Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Bilan sur les terrains contaminés  /
Statistiques générales en décembre 2001

Annexes

Annexe 1 : Grille des critères génériques pour les sols

Annexe 2 : Grille des critères applicables aux cas de contamination des eaux souterraines

Annexe 3 : Grille de gestion des sols contaminés excavés


Annexe 1 : Grille des critères génériques pour les sols

Tirée de la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés

 

CRITÈRES DE SOL1
mg/kg de matière sèche
(ppm)

A2

B

C

I- MÉTAUX (et métalloïdes)

Argent (Ag)

2

20

40

Arsenic (As)

6

30

50

Baryum (Ba)

200

500

2 000

Cadmium (Cd)

1,5

5

20

Cobalt (Co)

15

50

300

Chrome total (Cr)

85

250

800

Cuivre (Cu)

40

100

500

Étain (Sn)

5

50

300

Manganèse (Mn)

770

10003

22003

Mercure (Hg)

0,2

2

10

Molybdène (Mo)

2

10

40

Nickel (Ni)

50

100

500

Plomb (Pb)

50

500 4

1 000 4

Sélénium (Se)

1

3

10

Zinc (Zn)

110

500

1 500

II- AUTRES COMPOSÉS INORGANIQUES

Bromure disponible (Br-)

6

50

300

Cyanure disponible (CN-)

2

10

100

Cyanure total (CN-)

2

50

500

Fluorure disponible (F-)

200

400

2000

Soufre total (S)5

400

1 000

2 000

III- COMPOSÉS ORGANIQUES VOLATILS

Hydrocarbures aromatiques monocycliques

Benzène

0,1

0,5

5

Chlorobenzène (mono)

0,2

1

10

Dichloro-1,2 benzène

0,2

1

10

Dichloro-1,3 benzène

0,2

1

10

Dichloro-1,4 benzène

0,2

1

10

Éthylbenzène

0,2

5

50

Styrène

0,2

5

50

Toluène

0,2

3

30

Xylènes

0,2

5

50

Hydrocarbures aliphatiques chlorés

Chloroforme

0,2

5

50

Chlorure de vinyle6

0,4

0,4

0,4

Dichloro-1,1 éthane

0,2

5

50

Dichloro-1,2 éthane

0,2

5

50

Dichloro-1,1 éthène

0,2

5

50

Dichloro-1,2 éthène (cis et trans)

0,2

5

50

Dichlorométhane

-

5

50

Dichloro-1,2 propane

0,2

5

50

Dichloro-1,3 propène (cis et trans)

0,2

5

50

Hexachlorobenzène

0,1

2

10

Pentachlorobenzène

0,1

2

10

Tétrachloro-1,1,2,2 éthane

0,2

5

50

Tétrachloroéthène

0,2

5

50

Tétrachlorure de carbone

0,1

5

50

Trichloro-1,1,1 éthane

0,2

5

50

Trichloro-1,1,2 éthane

0,2

5

50

Trichloroéthène

0,2

5

50

IV- COMPOSÉS PHÉNOLIQUES

Non chlorés

Crésol (ortho, méta, para)

0,1

1

10

Diméthyl-2,4 phénol

0,1

1

10

Nitro-2 phénol

0,5

1

10

Nitro-4 phénol

0,5

1

10

Phénol

0,1

1

10

Chlorés

Chlorophénol (-2, -3, ou -4)

0,1

0,5

5

Dichloro-2,3 phénol

0,1

0,5

5

Dichloro-2,4 phénol

0,1

0,5

5

Dichloro-2,5 phénol

0,1

0,5

5

Dichloro-2,6 phénol

0,1

0,5

5

Dichloro-3,4 phénol

0,1

0,5

5

Dichloro-3,5 phénol

0,1

0,5

5

Pentachlorophénol (PCP)

