basses Laurentides (L’Assomption, Bécancour, Châteauguay, du Loup (Mauricie), du Nord, Madawaska, Richelieu, Saint-François, Yamaska). D’autres sites localisés comme l’exutoire de la Chaudière, la région de Shawinigan, la région de Ville-Marie (Abitibi) présentent de telles conditions. Par contre, une grande majorité des rivières des hautes Laurentides, de la Gaspésie, de l’Outaouais, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, des hautes-terres de l’Estrie et de la Beauce, ainsi qu’une bonne partie du fleuve Saint-Laurent présentent une qualité d’eau bonne à satisfaisante. Cette carte ne renseigne pas sur l’origine de la mauvaise qualité d’eau, mais l’emplacement des cotes très mauvaises laisse supposer une influence générale d’origine agricole et des effets locaux d’origine urbaine ou industrielle.

Qualité de l'eau 1998-2000

Cliquez pour agrandir

Début du document  Section précédente  Section suivante  Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017