0,1

0,5

5

Tétrachloro-2,3,4,5 phénol

0,1

0,5

5

Tétrachloro-2,3,4,6 phénol

0,1

0,5

5

Tétrachloro-2,3,5,6 phénol

0,1

0,5

5

Trichloro-2,3,4 phénol

0,1

0,5

5

Trichloro-2,3,5 phénol

0,1

0,5

5

Trichloro-2,3,6 phénol

0,1

0,5

5

Trichloro-2,4,5 phénol

0,1

0,5

5

Trichloro-2,4,6 phénol

0,1

0,5

5

Trichloro-3,4,5 phénol

0,1

0,5

5

V- HYDROCARBURES AROMATIQUES POLYCYCLIQUES

Acénaphtène

0,1

10

100

Acénaphtylène

0,1

10

100

Anthracène

0,1

10

100

Benzo (a) anthracène

0,1

1

10

Benzo (a) pyrène

0,1

1

10

Benzo (b + j + k) fluoranthène

0,1

111

1011

Benzo (c) phénanthrène

0,1

1

10

Benzo (g,h,i) pérylène

0,1

1

10

Chrysène

0,1

1

10

Dibenzo (a,h) anthracène

0,1

1

10

Dibenzo (a,i) pyrène

0,1

1

10

Dibenzo (a,h) pyrène

0,1

1

10

Dibenzo (a,l) pyrène

0,1

1

10

Diméthyl-7,12 Benzo (a) anthracène

0,1

1

10

Fluoranthène

0,1

10

100

Fluorène

0,1

10

100

Indéno (1,2,3-cd) pyrène

0,1

1

10

Méthyl-3 cholanthrène

0,1

1

10

Naphtalène

0,1

5

50

Phénanthrène

0,1

5

50

Pyrène

0,1

10

100

Méthyl naphtalènes (chacun)7

0,1

1

10

VI- COMPOSÉS BENZÉNIQUES NON CHLORÉS

Dinitro-2,6 toluène3

0,7

2 X 10-4

3 X 10-2

Trinitro-2,4,6 toluène (TNT)3

-

0,04

1,7

VII- CHLOROBENZÈNES

Tétrachloro-1,2,3,4 benzène

0,1

2

10

Tétrachloro-1,2,4,5 benzène

0,1

2

10

Tétrachloro-1,2,3,5 benzène

0,1

2

10

Trichloro-1,2,3 benzène

0,1

2

10

Trichloro-1,2,4 benzène

0,1

2

10

Trichloro-1,3,5 benzène

0,1

2

10

VIII- BIPHÉNYLES POLYCHLORÉS (BPC)

Sommation des congénères8

0,05

1

10

IX- PESTICIDES9

Tébuthiuron3

-

50

3600

X- AUTRES SUBSTANCES ORGANIQUES

Acrylonitrile6

-

1

5

Bis(2-chloroéthyl)éther6

-

0,01

0,01

Éthylène glycol6

-

97

411

Formaldéhyde3

1

100

125

Phtalates (chacun)6

-

-

60

Phtalate de dibutyle3

-

6

7 X 104

XI- PARAMÈTRES INTÉGRATEURS

Hydrocarbures pétroliers C10 à C5010

300

700

3500

XII- DIOXINES ET FURANNES

Sommation des chlorodibenzo-dioxines et chlorodibenzofurannes exprimés en équivalents toxiques 2,3,7,8-TCDD

(échelle de l'OTAN, 1988)

-12

153

7503

Des critères indicatifs de la contamination des sols ne sont pas publiés, ni établis, pour tous les paramètres existants. La liste fournie n’est ni exhaustive ni limitative. L’utilisateur doit signaler tous les paramètres détectés, même si la présente grille ne fournit pas actuellement de critère pour ces paramètres.

Dans le cas où la limite de quantification de la méthode analytique est supérieure à la valeur du critère (comme c'est le cas pour le dinitro-2,6 toluène), cette limite de quantification sera tolérée comme seuil à respecter; le critère demeure toutefois l'objectif à atteindre.

Pour les métaux ou métalloïdes, il peut arriver que la teneur de fond naturelle d’un sol excède le critère générique utilisé. Cette teneur de fond, dans la mesure où elle est adéquatement évaluée et documentée, se substituera au critère générique pour l’évaluation de la contamination, à moins qu’un impact manifeste ou un risque pour la santé ne soit constaté.

-:   Pas de critère disponible actuellement.

1 : La mobilité des contaminants est influencée notamment par le pH du sol. Il faut donc prendre en considération que dans le cas où le pH est inférieur à 5 ou lorsqu’il est supérieur à 9, la mobilité des contaminants (principalement celle des métaux) est favorisée. Cette situation peut entraîner davantage d’impacts à l’environnement, et doit conséquemment être signalée au Ministère.

2:  Les critères A représentent les teneurs de fond pour les substances inorganiques et les limites de quantification pour les substances organiques. Dans le cas des métaux et métalloïdes, les teneurs de fond listées au tableau 1 prévalent pour la province géologique des Basses-Terres du Saint-Laurent. Pour les autres provinces géologiques, les teneurs de fond des métaux et métalloïdes à utiliser sont présentées au tableau 2.

3 : Critères validés par une approche de protection de santé humaine (évaluation de risque réalisée à partir de scénarios génériques en fonction de l’usage) par le Service d’analyse de risque du MEF (ensuite appelé le Groupe d’analyse de risque), en collaboration avec le Service des lieux contaminés, suite à des demandes des directions régionales. Il faut garder à l’esprit que ces valeurs n’ont pas été calculées pour tenir compte du risque pour l’écosystème. Lorsque les valeurs apparaissent élevées (par exemple dans le cas du critère C du phtalate de dibutyle), il est alors approprié de vérifier si l’application du critère basé sur la santé publique assure également la protection de l’écosystème.

4:  Modifié le 19 février 1991.

5:  Lorsque le critère pour le soufre dans les sols est excédé, il est approprié de réaliser un test de potentiel de génération d'acide afin de décider de la gestion des sols. Consultez la Direction régionale du ministère de l’Environnement à ce sujet.

6 : Critères établis lors d’une recherche dans la littérature réalisée par le SLC à la suite des demandes des directions régionales. Ces données peuvent provenir de différentes sources, donc elles ont pu être élaborées à partir de méthodologies différentes.

7: Le critère prévaut pour chaque composé présent. Les composés à analyser sont le méthyl-1 naphtalène, le méthyl-2 naphtalène, le diméthyl-1,3 naphtalène et le triméthyl-2,3,5 naphtalène.

8:  Les congénères ciblés sont ceux identifiés par le comité sur la problématique des BPC, de la Direction des laboratoires du ministère de l’Environnement (aujourd’hui le Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec). Consultez le Guide de caractérisation des échantillons contaminés par des biphényles polychloré, Direction des laboratoires, ministère de l’Environnement et de la Faune du Québec, 1996.12.03.

9:  Des valeurs devraient être établies ultérieurement pour différents pesticides spécifiques. Les pesticides visés sont ceux listés dans la Grille des critères applicables aux cas de contamination des eaux souterraines.

10: En vigueur depuis le 1er janvier 1996, en remplacement de la méthode des « Huiles et graisses minérales » dans les sols.

11: Le critère s’applique à la sommation du benzo (b) fluoranthène, du benzo (j) fluoranthène et du benzo (k) fluoranthène. S’il est possible de séparer le benzo (k) fluoranthène du benzo (b+j) fluoranthène, la valeur de 1 ppm pour le critère B ou de 10 ppm pour le critère C est accordée à chacun d’entre eux. S’il est possible de doser séparément le benzo (b) fluoranthène, le benzo (j) fluoranthène et le benzo (k) fluoranthène, la valeur de 1 ppm pour le critère B ou de 10 ppm pour le critère C est accordée à chacun d’entre eux.

12: Pour les dioxines et les furannes, il n’est pas possible d’exprimer une limite de quantification en équivalents toxiques. Il faudra utiliser la limite de quantification propre à chacun des congénères de dioxines et de furannes. Ces valeurs sont :

Congénères

Échantillons solides
Limite de quantification
(ng/Kg)

2,3,7,8-T4CDD

0,5

1,2,3,7,8-P5CDD

0,5

1,2,3,4,7,8-H6CDD

1,0

1,2,3,7,8,9-H6CDD

1,0

1,2,3,6,7,8-H6CDD

1,0

1,2,3,4,6,7,8-H7CDD

2,0

OCDD

4,0

2,3,7,8-T4CDF

0,5

2,3,4,7,8-P5CDF

0,5

1,2,3,7,8-P5CDF

0,5

1,2,3,4,7,8-H6CDF

1,0

1,2,3,7,8,9-H6CDF

1,0

1,2,3,6,7,8-H6CDF

1,0

2,3,4,6,7,8-H6CDF

1,0

1,2,3,4,6,7,8-H7CDF

2,0

1,2,3,4,7,8,9-H7CDF

2,0

OCDF

4,0

Retour au menu

Annexe 2

Grille des critères applicables aux cas de contamination des eaux souterraines
 

Tirée de la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés

 

LIMITES ANALYTIQUES
(LQM)
(µg/L)

CRITÈRES D’USAGE
(µg/L)

EAU DE CONSOMMATION2,3

EAU DE SURFACE D’ÉGOUTS4

I- MÉTAUX (et métalloïdes)

Aluminium

35

-

750

Antimoine

35

6

-

Antimoine III

-

-

88

Argent

0,3

100

0,626

ArsenicC

3

255

340

Baryum

35

1000

5 3006

Cadmium

1

5

2,16

Chrome (total)

35

50

-

Chrome VI

165

-

16

Cobalt

35

-

500

Cuivre

3

10003

7,36

Manganèse

3

503

-

Mercure (total)

0,3

1

0,13

Molybdène

35

70

2 000

Nickel

13

205

2606

Plomb

1

10

346

Sélénium

3

10

20

Sodium

35

200 0003

-

Zinc

3

50003

676

II- AUTRES COMPOSÉS INORGANIQUES

Azote ammoniacal (NH4+)

70

-

-7

Chlorures (Cl-)

330

250 0003

860 000

Cyanures disponible (CN-)

10

-

22

Cyanures totaux (CN-)

10

200

-

Fluorures totaux

200

1500

4000

Nitrate (N-NO3-)

35

-

200 000

Nitrite (N-NO2-)

3

1000

608

Nitrate + nitrite

70

10 000

-

Phosphore total (P-PO4-3)

200

-

3 0009

Sulfures (H2S)

70

503

200

III- COMPOSÉS ORGANIQUES VOLATILS

Hydrocarbures aromatiques monocycliques

BenzèneC

0,2

5

590

ChlorobenzèneC

0,2

303

130

Dichloro-1,2 benzène

0,2

33

70

Dichloro-1,3 benzène

0,1

-

15 000

Dichloro-1,4 benzèneC

0,2

13

110

Éthylbenzène

0,1

2,43

420

StyrèneC

0,1

20

190

Toluène

0,1

243

580

Xylènes (o,m,p)

0,4

3003

820

Hydrocarbures aliphatiques chlorés

ChloroformeC

0,2

200

1800

Chlorure de vinyleC
(chloroéthène)

0,2

2

53 000

Dichloro-1,2 éthaneC

0,1

55

9900

Dichloro-1,1 éthèneC

1,3

14

320

Dichloro-1,2 éthène (cis et trans)

0,3

50

-

Dichloro-1,2 éthène (trans)

0,2

-

30 000

DichlorométhaneC

0,9

50

13 000

Dichloro-1,2 propaneC

0,1

5

2600

Dichloro-1,3 propane

0,1

-

5900

Dichloro-1,3 propène (cis + trans)C

0,1

2

300

Hexachloroéthane

0,1

-

89

Pentachloroéthane

-

-

330

Tétrachloro-1,1,2,2 éthane

0,1

-

470

Tétrachloroéthène

0,2

30

540

Tétrachlorure de carboneC

0,2

5

440

Trichloro-1,1,1 éthane

0,1

200

2000

Trichloro-1,1,2 éthane

0,1

5

2400

TrichloroéthèneC

0,1

50

590

IV- COMPOSÉS PHÉNOLIQUES

Non chlorés

ortho-Crésol

0,5

-

380010

para-Crésol

0,4

-

62010

Diméthyl-2,4 phénol

0,6

-

11010

Dinitro-2,4 phénol

10

-

3910

Méthyl-2 dinitro-4,6 phénol

10

-

6,610

Nitro-4 phénol

2,4

-

57010

Phénol

0,6

-

49010

Chlorés

Chloro-2 phénol

0,5

-

100a10,11

Chloro-3 phénol

0,5

-

10010,11

Chloro-4 phénol

0,4

-

10010,11

Dichloro-2,3 phénol

0,5

-

10010,11

Dichloro-2,4 phénol

0,6

0,33

10010,11

Dichloro-2,5 phénol

0,6

-

10010,11

Dichloro-2,6 phénol

0,4

-

10010,11

Dichloro-3,4 phénol

0,4

-

10010,11

Dichloro-3,5 phénol

0,4

-

10010,11

Pentachlorophénol

0,4

303

8,710,12

Tétrachloro-2,3,4,6 phénol

0,4

13

710

Tétrachloro-2,3,5,6 phénol

0,4

-

8,510

Trichloro-2,4,5 phénol

0,4

-

4610

Trichloro-2,4,6 phénolC

0,4

23

3610

Chlorophénols

-

-

10010,11

V- HYDROCARBURES AROMATIQUES POLYCYCLIQUES

Acénapthène

0,05

-

67

Anthracène

0,03

-

11 000 000

Benzo(a)anthracène

0,02

-

4,9

Benzo(b + j)fluoranthène

0,04

-

4,916

Benzo(k)fluoranthène

0,03

-

4,9

Benzo(a)pyrèneC

0,008

0,01

4,9

Chrysène

0,03

-

4,9

Dibenzo(a,h)anthracène

0,02

-

4,9

Fluoranthène

0,01

-

2,3

Fluorène

0,01

-

1 400 000

Indéno(1,2,3-c,d)pyrène

0,01

-

4,9

Naphtalène

0,03

-

340

Phénanthrène

0,01

-

30

Pyrène

0,01

-

1 100 000

VI- COMPOSÉS BENZÉNIQUES NON CHLORÉS

Dinitro-2,4 toluène

0,2

-

910

Dinitro-2,6 toluène

0,2

-

930

Nitrobenzène

0,2

-

100

Trinitro-2,4,6 (TNT)

-

-

120

VII- CHLOROBENZÈNES

HexachlorobenzèneC

0,01

0,1

0,077

Pentachlorobenzène

0,01

-

25

Tétrachloro-1,2,3,4 benzène

0,01

-

180

Tétrachloro-1,2,4,5 benzène

0,01

-

290

Trichloro-1,2,3 benzène

0,01

-

800

Trichloro-1,2,4 benzène

0,01

-

2400

Trichlorobenzènes (totaux)

 

20

-

VIII- BIPHÉNYLES POLYCHLORÉS

Sommation des congénères13C

0,1

0,5

0,012

IX- PESTICIDES

Pesticides les plus utilisés actuellement

Atrazine et métabolitesC

-

55

-

Atrazine

0,1

-

78

Azinphos méthyl

0,3

20

0,5

Bentazone

0,1

300

11 000

Bromoxynil

0,03

55

500

Captane

0,2

-

130

Carbaryl

0,1

90

20

Carbofuran

0,1

90

180

Chlorothalonil

0,2

-

18

Chlorpyrifos

0,1

90

0,083

Cyanazine

0,2

105

47

Deltaméthrine

0,3

-

0,04

Diazinon

0,07

20

0,2

Dicamba

0,04

120

1000

Dichlorprop

0,09

100

-

Diméthoate

0,1

205

620

Diquat

2

70

50

Diuron

0,7

150

160

Endosulfan (I et II)

0,03

-

0,11

Glyphosate

15

280

6500

LindaneC

0,01

0,2

0,95

Malathion

0,08

190

10

MCPA

0,05

2

260

Métolachlore

0,07

505

780

Métribuzine

0,1

80

100

Myclobutanil

0,1

-

240

Paraquat (dichlorure)

-

10

-

Paraquat

2

-

1600

Parathion

0,2

50

0,065

Perméthrine

0,4

20

0,044

Phorate

0,1

2

-

Piclorame

0,1

1905

2900

Simazine

0,06

105

1000

Tébuthiuron

0,6

-

160

Terbufos

0,2

15

-

Trifluraline

0,2

455

10

2,4-D

0,04

1005

4700

2,4-DB

0,2

90

560

Pesticides non utilisés dorénavant mais persistants dans l’environnement

Aldicarbe

A. sulfone et A. sulfoxyde

0,7

0,7

9

100

-

Aldrine

0,04

-

0,014

Aldrine + Dieldrine

0,04

0,7

-

ChlordaneC

0,01 (alpha)
0,2 (gamma)

0,2

0,22

Dieldrine

0,03

-

0,014

p,p,-DDT

0,05

-

0,0011

p,p,-DDE

0,03

-

0,0011

Endrine

0,05

-

0,086

Époxyde d’heptachlore

0,02

-

0,011

Fénoprop (Silvex)

0,03

10

2100

Heptachlore

0,03

-

0,021

Heptachlore et époxyde

0,03

0,03

-

Méthoxychlore

0,3

900

3

Mirex

0,09

-

0,1

2,4,5-TC

0,02

9

-

X- AUTRES SUBSTANCES ORGANIQUES

Acrylonitrile

-

-

66

Bis(2-chloroéthyl)éther

0,3

-

140

Éthylène glycol

-

-

19 000 000

Formaldéhyde

0,3

900

220

Phtalate de dibutyle

3

-

1900

XI- PARAMÈTRES INTÉGRATEURS

Indice phénol

8

23

50010

Toxicité chronique

-

-

100 UTC14

Toxicité aiguë

-

-

1 UTA14

Hydrocarbures pétroliers C10 à C50 15

300

-

3500 15

XII- DIOXINES ET FURANNES CHLORÉS

Sommation des chlorodibenzodioxines et des chlorodibenzofurannes exprimés en équivalents toxiques 2,3,7,8-TCDDC (échelle de l’OTAN, 1988)

-17

1,5 x 10-5

3,1 X 10-7

Colonne 1 : Les limites de quantification de la méthode (LQM) ont été établies par le Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec. Dans le cas où la limite de quantification (LQM) de la méthode analytique est supérieure à la valeur du critère (exemple : chrome VI), cette limite de quantification est tolérée comme seuil à respecter, le critère demeure toutefois l’objectif à atteindre. 

Colonne 2 : Les critères d’eau de consommation représentent pour la plupart des normes ou recommandations pour l’eau potable élaborées par Santé Canada (1996), l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) ou l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Toutefois, celles élaborées par Santé Canada ont été retenues en priorité. En l’absence de recommandations canadiennes, le plus exigeant des critères de l’EPA ou de l’OMS a été choisi. En ce qui a trait à l’OMS, les recommandations ont été ajustées pour un risque additionnel de cancer de 1 x 10-6.  

La liste de critères proposée dans le cas d’un usage de l’eau souterraine comme eau de consommation doit être considérée comme étant intérimaire, car le Ministère envisage d’entamer une validation en collaboration avec le MSSS. 

Lors de l’interprétation de résultats analytiques d’eau souterraine destinée à la consommation, la participation des intervenants de santé publique est nécessaire.

Colonne 3 : Les critères de qualité lors de la résurgence de l’eau souterraine dans l’eau de surface ou à l’occasion de l’infiltration de l’eau souterraine dans les égouts sont tirés du document Critères de qualité de l’eau de surface au Québec (MENV, 2001) élaboré par la Direction des écosystèmes aquatiques du ministère de l’Environnement, ainsi que la mise à jour de 1998. La valeur retenue pour chaque paramètre correspond à la plus basse des quatre valeurs suivantes : 1 X CVAA, 100 X CVAC, 100 X CPCO, 100 X CFP.

CVAA : Critère de vie aquatique, aiguë
CVAC : Critère de vie aquatique, chronique
CPCO : Critère de prévention de la contamination des organismes aquatiques
CFP : Critère de faune terrestre piscivore.

Le terme « égouts » désigne aussi bien les égouts pluviaux, sanitaires ou combinés.

Dans le cas de l’infiltration de l’eau souterraine dans un égout municipal, il faut vérifier auprès de la municipalité propriétaire de l’égout si elle applique des normes pour les contaminants d’intérêt. Ces normes pourraient être appliquées avec l’accord de la municipalité lors de l’infiltration d’eau souterraine dans l’égout. Pour un contaminant d’intérêt pour lequel la municipalité ne possède pas de norme, le critère « eau de surface et égouts » sera choisi pour ce contaminant.

  1.  Des critères de qualité de l’eau ne sont pas publiés, ni établis, pour tous les paramètres ou pour tous les usages. La liste publiée n’est donc pas limitative, ni exhaustive. L’utilisateur doit signaler la présence de tous les paramètres détectés, même si la liste ne fournit actuellement pas de critère pour ces paramètres.

    Si l’eau souterraine est utilisée pour l’irrigation ou pour abreuver du bétail, les critères présentés au document Recommandations canadiennes pour la qualité de l'environnement (RCQE) (CCME, 1999) doivent être utilisés.

  2.  Les critères pour l’eau de consommation sont exprimés en concentrations maximales acceptables (CMA). Les échantillons d’eau souterraine prélevés pour l’analyse des métaux et métalloïdes (groupe I) nécessitent d’être filtrés (idéalement sur les lieux d’échantillonnage). Les échantillons prélevés pour l’analyse des autres paramètres (groupes II à XII) ne doivent pas être filtrés lors de l’échantillonnage. Dans tous les cas, les échantillons doivent être analysés à l’intérieur des délais prescrits pour leur conservation.

  3. Des objectifs d’ordre esthétique sont disponibles pour certains paramètres.

  4. Les échantillons d’eau souterraine prélevés pour l’analyse des métaux et métalloïdes (groupe I) nécessitent d’être filtrés (idéalement sur les lieux d’échantillonnage). Les échantillons prélevés pour l’analyse des autres paramètres (groupes II à XII) ne doivent pas être filtrés lors de l’échantillonnage. Dans tous les cas, les échantillons doivent être analysés à l’intérieur des délais prescrits pour leur conservation.

  5. Critère provisoire selon l’organisme d’où provient la valeur.

  6. Le critère augmente avec la dureté. La valeur inscrite au tableau correspond à une dureté de 50 mg/L (CaCO3). Voir Critères de qualité de l’eau de surface au Québec (MENV 2001).

  7.  Le critère varie selon la température et le pH, voir Critères de qualité de l’eau de surface au Québec (MENV 2001).

  8. Le critère varie selon les teneurs en chlorures, voir Critères de qualité de l’eau de surface au Québec (MENV 2001). La valeur citée dans le tableau correspond à une concentration en chlorures de 2000 µg/L.

  9. Le critère de phosphore total vise à la base à limiter la croissance excessive d’algues et de plantes aquatiques dans les cours d’eau. Un critère plus sévère s’appliquerait à l’occasion de la résurgence de l’eau souterraine dans un cours d’eau s’écoulant vers un lac ou au moment de la résurgence de l’eau souterraine dans un lac. Ces situations seront traitées sur une base de cas par cas.

  10. L’indice phénol tel qu’il est mesuré par la méthode 4AAP (4-amino antipyrine) doit respecter la valeur de 500 µg/L.

  11. La somme des chlorophénols doit respecter la valeur de 100 µg/L.

  12. Le critère varie selon le pH. Le critère inscrit au tableau est valide pour un pH de 7. Voir Critères de qualité de l’eau de surface au Québec (MENV 2001).

  13. Les congénères ciblés sont ceux déterminés par le comité sur la problématique des BPC, de la Direction des laboratoires du ministère de l’Environnement (aujourd’hui le Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec). Consultez le Guide de caractérisation des échantillons contaminés par des biphényles polychlorés, Direction des laboratoires, ministère de l’Environnement et de la Faune du Québec, 1996.12.03.

  14. Les critères de toxicité aiguë ou chronique ne sont valables que dans le cas de la résurgence de l’eau souterraine dans l’eau de surface.

  15. Dans le cas de l’infiltration de l’eau souterraine dans des égouts sanitaires seulement, le critère d’hydrocarbures pétroliers C10 à C50 est de 3500 µg/l. Ce critère provient de celui préconisé depuis 1988 dans la Politique de réhabilitation des terrains contaminés pour les huiles et graisses minérales dans l’eau (ancien critère C), diminué d’un facteur de 30 % pour tenir compte du changement d’étalon analytique.

  16. Le critère s’applique à la sommation du benzo (b) fluoranthène et du benzo (j) fluoranthène. S’il est possible de les séparer, le critère s’applique à chacun d’entre eux.

  17. Pour les dioxines et furannes chlorés, il n’est pas possible d’exprimer une limite de quantification en équivalents toxiques. Il faudra utiliser la limite de quantification propre à chacun des congénères de dioxines et de furannes chlorés. Ces valeurs sont :

Congénères

Échantillon aqueux
Limite de quantification
(pg/L)

2,3,7,8-T4CDD

1,0

1,2,3,7,8-P5CDD

1,0

1,2,3,4,7,8-H6CDD

2,0

1,2,3,7,8,9-H6CDD

2,0

1,2,3,6,7,8-H6CDD

2,0

1,2,3,4,6,7,8-H7CDD

4,0

OCDD

4,0

2,3,7,8-T4CDF

1,0

2,3,4,7,8-P5CDF

1,0

1,2,3,7,8-P5CDF

1,0

1,2,3,4,7,8-H6CDF

2,0

1,2,3,7,8,9-H6CDF

2,0

1,2,3,6,7,8-H6CDF

2,0

2,3,4,6,7,8-H6CDF

2,0

1,2,3,4,6,7,8-H7CDF

4,0

1,2,3,4,7,8,9-H7CDF

4,0

OCDF

4,0

-:  Pas de critère disponible actuellement. L’absence d’un critère pour un paramètre spécifique ne signifie pas que ce dernier est sans effet ou sans danger pour la santé humaine ou pour l’environnement (voir la note 1).

C : Pour faciliter les calculs des seuils d’alerte, les substances cancérigènes ont été précisées dans la grille. La définition de substances cancérigènes proposée se réfère aux substances classées cancérigènes, cancérigènes probables, cancérigènes possibles et peut-être cancérigènes telles qu’elles sont définies par Santé Canada, l’OMS ou l’EPA.

Retour au menu

Annexe 3

Grille de gestion des sols contaminés excavés
 

Tirée de la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés

Niveau de contamination

Options de gestion

< A

  •  Utilisation sans restriction.

Plage A - B

  • Utilisation comme matériaux de remblayage sur les terrains contaminés à vocation résidentielle en voie de réhabilitation* ou sur tout terrain à vocation commerciale ou industrielle, à la condition que leur utilisation n'ait pas pour effet d'augmenter la contamination* * du terrain récepteur et, de plus, pour un terrain à vocation résidentielle, que les sols n'émettent pas d'odeurs d'hydrocarbures perceptibles.

  • Utilisation comme matériaux de recouvrement journalier dans un lieu d'enfouissement sanitaire (LES).

  •  Utilisation comme matériaux de recouvrement final dans un LES à la condition qu'ils soient recouverts de 15 cm de sol propre.

Plage B - C

  • Décontamination de façon optimale* * * dans un lieu de traitement autorisé et gestion selon le résultat obtenu.

  • Utilisation comme matériaux de remblayage sur le terrain d'origine à la condition que leur utilisation n'ait pas pour effet d’augmenter la contamination* * du terrain et que l'usage de ce terrain soit à vocation commerciale ou industrielle.

  • Utilisation comme matériaux de recouvrement journalier dans un LES.

> C

  • Décontamination de façon optimale* * * dans un lieu de traitement autorisé et gestion selon le résultat obtenu.

  • Si l'option précédente est impraticable, dépôt définitif dans un lieu d'enfouissement sécuritaire autorisé pour recevoir des sols.

*

Les terrains contaminés à vocation résidentielle en voie de réhabilitation sont ceux voués à un usage résidentiel dont une caractérisation a démontré une contamination supérieure au critère B et où l’apport de sols en provenance de l’extérieur sera requis lors des travaux de restauration.

* *

La contamination réfère à la nature des contaminants et à leur concentration.

* * *

Le traitement optimal est défini pour l’ensemble des contaminants par l'atteinte du critère B ou la réduction de 80 % de la concentration initiale et pour les composés organiques volatils par l'atteinte du critère B. À cet égard, les volatils sont définis comme étant les contaminants dont le point d'ébullition est < 180 °C ou dont la constante de la Loi de Henry est supérieure à 6,58 x 10-7 atm-m3/g incluant les contaminants répertoriés dans la section III de la grille des critères de sols incluse à l’annexe 2 de la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés.

Début du document  Section précédente


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017